Daniel Fauconnier (49 ans) pratique la musculation depuis plus de 20 ans. Cet habitant de Lantheuil (Calvados) s’apprête à participer au concours Mister Univers NAC.

Fort de son impressionnant palmarès athlétique, 11 compétitions de musculation en 8 ans, Daniel Fauconnier vise désormais le titre ultime de Monsieur Univers, une compétition de musculation amateur organisée par la fédération internationale NAC. Le 26 novembre 2022, Daniel se rendra à Hambourg dans le nord de l’Allemagne pour tenter de remporter le trophée. Pendant ce temps, le licencié du club « Bayeux Body Fit » s’entraîne presque tous les jours au complexe sportif d’Eindhoven.

Une préparation drastique

Il s’agit de sa première participation au concours. « La fédération NAC m’a contacté et m’a proposé de participer au concours. » Le voilà désormais candidat à la compétition de musculation amateur où il devra exceller parmi la centaine d’athlètes du monde entier qui seront présents au jour J.

Pour se donner la chance de se démarquer, Daniel a suivi pendant des semaines une routine sportive diététique extrêmement stricte. Ce que le carrossier recherche, c’est l’esthétique. «Nous essayons d’être aussi maigres que possible pour définir les muscles, tout en étant volumineux. Vous devez descendre à 5% de matières grasses. Pour obtenir un tel résultat, c’est avant tout sur le plateau que ça se passe. Depuis quatre mois, Daniel suit un régime d’urgence, qui l’oblige à manger toutes les trois heures.

Je me débrouille bien avec 800 g de viande blanche par jour, une dizaine de blancs d’œufs et beaucoup de légumes verts.

Les muscles, ça consomme. Et pour les préserver, « les protéines sont indispensables. Ce que je prends est composé à 90% de protéines, donc il contient très peu de sucre. Les glucides aident à développer les muscles tandis que les protéines aident à maintenir la taille des muscles pendant la coupe, afin qu’ils ne fondent pas. Lors de la préparation d’une compétition, l’athlète adhère à un régime alimentaire encore plus spécialisé. « Huit semaines avant une compétition, je coupe tout le gras pour consommer beaucoup de protéines. Au petit-déjeuner, je mange 40 grammes de flocons d’avoine et dix blancs d’œufs. »

Cette discipline, Daniel l’impose à son quotidien, tous les jours. Ainsi, lorsqu’il est invité à manger avec des amis, il apporte sa propre nourriture. « C’est hyper contraignant, le régime musculation c’est vraiment très dur. C’est surtout mental, mais parfois je me fatiguais et je mangeais tout un gâteau », plaisante le sportif qui se limite à « quatre pizzas par an et deux fois frites », sans jamais toucher aux petites plaisirs tels que « charcuterie, fromages, pâtisseries ». Il perd également l’odeur de la restauration rapide, ce qui peut probablement le faire craquer.

À Lire  Si Jonathan Franzen est le meilleur écrivain français aujourd'hui ?

C’est très difficile mentalement, c’est vraiment de la torture.

Son activité professionnelle, qui l’oblige à beaucoup voyager, freine parfois aussi sa poursuite de la musculation. « Lorsque je voyage, je m’assure toujours qu’il y a une salle de sport à proximité et aussi un supermarché pour que je puisse acheter ma nourriture. J’apporte aussi mon frigo, mes casseroles, mes chaudrons, j’ai toute mon administration avec moi », s’amuse Daniel.

« Qui ne souffre pas, ne gagne pas » 

Bien que l’alimentation soit une grande partie du succès, l’entraînement physique est tout aussi important. Daniel, qui fait de la musculation depuis plus de 20 ans et a commencé la musculation à 40 ans, admet qu' »il a été fait pour ça ». C’est sa thérapie. « Quand j’étais plus jeune, j’étais timide, renfermé et maladroit. » Ces heures passées au gymnase le libèrent de ses tourments, et sa pratique sportive intense devient « une drogue ».

Dans le cadre du concours Mister Universe, visez « le top 6″. Pour y parvenir, il s’entraîne « 1h30 par jour, cinq fois par semaine. Je divise mes séances en travaillant les pectoraux, biceps, triceps une fois. Puis j’attaque les jambes, les cuisses, qui demandent plus d’énergie. Et puis je fais des redressements assis tous les jours. »

Ce travail de découpe est indispensable pour mettre en valeur tous les muscles, ceux tirés. C’est sur cela que Daniel sera jugé lors de la compétition. « C’est la définition musculaire et sa proportion qui sont prises en considération par le jury. Nous avons sept poses à effectuer pour montrer notre corps et les juges compareront les athlètes. C’est comme un concours de beauté, les critères sont à la fois objectifs et subjectifs. »

Beaucoup de sacrifices pour obtenir un trophée, car les athlètes qui participent au concours Mister Universo ne gagnent pas de gros lots ni de gros lots. Daniel s’en fiche, le plus important pour lui c’est sa passion pour la musculation, une passion souvent décriée par les gens « qui s’en moquent c’est trop et c’est mal ».

Daniel est devenu « insensible aux commentaires négatifs ». Ce qui compte le plus pour lui : sa femme. Et pour elle, il va faire « une grosse pause » et arrêter la compétition pendant un moment. « C’est vrai que ça devient trop contraignant et ma femme, qui m’a toujours soutenu, commence à s’ennuyer. Entre ma femme et la concurrence, ça se voit ! « . Plus de compétitions, bien sûr, mais la musculation continuera de faire partie du quotidien de Daniel.

Cet article vous a-t-il été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Renaissance le Bessin dans l’espace Mes Actualités. En un clic, après votre inscription, vous retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques préférées.