Les voyages d’affaires individuels ne sont plus à la mode de nos jours. La tendance est aux voyages d’affaires en groupe pour assister à diverses réunions professionnelles, qu’il s’agisse de conventions associatives ou de réunions interentreprises. Les professionnels de l’événementiel peuvent prendre acte de cette nouvelle donne.

Un rapport publié plus tôt ce mois-ci par l’analyste de l’industrie hôtelière CoStar montre deux bonnes nouvelles pour les organisateurs d’événements :

La reprise du marché des voyages d’affaires

Et oui, ce rapport annonce certainement la reprise tant attendue des voyages d’affaires après la crise provoquée par la pandémie depuis deux ans. En effet, ce rapport établit que cette reprise est dictée « par la rentrée, mais aussi par un affaiblissement de la forte demande de temps libre à partir de 2021 ». En effet, ce résultat de l’analyse peut aider les organisateurs d’événements à déjà réfléchir à l’élaboration d’offres raisonnables.

Quelques résultats de cette analyse

Dans cette enquête, CoStar révèle que parmi 400 voyageurs d’affaires interrogés, 63% ont déclaré qu’ils prévoyaient de se rendre à des conférences ou expositions industrielles après la pandémie.

De plus, 61 % mentionnent qu’ils sont susceptibles d’assister à des événements de renforcement d’équipe et à des cours de formation en entreprise.

De plus, selon cette analyse, la multiplication des télétravailleurs pourrait influencer ce besoin de rassemblement physique des salariés. En ce sens, ce besoin pourrait se traduire par une très forte probabilité d’un court déplacement professionnel.

À Lire  PARIS : La Guadeloupe, destination idéale pour les amoureux de la nature » Lettre économique et politique de PACA

Voyage d’affaires : que se passera-t-il en 2023 ?

À l’horizon 2023, ce rapport d’analyse pose encore des questions pertinentes, notamment sur la poursuite de la demande refoulée d’événements physiques. De plus, CoStar se demande également si les travailleurs à distance continueront de soumettre des demandes de formation en face à face ou de constitution d’équipe externe. La dernière question que cela soulève est de savoir si les guerriers de la route seront de retour en force si les grandes entreprises s’en tiennent à leurs politiques de voyages d’affaires.

Cependant, ce rapport donne un aperçu de cette dernière question. En fait, il établit que la réponse à cette question dépend fortement du changement de comportement de 40% des répondants. Ils ont notamment mentionné la moindre probabilité d’un voyage d’affaires dans les 12 prochains mois.

Concernant les deux premières questions, ce rapport indique que les voyages d’affaires sont à la fois un défi et une opportunité pour les fournisseurs du secteur hôtelier. La perturbation causée par la pandémie dans ce secteur pourrait lui permettre de proposer des offres inédites et inédites en matière de déplacements professionnels.