Bien qu’il soit considéré comme le moyen de transport le plus sûr, il suffit d’un bruit étrange ou d’une légère secousse à propos d’un avion pour vous donner la plus grande frayeur de votre vie.

Ce fut un vol passionnant vécu par les 137 passagers du vol T7034, qui est opéré par la compagnie Transavia ce mercredi 16 novembre et est censé relier Paris à Perpignan.

L’avion a lancé, 20 minutes après avoir quitté l’aéroport d’Orly, un message de regret, avant de faire demi-tour.

Vol Transavia : plus de peur que de mal

Il s’agit d’un Boeing 737, selon les informations du média local Actu Perpignan, précisant que l’avion de Transavia a quitté l’aéroport de Paris Orly à 13h29. et se rend à Perpignan-Rivesaltes dans le sud de la France.

Un vol intérieur qui ne doit pas durer plus d’1h30, sauf une vingtaine de minutes après le décollage, l’angoisse s’installe dans l’appareil.

En survolant la ville de Clermont-Ferrand au centre du pays, l’avion qui effectuait sa rotation quotidienne, émet le code « Squawk 7700 », un message urgent indiquant à la tour de contrôle que le pilote est en détresse et qu’il doit être en besoin de « toute l’aide disponible » mais surtout d’un « atterrissage d’urgence ».

Suite à cet appel, l’avion de la filiale d’Air France fait demi-tour et revient à l’aéroport de Paris-Orly, son point de départ.

A 14h45, l’avion s’est posé en un seul morceau et les passagers sont descendus de l’avion, escortés par les pompiers, avant d’être conduits en fin de journée à Perpignan à bord d’un autre avion affrété par Transavia, note le journal régional indépendant. L’.

À Lire  P. Korcia (Voyages Eurafrique) : "On ne peut pas se contenter d'une limite de 3 à 5% !"

Atterrissage d’urgence vol Transavia : que s’est-il passé ?

Selon la compagnie aérienne Transavia, qui n’évoquait qu’un « incident technique », le « squat code 7700 », est lancé lorsqu’« un incident se produit que l’équipage de conduite ne peut pas complètement résoudre ».

L’un des passagers qui se trouvait sur ce vol a témoigné avoir ressenti une « forte secousse », un « bruit fort » et une « odeur de brûlé ». Après avoir informé les passagers que l’avion allait rebrousser chemin, il y a eu « le chaos dans la cabine » mais « pas de panique », ajoute le même passager qui confie qu’il estime que « le pilote et l’équipage ont géré leur affaire ».

Un autre passager qui a connu la même terreur a déclaré avoir entendu un « bruit du type de tir » puis « une sensation de perte d’équilibre », selon le média français Le Capital. Toujours selon la même source, d’autres voyageurs parlent de « boum » et de la sensation de « rouler sur des nids de poule ».

Bien que la compagnie aérienne n’ait pas donné plus de détails sur l’incident, des dommages au moteur gauche sont suspectés, ont rapporté les médias français. Transavia a indiqué que le retour de l’avion à Orly était une simple application des consignes de sécurité du constructeur.