Publié le lundi 3 octobre 2022 à 18h30

On en sait un peu plus sur les raisons qui ont poussé un chauffard fou à percuter un policier à Theux samedi soir lors d’un contrôle. Le chauffeur a donné des explications peu convaincantes.

On en sait un peu plus sur le chauffard fou qui a tenté de tuer un policier samedi soir, lors d’un contrôle de police à Theux, à Laboru. Le conducteur a délibérément heurté le policier. « Plutôt que de ralentir, ça a accéléré », a expliqué Gilles de Villers Grand Champs, procureur de la division de Verviers.

Au volant du Berlingo blanc qui n’était pas loin de commettre un meurtre, un jeune homme de 25 ans habitant Verviers. Il est arrêté après une poursuite extrêmement dangereuse dans les rues de Theux et Pepinster à Ensival. Là, il s’est retrouvé coincé dans une impasse et a tenté de poursuivre sa fuite à pied. Cela n’a pas fonctionné. Rattrapé par la police, il passe la nuit en détention avant d’être déféré devant le juge de garde. Aucun coup de feu n’a été tiré lors de la poursuite, selon le parquet.

Quand il a entendu, il a donné des explications plutôt que des doutes. « Il a dit qu’il était sous surveillance électronique et qu’il devait courir chez lui pour respecter les délais », a déclaré le procureur de la République, soupçonnant notamment qu’il avait déjà enfreint les règles de son assignation à résidence. C’était loin d’être sa seule raison de s’enfuir. « Il conduisait alors qu’il était sous le coup d’une interdiction de conduire et le véhicule n’était pas assuré. » Le pompon en somme.

À Lire  Économiser de l'argent avec des tricheurs d'assurance, mauvaise ou bonne idée

Un mandat d’arrêt a été demandé lundi contre cet homme déséquilibré pour tentative de meurtre, entrave malveillante à la circulation, défaut de permis et d’assurance. Il ne devrait pas profiter de l’assignation à résidence de sitôt.

Le policier qui a été violemment frappé ne peut pas travailler pendant au moins quelques jours. L’homme a trébuché sur la voiture avant de tomber lourdement au sol. Il doit son salut à sa tenue de motard. Il était équipé de son casque et de sa combinaison intégrale renforcée. Une robe qui lui a sauvé la vie. Le policier a pu sortir ce dimanche du CHR Verviers. Il souffre d’une commotion cérébrale et de nombreuses contusions, sans compter le choc émotionnel provoqué par cette histoire.