Pour les croisiéristes, la Martinique n’est pas une étape shopping. Une initiative de création de zones franches peut changer les habitudes et convaincre les passagers de dépenser plus sur place.

En novembre 2019, le vote au Sénat de l’amendement au projet de loi de finances a été voté pour permettre la mise en place d’un système de ventes hors taxes dans les centres-villes pour les croisiéristes.

« Cette mesure était demandée depuis plusieurs années par des communes étapes comme Fort-de-France, Saint-Pierre ou Le Marin, pour inciter les croisiéristes à acheter dans les commerces du centre-ville », explique la sénatrice Catherine Conconne. .

La disposition devenue réalité aujourd’hui est la poursuite de ce processus parlementaire initié en 2019, qui culmine après la longue procédure d’approbation finale par les instances européennes.

Nous avons donc fortement soutenu la mise en place de cette nouvelle unité défiscalisée. Il sera d’abord testé pendant quatre ans et donnera lieu à une évaluation avant une éventuelle pérennité. Nous saluons cette étape importante et espérons qu’elle donnera un nouveau souffle à nos entreprises.

Catherine Conconne et Maurice Antiste, sénateurs de la Martinique.

La sénatrice Catherine Conconne envisage d’apporter un amendement au prochain PLF (projet de loi de finances) pour donner un nouveau délai à cette expérimentation. « La crise du Covid et les procédures européennes l’ont amputé avec 2 ans d’exécution. C’était en fait prévu jusqu’en 2024 », précise-t-elle.

Dédicace d’un symbole de CMT pour le retour de la croisière.

À Lire  Saint-Nazaire : Les chantiers vont construire deux "superyachts", plus luxueux que jamais