Les jeunes de 18 à 25 ans en insertion professionnelle des deux bassins pontois bénéficieront de 25 heures de formation gratuites à l’auto-école Maxiconduite, grâce au soutien de la Région.

Grâce au partenariat signé entre l’association Nous la Jeunesse de Pontoise (Val-d’Oise) et l’auto-école Maxiconduite de Cergy, les jeunes en insertion professionnelle du Louvrais et des Cordeliers pourront bénéficier du dispositif de financement du permis de conduire. lancé en décembre dernier par la Région Île-de-France.

Concrètement, il s’agit d’une aide de 1 300 €, soit l’équivalent du prix moyen d’un permis de conduire, pour les jeunes de 18 à 25 ans répondant aux critères d’éligibilité.

« Très peu connaissent cet accompagnement »

« Nous cherchions depuis longtemps une école de conduite qui accepterait les conducteurs qui apprennent de nos quartiers. Heureusement, David Mambiki, le fondateur de Maxiconduite, nous a ouvert ses bras. Il a même accepté de relever le plafond des heures de conduite à 25 heures, au lieu des 20 heures prévues par le dispositif », expliquent Rayân et Riad, deux des co-présidents de l’association Nous la Jeunesse.

Ce dernier a joué le rôle de passerelle entre les jeunes concernés et le soutien apporté par la Région.

« Très peu connaissent l’existence de ce dispositif, dont les critères sont particulièrement précis », ont souligné les dirigeants du groupe pontois.

Eligibles entre 18 et 25 ans inscrits dans une mission locale, dans une école de la seconde chance, dans un espace dynamique d’insertion ou un parcours d’accès à l’emploi (PEE), les personnes suivant une formation professionnelle financée par la Région, mais aussi les demandeurs d’emploi de moins de 26 ans habitant soit dans un quartier politiquement prioritaire de la Ville (QPV), ce qui est en partie le cas à Louvrais et Cordeliers.

À Lire  L'arnaque au compte personnel de formation (CPF) devient de plus en plus populaire

« Certaines rues sont classées quartiers prioritaires, mais d’autres ne le sont pas, c’est assez compliqué en effet », reconnaît Schahrazade Delamare, adjointe au maire en charge de la vie de quartier et des associations, entre autres.

« Tout en admirant le travail d’échange fourni par les « grands frères » de la région », l’élu regrette, par ailleurs, « le manque de visibilité de la mission locale de Pontoise ».

« Normal de leur offrir une chance »

Au moins une dizaine de jeunes se sont déjà inscrits pour tenter de passer leur permis de conduire.

« Nous enverrons chaque jeune éligible qui postule », ont promis Rayan et Riad.

« J’ai moi-même eu de l’aide avant de créer mon entreprise. Je trouve normal de donner une chance aux jeunes. »

« Le financement de la formation à la conduite via le compte personnel de formation (CPF) a boosté notre trésorerie, nous avons donc pu nous permettre de déménager », ajoute Osnyssois, entrepreneur de 45 ans.

« Les cinq heures supplémentaires ne seront pas nécessaires. Beaucoup de jeunes du quartier savent déjà très bien conduire », plaisante Riad.

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez suivre La Gazette du Val d’Oise dans la rubrique Mon actualité. En un clic, après inscription, vous verrez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.