Un voyage au bout de Paris : Colette « Paris de ma fenêtre ».

Palais Royal, le « numéro de Paris », bien avant qu’il y ait le très célèbre Saint Germain des Près, les Champs Elysées, ou le grand magasin de pommes de terre Les Halles.

Sidonie Gabrielle Colette, le monstre sacré de la littérature autour du XXe siècle, a vécu au Palais Royal et chaque jour, de sa fenêtre, elle profitait de la vue parisienne. Dans son livre, « Paris de ma Fenêtre », on retrouve une voie de « Claudine à l’école », des temps modernes, du coquin, du diable, libéré. Cependant, Colette lui rappelait souvent que l’écriture, pour lui, ce n’était pas comme ça. dîner de gala.

Dans le palais, il y a des moments de rigolade, d’agitation, d’extrêmes, le gouvernement, les fêtes de Philippe d’Orléans, il y a aussi l’élégance des boutiques sous les galeries, la beauté du restaurant Le Grand Véfour et son plat symbolique » queue de bœuf pressée aux truffes ». Et maintenant, il y a des temps sombres, la guerre, le travail, les restrictions. Colette, au fil des pages, très proche du poème « courage » de Paul Eluard parle du Palais Royal à la sauce filandreuse au rutabaga, avec une mayonnaise sans huile ni œufs et avec un lustre sans gâteaux.

Pourtant, Colette au bord de sa fenêtre ne cesse de décrire des moments heureux et agréables, la visite de son ami et voisin Jean Cocteau et de son amant Jeannot. Jeannot, également connu sous le nom d’acteur Jean Marais. Il a également recréé René la prostituée qui passait rue du Beaujolais en attendant un client, recréé Pierrot le chat, Lili la tortue et écrit, « ces petits enfants de Paris ont cinq ans et vingt par leur apparence ».

À Lire  Amadeus : la reprise des voyages d'affaires, portée par le MICE

Un soir d’été de 1954, la fenêtre de l’appartement de Colette reste fermée, le jardin du Palais Royal s’assombrit soudain, un appel parvient au bureau de presse français : « Madame Colette est morte à 81 ans dans son appartement parisien, elle est morte sans souffrir , entourée de son mari et de sa fille ».

Lire ou relire, « Paris de ma fenêtre » de Colette, éditions Fayard.