L’Ordre des infirmiers dément les « informations erronées et biaisées » diffusées par les membres du collectif « Médecins de demain » sur le statut des « infirmiers en pratique avancée », dont les prérogatives doivent être élargies par un projet de loi à l’étude.

Issu d’un groupe Facebook qui a atteint plus de 16 000 membres en trois mois, le groupe « Médecins de demain » s’est d’abord réuni sur une revendication principale : la revalorisation de la consultation de base à 50 euros, toutes spécialités confondues. Sur la base de l’appel à la grève nationale des médecins libéraux début décembre, ce groupe s’est mis en première ligne du combat contre une proposition de loi portée par la députée de la Renaissance Stéphanie Rist, qui élargit les prérogatives des « infirmières en pratique avancée » ( IPA), qui ont reçu une formation pour élargir leur champ de compétences et de responsabilités.

Pourtant, sur les réseaux sociaux, mais aussi à la télévision, les membres et porte-parole de ce collectif non syndiqué multiplient les attaques très vicieuses contre les Institutions administratives et le texte de loi. L’épisode emblématique de cette crise : le 17 janvier sur France Info, le médecin Julien Sibour, l’un des porte-parole du collectif, annonçait une loi qui permettait

À Lire  Destination AI, un cours en ligne gratuit pour comprendre et démystifier l'IA