Par Jocelyne Bargain Publié le 17/06/2020 à 15:54Mis à jour le 18/06/2020 à 09:51

Politiques et associations de défense de l’environnement ont protesté contre l’annonce faite par simple mail de la compagnie maritime de luxe Ponant, propriété du groupe Pinault.

Le « Bougainville », navire de luxe de la compagnie française Ponant, est à Bordeaux depuis le 15 juin (notre article du 4 juin). Avec des départs hebdomadaires à partir du 4 juillet, le navire, qui peut transporter 184 passagers, rejoindra les îles du Ponant le 4 juillet. Ile d’Aix, Hoëdic, Ile de Ré, Pasajes-Saint-Sébastien, Saint-Jean-de-Luz, Bassin d’Arcachon, Cordouan et Talmont-sur-Gironde sont au programme de cette croisière d’une semaine. Transporter ses passagers dans la région…

Le « Bougainville », navire de luxe de la compagnie française Ponant, est à Bordeaux depuis le 15 juin (notre article du 4 juin). Avec des départs hebdomadaires à partir du 4 juillet, le navire, qui peut transporter 184 passagers, rejoindra les îles du Ponant le 4 juillet. Ile d’Aix, Hoëdic, Ile de Ré, Pasajes-Saint-Sébastien, Saint-Jean-de-Luz, Bassin d’Arcachon, Cordouan et Talmont-sur-Gironde sont au programme de cette croisière d’une semaine. Pour transporter ses passagers jusqu’à la zone, il faut 20 à 25 tours de bateau de type Zodiac…

Cette compagnie est forte depuis trente ans pour emmener ses passagers dans les endroits les plus secrets de la planète, là où la nature est reine. A ce titre, il a naturellement suivi son programme de visites en faisant une halte sur le banc du Bûcheron. Cette étendue de sable, découverte à marée basse sur le fier Ars, surplombe la côte de Trousse-Chemise. Tout au programme pour rêver de nature les pieds dans l’eau.

À Lire  Développement personnel, du reiki au handball

Grâce à un mail de la compagnie envoyé au capitaine d’Ars-en-Ré, l’institution a trouvé un programme pour une journée escale sur l’Ile de Ré. D’après les communications et les données GPS, le mouillage du navire sera situé au pertuis breton, entre La Faute-sur-Mer et La Flotte-en-Ré. Pour transporter ses passagers jusqu’à la zone, 20 à 25 tournées de pneumatiques de type Zodiac seront nécessaires pour faire la liaison entre le paquebot et le Banc du Bûcheron.

De plus, la communication laisse peu de marge de manœuvre en précisant :

Danièle Pétiniaud-Gros, maire d’Ars-en-Ré, et Lionel Quillet, président de la Communauté de la commune insulaire de Ré, ont immédiatement réagi au fait d’une quasi-acceptation :

A l’évocation du premier débarquement de randonnée le 7 juillet sur une étendue de sable fragile du site protégé et classé Natura 2000, les associations environnementales sont entrées dans la danse avec le milieu naturel de Ré, présidé par Dominique Chevillon, et Allain Bougrain-Dubourg pour la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux). Pendant ce temps, Anne Deniel, l’édile qui s’est présentée dimanche 28 juin pour briguer la mairie des Portes-en-Ré, a protesté contre cette situation. En première ligne, la commune des Portes avec le « balcon » de Trousse Chemise est tombée sur le banc du bûcheron, diffusant largement le mail d’information jusqu’à Jacques Toubon, défenseur des droits et habitant des Portes-en-D.

L’affaire a déjà fait beaucoup de bruit, elle a agité Landerneau rétais sur ses réseaux sociaux. Certains promettaient un accueil plein de marmites le jour J et d’autres sur l’établi du bûcheron. Une note en Ré face à la Compagnie du Ponant, qui appartient au puissant groupe Pinault ?