Entre les annulations et les problèmes dans les aéroports européens, la saison s’annonce galère

Personne ne s’attendait à un retour à la normale aussi rapide dans le secteur du voyage, du moins en France. Alors que l’hiver avait bien mal commencé, entre le variant omicron et le déclenchement de la guerre en Ukraine, les réservations ont redoublé, allant même jusqu’à surprendre… les compagnies aériennes. Avec les annulations en cascades, les queues à rallonge dans les aéroports, seulement à la mi-juin, les professionnels s’attendent au pire, voire même à un « été affreux ». Après le vide, le trop-plein ?

Entre annulations et problèmes dans les aéroports européens, la saison s’annonce difficile pour les agences de voyages et les professionnels du tourisme – Crédit photo : Depositphotos @inueng

Rappelez-vous… l’été dernier. &#xD ;

&#xD ;

En 2020 et 2021, les agences de voyages ont dû redoubler d’ingéniosité pour proposer des destinations long-courriers, les couloirs des aéroports étaient aussi remplis que les cinémas le 15 août… bref, l’industrie a fait preuve d’une léthargie inquiétante.

&#xD ;

Ces images semblent maintenant lointaines. Le secteur ne gérera plus le vide, mais… le débordement.

&#xD ;

« L’air est un problème et nous inquiète à chaque réservation.

&#xD ;

Je ne parle même pas d’Amsterdam, qu’on a gommé de notre carte, alors que les clients sont restés dans la nature de l’entreprise, malgré le fait qu’un vol ait été annulé et reporté le lendemain », peste François-Xavier de Boüard, PDG de Voyage secrets.

&#xD ;

Eté 2022 : Des problèmes colossaux avec les annulations…

Je ne parle même pas d’Amsterdam, que nous avons effacé de notre carte, alors que des clients étaient laissés dans la nature par la compagnie, malgré un vol annulé et reporté le lendemain,

&#xD ;

La raison de cette irritation ne doit pas être cherchée bien loin : le manque de personnel n’épargne pas les cieux français et européens. &#xD ;

&#xD ;

Ces dernières semaines, les images du chaos à l’aéroport de Schiphol à Amsterdam ou à Birmingham ont tourné en boucle à la télévision et dans les médias du monde entier. &#xD ;

&#xD ;

Les professionnels décident maintenant.

&#xD ;

« On se prépare à un été difficile ! Vu ce qu’on ne peut endurer que début juin, il faut prévoir le pire pour juillet et août », souffle Frédéric d’Hauthuille, le président et fondateur d’Authentic World.

&#xD ;

En ce début de haute saison, des boîtes d’anti-dépresseurs et des balles de relaxation sont sur les bureaux de tous les professionnels du tourisme…

Tout comme les agences de voyages, les hôteliers ou encore les aéroports, les entreprises ne sont pas épargnées par la perte de talents, la réduction des effectifs et surtout la remise en cause des salariés. &#xD ;

À Lire  Le Ritz-Carlton a lancé la Ritz-Carlton Yacht Collection, un yacht de style voyage.

&#xD ;

Ce trio infernal, pour tous les patrons du secteur, crée des tensions dès que la machine est remise en marche à plein régime. &#xD ;

Eté : une explosion des litiges à attendre !

&#xD ;

Conséquences de tout cela : les transporteurs annulent en masse.

&#xD ;

« Il va y avoir des problèmes colossaux avec les annulations des compagnies aériennes ! C’est le gros danger de l’été !

&#xD ;

Les vols sont complets et les compagnies annulent faute de personnel… Et s’il y a un vol Lyon – Corfou qui opère une fois par semaine ?

&#xD ;

Que faites-vous si cela fait partie d’un voyage organisé ? En tant qu’agence de voyage, vous êtes tenu d’amener le voyageur à Corfou », explique Michel-Yves Labbé, fondateur de Départ Demain.

&#xD ;

Les vols sont complets et les compagnies annulent faute de personnel… Et s’il y a un vol Lyon – Corfou qui opère une fois par semaine ?

&#xD ;

Que faites-vous si cela fait partie d’un voyage organisé ? En tant qu’agence de voyage, vous êtes tenu d’amener le voyageur à Corfou,

Renforcement des équipes, vacances perso annulées… les pros s’organisent !

&#xD ;

C’est d’ailleurs l’un des accidents que le fondateur d’Authentic World a connu la semaine dernière.

&#xD ;

Ses clients ont raté la correspondance vers Oslo, obligeant l’agent à trouver une solution de secours, car un vol Toulouse-Paris Charles de Gaulle avait eu 6 heures de retard,

&#xD ;

« C’était un GIR donc on a dû racheter des vols intérieurs, puis on a réservé un taxi pour un trajet de 500 euros pour que les concernés puissent rejoindre le groupe. Tout ça avec une journée de retard.

&#xD ;

Avec un chiffre d’affaires en juillet ou août 6 fois supérieur à celui de juin, comment rester zen avec tout ça ? demande Frédéric d’Hauthuille.

&#xD ;

Avec un CA en juillet ou août 6 fois supérieur à celui de juin, comment rester zen avec tout ça ?

&#xD ;

Un exemple parmi des dizaines d’autres. &#xD ;

&#xD ;

Surtout depuis ce problème d’annulations de dernière minute, par milliers, les professionnels doivent composer avec des vols complets et des tarifs devenus prohibitifs.

Aéroports parisiens : une image catastrophique pour la France !

&#xD ;

Bien qu’en principe les transporteurs devraient proposer un autre vol vers la destination finale dans des conditions de transport comparables, ce n’est pas toujours le cas ou à des dates improbables. &#xD ;

&#xD ;

Et comme euh… vole toujours en escadrons, les passagers doivent endurer des files d’attente monstres au départ ou au retour de vacances.

« La panique dans les aéroports, notamment à Roissy, c’est grave ! Actuellement, il y a plus de 2h d’attente, au retour des USA pour le contrôle aux frontières. En haute saison, on atteindra 4h d’attente

&#xD ;

On se dirige vers un été pourri ! dit Jean-Pierre Mas lui-même. &#xD ;

&#xD ;

On se dirige vers un été pourri !

&#xD ;

Dans le cas des aéroports, les équipes de sécurité ont été considérablement réduites tout au long de la crise sanitaire. Quand vient le temps de les combler, les entreprises ont du mal à attirer de nouvelles personnes.

&#xD ;

« Cela a des effets négatifs en termes d’exploitation, sans parler de la question de la Police aux Frontières (PAF) », nous confiait déjà en mai Jean-Pierre Sauvage.

&#xD ;

Pour le PAF, les salariés qui étaient libres pendant le covid ont été envoyés dans d’autres services, sauf que la normalisation n’a pas été prévue. Comme dirait l’autre : bam, le chien !

&#xD ;