Un vent de face perturbe la trajectoire de Sabot. L’Aéroclub, qui gère l’aérodrome de Sabot pour le département, refuse que Laurent Le Cleac’h poursuive les opérations de parachutisme précédemment dirigées par Erich Nehls. Raison : C’est commercial. L’acheteur se présente devant le tribunal administratif et prend la parole pour la première fois.

&#xD ;

Auteur –

&#xD ;

Aujourd’hui à 05:00

&#xD ;

| mis à jour aujourd’hui à 08h34

– Temps de lecture :

&#xD ;

&#xD ;

« Abus de pouvoir »

&#xD ;

&#xD ;

&#xD ;

&#xD ;

« J’applique la loi »

| &#xD ;

Turbulence dans le ciel de Vesul. Au sol en revanche, la manche à air de l’aérodrome de Sabot à Frotey-lès-Vesoul va être vidée en ce premier mardi de décembre. Pas de vent, bonne visibilité, piste dégagée : tout est là pour voler. Mais peu d’avions décollent, surtout pas des parachutistes cloués au tarmac par « l’intervention policière ».

Aéro Club Règlement 70. Photo ER / Edouard CHOULET

Le 20 mai, l’exploitant de l’aérodrome, au nom de l’Aéroclub de Haute-Saône de Haute-Saône, propriétaire, a pris un « arrêté » interdisant « l’usage des sauts en parachute et de la voltige nécessitant l’emploi d’équipements particulièrement bruyants [. . .] afin de ne pas nuire à l’ordre public ». Il est signé par Marie-Elise Perraud, présidente de l’Aéroclub de Haute-Saône.

À Lire  Saut en parachute mortel à Mimizan (40) : instructeur licencié, OJB condamné