La croisière, ce n’est pas seulement la mer, c’est aussi les rivières qui permettent de naviguer au cœur de certaines des plus belles régions de la planète. Très immersifs, ces voyages, caractérisés par une proximité constante avec l’environnement, rencontrent un succès croissant, notamment en Europe, où les voies navigables sont nombreuses et permettent d’accéder à de magnifiques territoires.

C’est le cas du Danube, de par sa longueur le deuxième plus grand fleuve d’Europe, qui prend sa source en Allemagne, dans la Forêt Noire, et se jette près de 3000 kilomètres plus loin dans la Mer Noire. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, le Danube offre une richesse unique en termes de paysages, de cultures et d’histoire. Il traverse pas moins de 10 pays, de l’Allemagne à l’Ukraine, en passant par l’Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Croatie, la Serbie, la Bulgarie, la Roumanie et la Moldavie. Tout cela avec de vrais contrastes liés aux variations climatiques et topographiques.

Amadeus Silver II sur le Danube (© : LÜFTNER CRUISES)

Marqué par de multiples écluses, dont le passage est toujours un moment fort pour les passagers, le Danube a été historiquement une voie commerciale importante pour le transport de marchandises dans cette partie de l’Europe. Surtout parce qu’elle est reliée au Rhin et au Main, permettant ainsi l’accès à la mer du Nord. Mais le fleuve a également connu un développement important des paquebots de croisière, du fait de sa beauté naturelle, des régions luxueuses qui le bordent, comme la Bavière, et des capitales qu’il traverse, comme Vienne et Budapest.

La compagnie autrichienne Lüftner Cruises est depuis longtemps un spécialiste des croisières sur le Danube, où elle exploite plusieurs navires, dont son vaisseau amiral, le Silver Amadeus II (voir notre dossier sur ce bateau). Profitant du réseau fluvial, le chargeur, qui a développé un produit haut de gamme, propose des trajets plus ou moins longs. En 15 jours, vous pouvez traverser le Rhin et le canal Main-Danube entre Bamberg, Nuremberg et Ratisbonne d’Amsterdam à Budapest.

Marché de Noël (©: VILLE DE NUREMBERG)

Une semaine entre Nuremberg et Budapest

Habituellement, la croisière classique sur le Danube part de Nuremberg, d’où le navire part en fin d’après-midi, pour arriver à Budapest au terme d’un voyage d’une semaine à travers l’Allemagne, l’Autriche, la Slovaquie et la Hongrie. C’est à ce voyage qui s’effectue l’été, mais qui s’offre aussi l’hiver, et surtout pour découvrir les grandes décorations de Noël et les marchés des communes traversées, que nous vous invitons aujourd’hui.

Au départ de Nuremberg et après une rapide escale le lendemain matin à Kelheim, d’où les passagers souhaitent partir en excursion au monastère de Weltenbourg, le navire arrive vers midi à Ratisbonne, le nom allemand de Ratisbonne. Les passagers partis en excursion le matin s’y rendront en bateau et pourront découvrir cette très belle ville.

Nuremberg (©: VILLE DE NUREMBERG)

Ratisbonne (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Celle-ci est connue en France pour un accord historique dont elle tire son nom. La « Trève de Ratisbonne », entre la guerre de Hollande et celle de la Ligue d’Augsbourg, est conclue en 1684 entre Louis XIV et l’Empereur Léopold Ier, qui reconnaît provisoirement l’acquisition du Roi de France en Alsace et en Sarre.

Dans les années 1960, il était prévu de détruire de nombreux bâtiments historiques à Ratisbonne et de les remplacer par de nouveaux bâtiments. Heureusement, ce projet a été abandonné, les bâtiments ont plutôt été restaurés au cours des quarante dernières années.

Cela permet au centre médiéval de Ratisbonne, avec plus de 1500 bâtiments, d’être aujourd’hui d’une grande beauté et d’attirer de nombreux touristes.

Et la ville est très animée, avec ses rues commerçantes, ses nombreux bars et une vie culturelle riche. On peut également apprécier la promenade le long du Danube, où se trouve un petit musée avec d’anciens bateaux à vapeur ouvert aux visiteurs.

Ratisbonne (© : SEA AND CRUISE – VINCENT GROIZELEAU)

En fin de journée, Amadeus Siver II quitte Ratisbonne pour poursuivre sa descente du Danube. Au restaurant puis sur les terrasses de l’Amadeus Silver II, on peut pleinement apprécier le spectaculaire coucher de soleil sur le fleuve, la quiétude de la navigation, le paysage et les villages qui se reflètent dans les derniers rayons du soleil à la surface. de l’eau. Les passagers qui viennent d’embarquer vivront également leurs premiers passages aux écluses.

