L’acquisition du Château des Isnards a été approuvée par le conseil municipal en 2017. Le bâtiment a ainsi intégré le patrimoine communal afin d’être sécurisé et renforcé sur le long terme. Quatre locataires occupent les lieux.

Le membre de la commission culturelle, Jean-Marc De Béthune, revient à plusieurs reprises sur les origines architecturales du bâtiment, érigé à deux pas de l’hôtel de ville.

La bastide avec tourelle a accueilli des Russes

« Le rez-de-chaussée surélevé présente une façade aux nombreuses ouvertures et lucarnes. Il semble être le fruit d’une performance et plus encore d’une ambition féminine inspirée par Dame Anne de Cambis, qui restera liée tout au long de sa vie. Il est conçu à partir des vestiges d’un manoir ou d’une maison forte.L’édifice primitif se dressait près de l’église paroissiale aujourd’hui disparue dans les bâtiments conventuels.Cette bastide à tour est une massive bastide de la fin du XVIIe siècle (1688-1690), était une Longtemps résidence privilégiée de la famille De Cambis.

Les archives montrent qu’il fut acheté en 1509 par Dominique De Cambis, dont les descendants y résidèrent jusqu’en 1925, date à laquelle le patronyme Des Isnards fut ajouté. Cependant, il est en cours de vente et sera remis à la société Alais Froges Camargue à cette date. Pour l’anecdote, notée à Salindres-Rousson une brochure illustrée éditée par l’association feu Arehis, l’entreprise Péchiney a hébergé des familles venues de Russie pendant la guerre 1939-1945. Le jardin public adjacent a été créé dans les années 1950 avec le parc du château. De plus, il bénéficie actuellement d’une rénovation de son aire de jeux pour enfants.

À Lire  Lyon 1. Une nouvelle maison de retraite médicalisée ouvre sur la presqu'île

Les grands travaux de restauration viennent de s’achever, qui sont dirigés par le comité de travail, sous la houlette du premier adjoint Thierry Merle. Ils ont été confiés aux employés du Parc technique municipal, Adrian Nicolae et Kevin Loison (contractuels), et Ludovic Parro.

Ils sont intervenus dans toutes les parties communes pour réparer les murs, restaurer les enduits et donner un bon coup de pinceau à la rénovation, sans oublier la remise à niveau des installations électriques. Et cela à la grande satisfaction des occupants.