Avec l’aspirateur balai HF910P, Hoover change de braquet : fini la course à la puissance, bonjour la recherche d’équilibre ! Ce modèle au format stick serait capable d’aspirer pendant 30 minutes en continu, avec la même efficacité sur toutes les surfaces.

Lancé à 470 €, le nouvel aspirateur-balai de Hoover, le HF910P est l’antithèse du Dyson Gen5. Il abandonne la course au moteur le plus puissant pour se concentrer sur l’équilibre entre les facultés d’aspiration, d’autonomie et d’efficacité. Selon la fiche technique, après une recharge de 3 h 30 min, sa batterie Li-ion amovible de 21,6 volts lui permet d’aspirer efficacement le sol pendant 30 min.

Pour cela, le constructeur l’a équipé d’une filtration cyclonique – moins énergivore que la filtration multi-cyclonique – et l’utilisateur a la possibilité de modifier la vitesse de rotation de la turbobrosse selon ses besoins. Mais l’autonomie n’était pas le seul axe de développement du HF910P et, fidèle à ses habitudes, le constructeur lui a fourni de nombreuses petites astuces, comme la possibilité de le placer debout en position parking, une pédale pour détacher le tube d’aspiration avec le pied ou encore une rampe de leds à l’avant de la tête d’aspiration.

Commodité d’emploi

Le Hoover HF910P est un aspirateur-balai relativement classique. Les éléments les plus lourds, le moteur, le système de filtration cyclonique et la batterie (amovible) sont placés près du poignet de l’utilisateur. Grâce à cette ingénieuse répartition des masses, on peut facilement orienter l’appareil dans n’importe quelle direction, équipé ou non du tube d’aspiration ou de plusieurs accessoires afin d’aspirer, enfin, cette toile d’araignée qui nous nargue depuis plusieurs semaines dans le top coin d’une pièce.

Lorsque le HF910P est en mode portable, il pèse déjà 1,94 kg, ce qui en fait l’un des modèles les plus lourds de notre test, derrière le Rowenta Air Force Flex 760. En fixant le tube d’aspiration et la tête motorisée, le poids du HF910P atteint alors 3,37 kg. C’est beaucoup, mais heureusement, la majeure partie est soutenue par le sol et ne pèse pas trop sur le bras, même après une longue séance d’aspiration. De plus, les articulations de la tête sont suffisamment flexibles pour ne pas gêner les changements de direction brusques et serrés. Un dernier mot sur la tête d’aspiration justement ; il est équipé d’une rampe de leds en façade, une fonctionnalité très pratique pour éclairer sous les meubles ou éclairer les sols sombres afin de ne pas rater un seul grain de poussière.

La tête d’aspiration embarque une rampe de leds.

La tête d’aspiration embarque une rampe de leds.

Bien que le choix des couleurs (gris et bleu) puisse diviser, les matériaux semblent solides et prêts à endurer de nombreuses années de service. Dans le même ordre d’idées, les différentes pièces mobiles (pour maintenir certains éléments entre elles, notamment) coulissent bien et n’ont aucun jeu. A cet égard, il est possible de retirer la tête d’aspiration du tube grâce à une pédale placée, obligatoirement, près du sol. Tout fonctionne plutôt bien et la seule difficulté réside dans la remise en place du tube, ce qui n’est cependant pas insurmontable.

La fameuse pédale à gauche du tube d’aspiration.

La fameuse pédale à gauche du tube d’aspiration.

En bon aspirateur-balai qui se respecte, le HF910P est livré avec un socle à fixer au mur, à l’aide d’une perceuse, de vis et de chevilles. Ce dernier est très simple, puisqu’il ne comprend aucun connecteur. Mais on peut totalement s’en passer puisque le HF910P est capable de se tenir debout tout seul en position parking. Et, ce qui ne gâche rien, dans cette position, la prise de la batterie reste parfaitement accessible. Il peut donc être rangé dans un coin et branché sans avoir à installer cette fameuse base.

