Dur, dur… La crise sanitaire a accentué les difficultés de recrutement du secteur du tourisme, sans épargner les déplacements professionnels. Commentaire partagé par les intervenants d’un atelier organisé par l’AFTM lors du salon Top Resa IFTM.

&#xD ;

« Recruter des conseillers en billetterie est très compliqué. Fin juin, sur le site de l’Apec, il y avait 1 000 offres d’emploi pour les agences de voyages d’affaires. C’est beaucoup! L’industrie du voyage d’affaires est complexe et méconnue », a déclaré Mattthieu Champion, directeur principal des ventes chez Egencia.

&#xD ;

« Toutes les entreprises recrutent en même temps et en grand nombre. Il y a eu un goulot d’étranglement depuis la reprise après le covid-19. Le marché est plein de tension, car pas assez de personnes sont orientées vers les voyages d’affaires », analyse Caroline Noizet, directrice des ressources humaines de FCM Travel France.

&#xD ;

Le secteur souffre d’un manque d’image selon Julien Chambert, fondateur de la société de conseil CBT Conseil : « Entre loisirs et affaires, les métiers et les exigences sont très différents et continuent d’évoluer sans rien avoir à voir avec la mobilité. C’est une industrie de haute technologie. »

&#xD ;

Pour Patricia Morosini, directrice des voyages d’affaires chez Selectour, il y a urgence à revaloriser les métiers du voyage d’affaires. D’autant plus que le mal n’est pas nouveau.

À Lire  Sète : le géant Seabourn Sojourn accoste à Alger