Un accord a été trouvé jeudi entre les syndicats du personnel et la direction du SMGEAG, une structure déjà en grande difficulté. Les parties ont trouvé des points communs dans la grille salariale, point de tension depuis la création de l’opérateur unique de l’eau en septembre 2021. Mais il y a d’autres points de revendication à régler, entre les parties.

Après une réunion de deux heures, le jeudi 3 novembre 2022, en fin d’après-midi, la direction du Syndicat Mixte de Gestion de l’Eau et de l’Assainissement de la Guadeloupe (SMGEAG) et l’intersyndicale des salariés ont signé un engagement, en relation à l’accord de substitution. Il s’agit d’harmoniser les statuts de l’ensemble du personnel de l’établissement, qui emploie aussi bien des agents de droit public que des ouvriers de droit privé, afin que la redistribution et la grille des salaires soient les mêmes pour tous.

La direction du SMGEAG et les syndicats sont parvenus à un accord sur les grilles salariales – 04/11/2022.

©Daniel Querin

S’il ne s’agit que d’un compromis, pour l’heure (la signature définitive devrait intervenir mi-novembre), les syndicats se disent satisfaits. Mais si leur interlocuteur recule, ils seront « obligés de faire ce qu’ils ne veulent pas faire », c’est-à-dire « faire grève », en pleine Route du Rhum. C’est ainsi que Christin Cophy, membre de l’Union des travailleurs communautaires (UTC-UGTG), l’annonce :

Nous ne pouvons pas dire que nous ne sommes pas satisfaits. Simplement, on voit qu’il faut se battre pour une signature (…). Nous défendons les droits des travailleurs, nous défendons les droits des salariés SMGEAG, c’est pourquoi nous nous donnerons les moyens de faire respecter les droits des salariés.

À Lire  Yoga, méditation, ésotérisme : ces "retraites spirituelles" qui attirent les jeunes actifs désireux de ralentir

Christin Cophy, UTC-UGTG-SMGEAG