Jean-Michel Boron, maître de chais, agronome de formation, est tombé amoureux des terroirs du Languedoc et surtout des vins juteux dont il regorge. Dès cet acte il quitte le vignoble pour devenir commercial à travers ses deux caves à Narbonne et Gruissan. Et surtout, il a créé Vie D’Oc, un annuaire de 800 références qui recherche désormais les « lagers ».

Sur les 800 références de vins du Languedoc proposées par Jean-Michel Boron dans ses deux boutiques de Narbonne et de Gruissan et sur son site internet, il a sélectionné des domaines, des terroirs et au plus près des terres nourricières. qu’ici la vigne offre des boissons exceptionnelles, malheureusement trop méconnues.

« En 2010, lors de la création de Vie d’Oc, les vins du Languedoc-Roussillon étaient encore méconnus et ne jouissaient pas de la notoriété qu’ils ont aujourd’hui. Je me suis dit que la meilleure façon de les faire connaître était de prendre la route et de les faire J’ai d’abord contacté ma famille, des amis, avec des voisins, j’ai renoué avec d’anciens amis, leur demandant de rassembler autour de moi leurs amis, voisins, connaissances amateurs de vin, collègues. J’ai organisé des petites foires avec des vignerons. J’ai bien aimé. Ils étaient heureux de proposer un événement original, centré sur le vin et rassembleur, qu’« ils aimaient ou appréciaient sans forcément bien les connaître, et le vin a opéré sa magie. Les gens ont été surpris par la qualité des vins, le rapport qualité-prix », explique-t-il.

De la vente en ligne que l’on peut goûter

Jean-Michel Boron ne pouvant pas être partout et tout le temps, le lancement d’un nouveau concept est en cours : un site de vente de vins en ligne, grâce auquel il est possible de déguster grâce à des « trouveurs ». Pour résumer la démarche : toute personne en France et à l’étranger qui souhaite promouvoir les boissons languedociennes est rémunérée, en l’occurrence une commission, pour être leur ambassadeur en organisant des dégustations chez elle ou chez des cavistes.

Des sessions de formation pour les « dénicheurs »

« Nous sommes en phase de lancement, mais nous avons déjà un réseau d’une quinzaine de scouts en région, Paris, Metz et même Hambourg. Le dispositif va s’étoffer au début du printemps et nous recrutons », explique Jean-Michel Boron. Les demandeurs d’emploi postulent en ligne. S’ils sont choisis, ils reçoivent une formation professionnelle liée au vin, mais rencontrent également les vignerons qui le font vivre ; et sublimez-le. Il n’est pas nécessaire d’être un expert, l’idée est justement d’initier les « spotters » et de les conduire « sur le terrain ». Tout récemment d’ailleurs, une séance du jeudi a eu lieu à La Livinière et, plus largement, dans le Minervois.