Premières navigations du soir (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

Le lendemain matin, alors que le café et le thé sont servis dès 6h du matin pour les lève-tôt, les passagers se voient proposer une séance de gym pour se mettre en forme en début de journée. Dès 8 heures, l’Amadeus Silver II arrive en vue de Passau et manœuvre entre les voies navigables pour la matinée. Parce qu’ici le Danube, l’Inn et l’Ilz se rencontrent, et Passau a reçu le surnom de « Ville des Trois Fleuves ».

C’est l’une des plus belles villes de Bavière. Comme Ratisbonne, la ville a 2000 ans d’histoire : ses murs rappellent la présence romaine, la forteresse de Bojodurum celle des troupes conduites par Charlemagne contre les Avars, mais reste aussi associée aux Croisades, aux Batailles contre les Turcs et au passage des Napoléon. Alors que le magnifique St. L’église Saint-Étienne, de style gothique et baroque allemand, est le symbole de Passau, la riche ville bavaroise offre de nombreuses rues et ruelles entourées d’excellents bâtiments historiques.

Passau et l’église Saint-Etienne côté Auberge (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

Des excursions d’une journée sont également proposées de Passau à Cesky Krumlov, l’une des plus belles villes de la République tchèque avec ses 300 maisons de style gothique, ainsi qu’à Salzbourg, dont Mozart est le natif le plus célèbre. Ces excursions s’adressent généralement aux passagers connaissant déjà Passau et Linz, deuxième étape de la journée.

Sur le Danube (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

Linz, pour laquelle le bateau part peu après 10 heures, ce qui signifie seulement deux heures pour faire le tour de Passau, ce qui n’est pas grand-chose tant cet endroit est agréable. Suivent plus de quatre heures de navigation sur le Danube. Merveilleux voyage à travers forêts, villages, châteaux et montagnes, la rivière est entourée de reliefs imposants, entre lesquels elle serpente. Et puis on découvre la vie autour de ce fleuve, sur lequel passent de nombreuses péniches, chargées de marchandises et autres paquebots de croisière. En ce bel été, les résidents profitent pleinement de la nature. On bronze ou on se promène le long du rivage, à pied ou à vélo, certains se baignent au bord des plages boueuses… Aussi les yachts et le ski nautique font partie des activités habituelles en cette saison.

Sur le Danube (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

La navigation dans les méandres du Danube, mais aussi sous les ponts et à travers l’écluse ponctue l’après-midi, au cours de laquelle le navire quitte l’Allemagne pour arriver en Autriche. Un moment particulièrement apprécié des passagers qui profitent du paysage depuis les terrasses ou depuis leurs cabines, dont les larges baies vitrées offrent une vue imprenable sur le bord de l’eau.

Vers 17 heures, l’Amadeus Silver II se trouve à Linz, à deux pas du Musée d’Art Moderne. La capitale de la Haute-Autriche possède de très beaux ensembles architecturaux, mais la vue d’ensemble est malheureusement gâchée dans certaines rues par le réseau électrique qui alimente les lignes de tramway. Cette grande ville, très animée et dotée de nombreux commerces, offre néanmoins de belles découvertes. Vous pourrez également déguster d’excellentes pâtisseries, l’une des spécialités de la région. Linz possède également un quartier culturel assez étonnant, le Höhenrausch, un grand complexe qui s’installe dans plusieurs bâtiments reliés par des passerelles et qui possède un centre ornithologique et un grand perchoir d’où l’on peut profiter d’une vue spectaculaire sur le centre-ville.

Linz (© : SEA AND CRUISE – VINCENT GROIZELEAU)

L’Amadeus Silver II quitte Linz vers 21 heures et navigue toute la nuit pour arriver à Emmersdref le lendemain matin. Point de mer aménagé dans le seul but d’emmener des passagers en excursion au monastère de Melk. Dès que les actions de séparation seront terminées, le navire se dirigera vers Wessenkirchen, où les passagers le rencontreront. En attendant, ils découvrent Melk et son magnifique monastère. Dominant la ville depuis un éperon rocheux, cet ancien château, érigé au Xe siècle, fut ensuite occupé par les Bénédictins, transformant le site en une abbaye fortifiée.

Melk est dominée par son abbaye (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

Envahie, pillée et même incendiée à plusieurs reprises, elle a su survivre à l’histoire, bénéficiant d’une importante restauration au XVIIIe siècle. Étant l’un des joyaux de l’époque baroque, le monastère, qui possède un musée moderne sur son histoire, comprenant de nombreux objets et œuvres d’art, est également connu pour ses fresques en trompe l’œil et sa précieuse bibliothèque. Il compte plus de 85 000 livres, dont certains manuscrits vieux de plusieurs centaines d’années.

