Peut-on espérer un retour à la normale à la rentrée ?

Alors que le secteur du transport aérien voit son activité redécoller après deux ans de restrictions liées à la pandémie de Covid-19, il est aujourd’hui confronté à une pénurie de main d’œuvre, qui entraîne des annulations de vols en pagaille. Si le tourisme de loisirs est fortement impacté, dans quelle mesure, le business travel est-il touché ?

Les vols annulés affectent également les voyageurs d’affaires. « Il n’y a pas de différence entre un touriste et un voyageur d’affaires, les vols ne décollent pas », note Jean-Pierre Lorente, PDG de Selectour Bleu Voyages. – Depositphotos

Le trafic aérien se prépare à une saison estivale tendue. &#xD ;

&#xD ;

« Cet été, nous pouvons très clairement prédire que nous serons au niveau de 2019 », nous a confié Jean-Pierre Sauvage, président du Collège des représentants des compagnies aériennes (BAR).

&#xD ;

Une bonne nouvelle, certes, mais l’armée de l’air est en proie à des difficultés opérationnelles. La pénurie de personnel dans les aéroports et les compagnies aériennes, voire les mouvements sociaux… obligent l’industrie à réduire les vols.

Quel impact pour le voyage d’affaires ?

&#xD ;

Ainsi, après la première vague d’annulations à Amsterdam, de nouvelles restrictions aux départs de Schiphol ont déjà été annoncées.

&#xD ;

« Je comprends qu’il n’y a pas de personnel, nous-mêmes sommes en sous-effectif, il n’y a aucune raison pour que les entreprises ne le soient pas », déclare Jean-Pierre Lorente, PDG de Selectour Bleu Voyages. Si les vols sont annulés à la mi-juin, je n’ose pas imaginer ce que sera cet été avec la multiplication des vols et des rotations non assurables. »

À Lire  Voyage en famille, où partir ? Le magazine

Si la clientèle touristique, plus importante pendant les vacances d’été, est la plus touchée par cette annulation, qu’en est-il des voyageurs d’affaires ? &#xD ;

&#xD ;

« Nous sommes sous influence. Ce week-end seulement, nous avons connu d’importantes annulations de vols EsayJet pour nos clients loisirs. Malheureusement, l’information est communiquée 2 à 3 heures avant le départ, nos clients sont déjà à l’aéroport, il est impossible de revenir », note Jean-Pierre Lorente, PDG de Selectour Bleu Voyages. &#xD ;

&#xD ;

Quid de la rentrée ?

« Il n’y a pas de différence entre les touristes et les voyageurs d’affaires, les vols ne décollent pas. Contrairement à l’homme d’affaires qui modifie souvent lui-même le voyage, il est seul, il n’a d’impératif que le terme qu’il peut modifier. Ce n’est pas du tout le même effet psychologique et organisationnel que pour la clientèle loisirs. Nos équipes connaissent déjà les évolutions de nos clients entreprises. Vous devez réagir rapidement. Nous avons un service 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 », a-t-il déclaré. &#xD ;

&#xD ;

Même obligation de réagir du côté de l’agence Okarito.

&#xD ;

« Nos clients peuvent se retrouver dans un aéroport sans options, en particulier avec des tarifs bas comme EasyJet. Cela augmente notre travail de recherche de vols. Nous avons quelques informations des compagnies aériennes et quelques solutions pour les positionner sur de nouveaux vols. Cela dégrade l’expérience client des voyages d’affaires, explique Brice Huet, co-fondateur et COO d’Okarito. Nous veillons à anticiper au maximum afin que les clients ne soient pas lésés, afin qu’ils puissent reporter leurs déplacements ou recourir à des alternatives. »

&#xD ;