Frappé par plusieurs abus, l’entrepreneur cantalien a néanmoins su se relever et à bien des égards se démarquer. C’est la manifestation de la cinquième cérémonie des Trophées de l’Entreprise du Cantal, organisée par La Montagne. N’est-ce pas la fameuse « résilience » du Cantal, inhérente à la dureté d’un territoire, dont Paul Doumer évoquait déjà en son temps, et rappelée en début de soirée par Laurent Ladoux, président de Handels- et de la Chambre d’industrie. La crise sanitaire a tracé le chemin emprunté par d’autres freins de l’époque, listés par le président : « Ruptures des matières premières, des chaînes d’approvisionnement, problème énergétique… ». Et celui de la difficulté de recrutement – dont il a appelé à une évolution, basée sur une « réforme de l’assurance-chômage » pour que « les gens retrouvent goût au travail ».

L’état d’esprit avec lequel on perçoit l’avenir a une grande influence.

C’est beaucoup. Oui, mais… Comme l’a démontré le grand témoin de ce soir, Philippe Bloch, fondateur du Colombus Café, animateur de BFM Business : « L’arbre qui tombe fait plus de bruit que la puissance qui pousse ». Un proverbe africain qu’il utilisait pour illustrer l’optimisme, qu’il défend coûte que coûte. Son réquisitoire éloquent – ​​au terme duquel il invitait à mettre sur liste noire les termes « peu » et « bonne chance » – s’est terminé par un conseil.

S’adapter et voir plus loin, comme ligne conductrice

« La rentrée est franchement morose financièrement. Il n’y a pas beaucoup de rayons de soleil. Ainsi, les entreprises qui ont la capacité d’attirer s’en tireront mieux que les autres. Un aperçu de ceux-ci a été donné par les quinze nominés. A commencer par le restaurant La Femme du barbu, à Malbo. « Nous avons ouvert le 16 mars 2020 et à minuit nous avons dû fermer. Derrière les rires des mots du chef Julien Ayral se lisait l’admiration du public, qui lui a décerné son prix avec une large avance. Le couple a cherché des solutions à leur échelle. .

Originaire du Cantal, Maison Combelle est le dernier fabricant français de meubles pour enfants en bois massif

À Lire  Le changement climatique met l'assurance à l'épreuve

Comme la société Greencell qui, face à l’urgence écologique, développe des solutions pour purifier l’eau en utilisant par exemple des micro-organismes. Les idées sont là. Aussi des partenaires financiers. Et la confiance dans l’avenir ne faiblit pas. Chadelat, TPS Coliservice ou Fromagerie des Monts du Cantal… Oui, ils sont en place, les « forces » du Cantal. Ceux qu’on n’entend pas, comme on l’a entendu ce soir, au Palais des Congrès d’Aurillac. Et bien plus que les « cinq multinationales qui contrôlent tous les secteurs d’activité depuis le début de la crise sanitaire », comme les a décrites Philippe Bloch. Dans le Cantal, la révolution est en tout cas en train de monter.

Le palmarès

Ils innovent Fruit de la fusion de cinq petites coopératives à Planèze, la Fromagerie des Monts du Cantal (production traditionnelle du Cantal AOP), à Pierrefort, continue de se développer et de se moderniser. Ils s’engagent Spécialisée dans la maturation de la flore, la société Greencell, à Saint-Étienne-de-Chomeil, propose désormais une gamme de produits pour l’agriculture, alternatives naturelles à l’utilisation de produits chimiques et polluants. Ils brillent A Aurillac, l’entreprise Covial (abattage et découpe de viande) va bientôt investir dans une pièce d’atelier, pour toujours mieux valoriser les races emblématiques du Massif central et son savoir-faire. Ils reussissent

TPS Coliservice, entreprise de livraison spécialisée dans le dernier kilomètre, couvre le Cantal, le Puy-de-Dôme, l’Aveyron et la Lozère. Elle prévoit une nouvelle extension de son entrepôt dans le quartier Rozier-Coren à Saint-Flour. Ils se lancent Il y a presque un an jour pour jour, José Brunet et Sébastien Rolly reprenaient la scierie du Milieu et l’usine forestière du Chadelat à Vabres. Après une période d’adaptation, plusieurs perspectives s’ouvrent pour l’entreprise qui s’appelle désormais Foresterra. Coup de coeur du public Lancé le 16 mars 2020, la veille de l’accouchement, le restaurant de Malbo, La femme du barbu, a réussi son retour. Deux ans plus tard, Julien et Victoria Ayral ont conquis leurs clients et le public du Centre de Congrès.