À Lire  Maloya d'influence tamoule de Zène'T Panon

Abbaye de Melk (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

De Melk, vous êtes déjà dans la vallée de la Wachau, la région pittoresque du Danube en Autriche. Après avoir visité l’abbaye, les passagers regagnent l’autocar, à travers les villages et les différentes cultures agricoles de cette région, où se trouvent des champs d’abricots et des vignes utilisées pour la production de vins et de liqueurs.

Dürnstein (© : MER ET CROISIÈRE – VINCENT GROIZELEAU)

Une halte permet également de visiter à pied le village médiéval de Dürnstein, sous une ancienne forteresse aujourd’hui en ruine. Ici, Richard Cœur de Lion (1192) fut retenu prisonnier par le duc Léopold V d’Autriche, les deux hommes qui s’affrontèrent lors de la troisième croisade. Le roi d’Angleterre n’a été libéré qu’après le paiement d’une importante rançon (plus de 20 tonnes de pièces d’argent). A travers les ruelles étroites, la promenade guidée à Dürnstein est très agréable, puis temps libre pour se promener, faire du shopping dans les boutiques d’artisanat et profiter de la belle vue sur le Danube.

Vue sur le Danube depuis Dürnstein (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

L’excursion se termine en fin de matinée à Wessenkirchen, où l’Amadeus Silver II est amarré. Mais avant de monter à bord du navire, une dégustation de vins locaux est proposée dans une cave locale, où vous pourrez déguster différents cépages au son de l’accordéon. A la fin, les passagers embarquent sur le bateau, ou découvrent ce beau petit village, encadré de vignes et qui en ce mois de juillet vibre à travers une fête avec orchestre bavarois, costumes traditionnels et échoppes artisanales.

Wessenkirchen (© : MER ET CROISIÈRE – VINCENT GROIZELEAU)

Une ambiance folklorique se poursuit sur l’Amadeus Silver II, où un buffet bavarois est organisé cet après-midi au Panorama Bar, avec choucroute et bière, le tout en chanson avec le duo d’artistes qui assurent l’animation musicale sur le bateau. Après cette immersion dans la culture locale, il est temps de quitter Wessenkirchen. En début d’après-midi, le navire se dirige vers Vienne, où il est revenu le soir après une merveilleuse navigation.

L’escale à Vienne dure jusqu’à deux jours plus tard. C’est donc une étape longue, avec deux nuits à quai et une journée complète sur place. Quel bel aperçu de l’ancienne capitale de l’empire austro-hongrois. Une ville luxueuse avec ses palais, ses églises et ses bâtiments historiques. L’Amadeus Silver II est situé assez loin du centre-ville, pourtant facilement accessible en transports en commun ou en taxi. De nombreuses excursions sont également proposées par la compagnie, dès le premier soir, pour profiter des éclairages qui illuminent la ville et ses innombrables monuments.

Vienne (©: VIENNA TOURISM – CHRISTIAN STEMPER)

Pendant la journée, vous avez l’embarras du choix. Le passage par la rocade, le boulevard circulaire qui encadre le centre historique, offre déjà un beau panorama. Palais Impérial, Opéra National, parcs, places, fontaines et rues monumentales… Vienne et son histoire impressionnante regorgent de lieux à découvrir. Mais la cité impériale cache aussi de belles pièces plus modernes, dont l’étonnante Hundertwasser. Conçu par l’architecte Joseph Krawina, qui s’est inspiré des œuvres de l’espagnol Gaudi, cet immeuble du 3e arrondissement de la capitale autrichienne doublé d’un centre commercial, construit au début des années 80. Unique en son genre, par son style. De conception amusante, il comprend une cinquantaine d’appartements, de cafés, de restaurants et de terrasses avec de nombreux arbres à différents niveaux, qui en font l’un des endroits les plus visités du pays.

La Hundertwasser (© : MER ET CROISIÈRE – VINCENT GROIZELEAU)

Véritable musée à ciel ouvert où sont conservés les témoignages de son ancienne puissance et du faste de la cour impériale, Vienne, qui se caractérise bien sûr par ses célèbres cafés, n’est sans doute pas la capitale européenne la plus prisée des noctambules. En revanche, c’est un petit paradis pour les amateurs de musique classique. Berceau de cet art aux XVIIIe et XIXe siècles, Vienne compte la plupart des grands compositeurs de l’époque, de Guck à Beethoven, en passant par Haydn, Mozart, Brahms, Strauss, Schubert et bien d’autres.

