nécessaire

Plus ou moins, beaucoup d’entre eux conduisent des motos non réglementées, instruits par des motos. Avec de lourdes conséquences en cas d’accident.

Rendez-vous simplement sur le parking du lycée, ou arrêtez-vous à un feu rouge pour le voir. De nombreux circuits à deux roues ont subi des modifications, parfois importantes. Un pot d’échappement très perfectionné, carénage supprimé à partir de là… Dans le département, la liberté de mouvement et des deux jambes est quasiment la même à cet âge… voire plus. Et si vous y réfléchissez un peu, c’est plus rapide. Pour gagner du temps, de la performance ou de la sécurité attendue : beaucoup affirment que rouler à 45 km/h sur des routes où les voitures roulent à 90 km/h est dangereux. Mais la plupart du temps, les conducteurs de ces engins customisés ne connaissent pas les conséquences auxquelles ils s’exposent s’ils ont un accident, ou s’exposent à la justice.

Débridé pas assuré

A la Gendarmerie du Gers, on suit de près le phénomène, mais plus dans le sens de la pédagogie que de la pression. « Le 50 cm3 est un petit modèle, précise le major Dellus. Parfois, on fait des opérations de prévention avec les écoles, pour informer les jeunes sur le danger, et la nécessité de protéger leur matériel. » C’est souvent là que le bât blesse. « Nous avons beaucoup de deux-roues dont les roues sont en mauvais état, sans rétroviseurs ou sans clignotants, etc. Souvent, nous appelons les parents et les jeunes, demandant que la moto soit mise aux normes. » Autre point d’attention : les casques, gants et BSR, qui sont souvent oubliés par les conducteurs, peu ou pas, et le bruit. Pour le dire crûment, la gendarmerie n’a pas besoin d’appareils de mesure… Le PV reste la dernière arme, face aux cas extrêmes ou aux délinquances à répétition. Les amendes peuvent alors s’élever à plusieurs centaines d’euros.

À Lire  Assurance auto : 50 euros pour une fausse vignette verte, trafic en plein essor rentable

Cependant, l’amende est faible par rapport au danger réel que représente la modification de la moto pour son utilisation. En cas de sinistre, son assurance ne couvrira rien. « On parle d’un sinistre, précise Eric Tedesco, de la société Axa à Auch. L’assurance protège le conducteur de la voiture qui respecte son permis. changement important – alors cette protection, je ne l’ai plus. » Le motocycliste n’est pas assuré. Dommages à la machine, mais surtout dommages physiques. « Là où les choses deviennent sérieuses, et les parents doivent en tenir compte, c’est si la moto cause des dommages matériels, ou pire encore, des blessures à un tiers, l’assurance moto ne la couvrira pas. »

Illégal et dangereux

La victime sera indemnisée par le Fonds de garantie, mais ce fonds est contre le criminel. Ou son tuteur légal s’il est mineur. « On parle de centaines de milliers d’euros, a insisté l’assureur. Dans ces cas-là, ça veut dire vendre sa maison, payer toute sa vie… »

Pour « lâcher » une moto, il faut se salir les mains. Mais pendant les cours, ce n’est pas très difficile, et les mécaniciens d’Internet disent rarement que c’est complètement illégal. Cette restriction est généralement utilisée pour limiter la puissance de la moto à 45 km/h, la limite officielle de 50 cc. Mais vous pouvez aussi « kiter » des deux-roues en ajoutant des pièces.

En moyenne, une moto customisée atteint 70 km/h, mais certains indiquent 80 km/h. Quand ce n’était guère plus : à Figeac, en 2009, un adolescent de 16 ans conduisait une moto roulant à… 110 km/h.

Trouver les pièces dont vous avez besoin pour intervenir sur les deux jambes est un jeu d’enfant. Naraku, Polini… Quelques centaines d’euros, et le « mollet » se transforme en fusée. N’allez que dans des magasins spécialisés, qui ne relancent jamais : ils risquent 2 ans de prison et 30 000 € d’amende. Il peut également être acheté en ligne.