Ce sont les deux silhouettes que l’on a souvent rencontrées la saison dernière en bordure des quartiers de L’Etrat. Caméra et perche en main, on ne comprend pas trop le projet depuis les tribunes, il prend tout son sens cette semaine après une conversation avec l’un des deux réalisateurs du film « Le Centre », un article qui plonge dans la formation de Stéphanoise .

Réalisé par Alexandre Donot et Raphaël Rivière, le film suit le quotidien du centre de formation des Verts pendant un an, des professeurs au staff du club, en passant par les joueurs, plongés dans un espace public clos.

Le rendez-vous a été pris ce jeudi 17 novembre par Alexandre Donot, co-réalisateur du documentaire pour parler de la genèse du projet : « On a commencé à tenir le club en 2016, le film a été spécifiquement réalisé pendant le Covid-19. On a commencé le tournage au printemps 2021. A force de discussions et d’explications sur ce qu’on voulait faire, on a pu vraiment se connecter au milieu. Quand on allait tourner les séances, on dormait sur place pour avoir le contact avec des encadrants, des surveillants. , des coachs (…) Ce ne sont pas des cercles qui ressemblent à des caméras, avec méfiance souvent car il y a beaucoup d’histoires de jeunes et du club. . Il fallait montrer qu’on ne faisait pas un film de comédie, ce n’est pas un document d’organisation, nous leur avons dit de demander la confiance en nous.

Du côté du club, le directeur de la communication Thomas Granger, explique que l’ASSE s’est montrée ouverte « à publier certaines choses, sans la pression des caméras afin de montrer le travail de formation et d’éducation du Centre de formation. »

À Lire  Découvrez notre offre de formation pour la rentrée

Le projet est d’immersion, il se veut différent de ce qui se fait habituellement sur les documentaires football et le repérage du terrain d’entraînement, explique Alexandre Donot : ‘À la Clairefontaine’ où les joueurs sont majoritairement mis en avant. Nous ne voulions pas faire cela et offrir quelque chose en lien avec la formation, le transfert d’intérêt et l’apprentissage. Nous voulions voir comment les gens vivent ensemble. , nous ne voulions pas vraiment trouver juste une ou deux personnes. film, la question soulevée par Gambardella qui pouvait nous donner l’opportunité d’un film narratif (NDLR : retiré de la première pièce contre moi. OL 1-2), le retrait signifiait qu’on se concentrait sur le projet humain au lieu d’être pris dans le problème des jeux qui auraient été créatifs dans le film. Je pense que ce film dérange les gens qui ont l’habitude de regarder du sport. On est vraiment parti sur quelque chose de connecté, en gardant les moments proches, je pense notamment à la séquence forte lors de la réunion du staff liée au départ ou non des jeunes du centre.

Le documentaire sera diffusé pour la première fois le jeudi novembre à 23h30. sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes puis sur Public-Sénat à une date non annoncée par la station pour le moment (décembre). Il sera également disponible en ligne et en version papier.