Vienne (© : MER ET CROISIÈRE – VINCENT GROIZELEAU)

Le deuxième soir, la compagnie propose également un concert au Kursalon de Vienne, un grand bâtiment surplombant le parc de la ville dans lequel de nombreux artistes se produisent. Une dizaine de musiciens, deux chanteurs d’opéra et deux danseurs de ballet proposent un concert privé pour environ 200 personnes dans une salle haute aux grands lustres de cristal ouverte sur le parc. Avec une flûte de champagne à déguster pendant la pause sur la terrasse du jardin. Une belle expérience qui conclut l’escale viennoise de l’Amadeus Silver II.

C’est de nuit que le navire s’embarque pour sa prochaine escale : Bratislava. A 8 heures, les passagers découvriront la capitale de la jeune République slovaque, née de la séparation de la Tchécoslovaquie en 1992. La période communiste a laissé ses traces architecturales, avec certains bâtiments à l’aspect typique des années « soviétiques » et l’imposant pont du soulèvement national slovaque (1972) surmonté d’une tour surmontée d’un dôme avec un restaurant panoramique. Mais au-delà de ces vestiges de l’ère communiste, la capitale de la Slovaquie, surplombée par un château, a conservé et mis en valeur de très beaux monuments historiques, notamment le célèbre style rococo du 18ème Danube.

Bratislava (© : MER ET CROISIÈRE – VINCENT GROIZELEAU)

Depuis le bateau qui accoste près du centre, il est facile de se promener dans Bratislava et d’apprécier le cœur de cette ville en pleine récupération et très dynamique. Il existe de nombreux musées, galeries d’art, théâtres et institutions culturelles. Bratislava, ville universitaire à la population assez jeune, est également réputée pour ses soirées festives.

Bratislava (© : MER ET CROISIÈRE – VINCENT GROIZELEAU)

En fin de soirée, Amadeus Silver II quitte Bratislava pour poursuivre sa route sur le Danube et arriver en Hongrie. Le lendemain matin, une courte escale à Esztergom permet aux passagers de débarquer pour explorer Szentendre, une belle petite ville située à une vingtaine de kilomètres de Budapest, à l’architecture baroque et où une atmosphère se prête parfois aux saveurs méditerranéennes en raison d’une forte immigration historique en provenance du Côte dalmate à la Grèce. Les passagers séjournant à bord du navire ont une bonne vue sur la rivière Esztergom, qui fut la capitale de la Hongrie du 10e au 13e siècle. Vous pourrez notamment profiter de la vue sur l’édifice le plus imposant de la ville : la cathédrale Saint-Adalbert, dont le dôme central culmine à près de 100 mètres.

Esztergom et sa cathédrale (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

Arrivée à Budapest avec son Parlement (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

Après quelques heures de navigation, toujours en profitant des très beaux paysages, l’Amadeus Silver II arrive en vue de Budapest. Peu à peu, la soi-disant « Reine du Danube » se révèle et s’impose. Considérée comme l’une des plus belles villes du monde, la capitale hongroise est divisée en deux par le fleuve qui sépare Buda, à l’est autour de la colline du même nom, et Pest sur l’autre rive. La fusion des deux villes en 1873 a donné son nom à la ville actuelle.

Château de Buda vu du Danube (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

Voir la ville de la colline de Buda (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

Budapest, qui se visite seul ou via des excursions, est l’apothéose de cette croisière. La ville est décidément magnifique, avec ses magnifiques édifices baroques, ses parcs, ses nombreux ponts et ses monuments, comme le Château de Buda, sur la colline, et bien sûr le fameux Parlement, l’un des plus grands au monde, achevé en 1904. et est devenu le symbole de la capitale hongroise. Très appréciée des touristes, Budapest est une ville non seulement très belle, mais aussi animée, avec de nombreuses rues commerçantes, de multiples bars et restaurants, ainsi qu’une vie culturelle très riche et des nuits particulièrement animées qui attirent de nombreux jeunes à travers l’Europe.

Le Parlement de Budapest (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

Château de Buda (© : MER ET CRISIERE – VINCENT GROIZELEAU)

La nuit est précisément l’un des meilleurs moyens de profiter de la splendeur architecturale de Budapest. C’est pourquoi l’Amadeus Silver II, qui reste en place deux jours, se repose en fin de soirée pour une merveilleuse navigation sur le Danube. Les passagers regroupés sur le pont supérieur, où un bar et un buffet sont installés, profitent des éclairages qui illuminent les différents monuments. Un moment unique offert, par le fleuve envahi par une incroyable flottille de navires, une autre vision de la capitale hongroise.

(© : MER ET CROISIÈRE – VINCENT GROIZELEAU)