Zapping Autonews Skoda Vision 7S (2022) : le SUV électrique 7 places à l’étude en vidéo

Avec un prix de remplacement neuf avoisinant les 3 000 €, le turbocompresseur fait partie des pièces automobiles les plus chères. Dans ce guide pratique, la rédaction revient sur la santé du marché du turbo, explore les alternatives aux nouveaux turbocompresseurs et propose quelques astuces pour prolonger la durée de vie de cette pièce.

Marché du turbo : des performances solides malgré un contexte turbulent

Dans les années 2010, le marché du turbo est passé… au turbo ! Et la tendance haussière ne faiblit pas malgré les turbulences actuelles du marché automobile, avec notamment la fin prévue des motorisations essence et diesel en 2035 en Europe. Selon un rapport prospectif de Mordor Intelligence, le marché mondial des turbocompresseurs est aujourd’hui évalué à près de 280 millions de dollars et devrait franchir la barre des 400 millions de dollars d’ici 2026, avec une croissance annuelle moyenne de 8,5 %.

Alors que la pandémie a fortement ralenti le rythme du secteur, notamment en raison de la chute des ventes de voitures neuves et de la baisse des besoins en turbocompresseurs supplémentaires, l’engouement n’a pas duré longtemps, avec une reprise dès le départ. 2021, notamment grâce aux bonnes performances du segment des voitures de luxe. Aujourd’hui, la moitié des voitures qui sortent de la production sont turbocompressées… un choix rentable économiquement, fonctionnellement et écologiquement. Une autre tendance intéressante est que les revenus du marché des turbocompresseurs diesel se déplacent lentement mais sûrement vers les compresseurs à essence.

L’Europe détient la plus grande part de marché de l’industrie des turbocompresseurs, mais les prix élevés des pièces freinent les performances des grands acteurs du Vieux Continent tels que BorgWarner, Honeywell et Continental AG, où les automobilistes se dirigent volontiers vers le marché de l’occasion.

Panne de turbo : l’engouement pour les pièces d’occasion face au coût exorbitant du neuf

En France, la voiture est le deuxième poste de dépenses après le logement. Alors que la fiscalité automobile française est l’une des plus lourdes au monde, les conducteurs français doivent faire face à l’augmentation explosive du prix du carburant, sans oublier la police d’assurance et l’entretien du véhicule. Avec un prix de remplacement neuf avoisinant les 3 000 €, la panne de turbo est un cauchemar pour les automobilistes français. Ce dernier use de plus en plus du réflexe d’occasion dans l’espoir de trouver un turbo pas cher, fiable et fiable.

À Lire  Passage à l'électricité : quid de la facture de garage ?

Deux options sont particulièrement appréciées : les turbos dits « d’échange standard » et les turbos « d’échange de réparation » :

Turbo en réparation d’échange. Il s’agit de réparer un turbo défaillant en se limitant au remplacement des pièces défectueuses. La fiabilité est incertaine, car la réparation est souvent manuelle, effectuée en atelier ou en atelier. Le prix est bien sûr le principal avantage de cette option : jusqu’à – 80% du prix d’un turbo neuf, main d’oeuvre comprise.

Turbo en remplacement standard. Il s’agit d’une remise à neuf complète d’un turbo usagé. La pièce est refaite, le plus souvent en usine, avec des pièces neuves, notamment la cartouche centrale de turbocompresseur (ou CHRA) et la soupape de décharge (ou Wastegate). De toutes les pièces d’origine, seuls les deux carters sont conservés (partie admission et partie fonte). Cependant, ils subissent un processus de sablage approprié pour assurer leur fiabilité. La pièce reconditionnée est ensuite testée et équilibrée pour s’assurer qu’elle fonctionne correctement. L’automobiliste peut compter sur un prix de 30 à 60 % inférieur à celui d’un turbo neuf. Si les économies sont moins importantes qu’avec un turbo en échange d’une réparation, la fiabilité est au rendez-vous.

Comment prendre soin de son turbo pour prolonger sa durée de vie ?

Un turbocompresseur bien entretenu peut rester opérationnel pendant toute la durée de vie du moteur. Voici quelques conseils pratiques pour préserver cette pièce chère :

L’huile moteur est un facteur décisif. Évitez d’utiliser une huile frelatée, inadaptée ou de qualité douteuse afin de ne pas affecter le mécanisme de surcharge.

Laissez refroidir le moteur après avoir roulé. Laissez-le tourner au ralenti pendant quelques secondes ou minutes pour donner au turbo le temps de refroidir.

Faites chauffer le moteur en hiver avant d’utiliser le turbo. Lorsque vous conduisez par temps froid, conduisez « lentement » pendant les 5 à 10 premières minutes.

Ne pas dépasser les limites du turbo. Des accélérations très agressives et répétées peuvent réduire la durée de vie de votre turbo de plusieurs années.