Dans la commune rhodanienne de Grézieu-la-Varenne, plusieurs maisons ont été construites à l’emplacement d’un ancien lavoir. Mais les riverains n’avaient pas été informés alors que le sol était déjà pollué.

C’est un scandale qui rentre dans le nouveau tribunal des « crimes d’écocide » voté par les députés en 2021, qui s’applique aux atteintes les plus graves à l’environnement au niveau national.

A Grézieu-la-Varenne, charmante commune au pied des Monts du Lyonnais, dans le Rhône, à quelques dizaines de kilomètres de Lyon, plusieurs habitants vivent un cauchemar depuis qu’ils ont appris que leurs maisons construites sur le site n’avaient jamais été vidées. une ancienne laverie Mercier fermée dans les années 1980.

En 2019, ce scandale environnemental a éclaté. La famille Devers effectuait alors des travaux d’extension sur leur maison. Pendant les travaux, les artisans sont tombés sur une nappe de pétrole dans le jardin. Comme d’autres voisins, les Devers ont acheté sans le savoir une maison construite à l’emplacement de l’ancien lavoir.

Dans l’ouest lyonnais, le scandale autour des maisons construites sur le site en friche d’un ancien lavoir

©France Télévisions

En 1986, cependant, Mercier a été reconnu coupable d’avoir déversé du trichloroéthylène, un solvant volatil hautement cancérigène, dans le puits d’un jardinier à Grézieu. Mais lorsque l’usine fermera, aucune désintoxication n’aura lieu dans les locaux. Pire, l’ancien maire de la ville délivre des permis de construire pour le vieux pays Mercier. Aucun acquéreur n’est informé du passé industriel du site.

À Lire  Travaux de rénovation énergétique : visiter pour faire des économies