Le Hoover HF910P garé.

Le Hoover HF910P garé.

Pour un aspirateur-balai, le Hoover HF910P a un panneau de commande un peu compliqué. En effet, il se compose d’un grand affichage numérique et de trois boutons. Au centre, on retrouve l’interrupteur principal qui allume ou éteint l’appareil. A sa gauche, un bouton permet d’activer ou de désactiver le mode turbo. Enfin, avec la bonne touche, on passe du mode parquet au mode moquette, ce qui influe sur la vitesse de rotation de la brosse, cette dernière tournant plus vite sur les sols textiles (moquette, moquette à poils longs, etc.). ) pour mieux les battre et enlever la poussière. Il faudra donc quelques manipulations avant de maîtriser le tout.

On a connu moins « boutonneux »…

On a connu moins « boutonneux »…

Quelques diodes renseignent l’utilisateur sur les différents réglages. Ils servent aussi à indiquer un problème (airflow bloqué par exemple) mais, surtout, Hoover a placé un grand affichage électronique à segments, similaire à celui que l’on trouve sur les radios-réveils. Il donne une estimation de l’autonomie restante à la minute près, ce qui est bien plus parlant qu’un trio de diodes ou qu’un pourcentage. Cette fonctionnalité n’est pas nouvelle et se retrouve notamment sur les derniers aspirateurs Dyson. Comme c’est aussi le cas avec le V15 Detect ou le V12 Slim par exemple, ces données varient instantanément en fonction du réglage de l’aspirateur-balai et vous pouvez donc envisager sereinement une séance de nettoyage sans craindre de vous essouffler. de souffle au milieu du salon. A noter que lors de la recharge, c’est cette fois un pourcentage qui s’affiche.

À Lire  Marché automobile : des ventes dynamiques toujours présentes en octobre

Les accessoires ne sont pas nombreux, mais ils suffisent amplement pour un usage quotidien.

Les accessoires ne sont pas nombreux, mais ils suffisent amplement pour un usage quotidien.

Les accessoires fournis avec le HF910P ne vont pas révolutionner le secteur, mais ils prolongent la polyvalence de l’appareil. Le coffret contient donc un suceur long, une brosse plate et une mini-turbo-brosse. Hoover a également fourni une petite brosse pour nettoyer l’intérieur de l’appareil.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Aspiration

Le Hoover HF910P se comporte de manière très satisfaisante sur tous les types de sols.

Sur les tapis à poils longs, il peut aspirer 98 % du riz que nous répandons. Pour arriver à ce résultat, il faut bien entendu enclencher le mode tapis et activer le mode turbo.

La moquette fine est son terrain de prédilection. En mode tapis toujours, et à puissance normale, on peut espérer collecter 98% des déchets en 30 secondes et 100% en une minute. Le taux d’efficacité du mode turbo sur cette surface est de 99% en 30 secondes.

Étonnamment, les résultats sont un peu moins bons sur sol dur, puisque le HF910P avale 96 % des déchets à puissance normale et 97 % à puissance turbo. Il va sans dire que nous avons réalisé ce dernier test d’aspiration en mode parquet.

Entretien

Malgré son emplacement (horizontal, au-dessus du tube d’aspiration), le bac à déchets du HF910P est très facile à vider. Appuyez simplement sur le bouton approprié et le fond à charnière s’ouvre et libère la poussière qui tombe dans le bac.

Le système de filtration est basé sur la technologie monocyclonique. Malheureusement, il montre rapidement ses limites sur ce modèle. En effet, après avoir avalé 20 grammes de poudre de cacao avec un aspirateur-balai et l’avoir fait tourner quelques secondes pour bien faire circuler la matière, nous avons trouvé 0,446 gramme dans le filtre en mousse, situé juste après le collecteur. . Le filtre HEPA est également touché, puisqu’il a fallu 0,043 gramme. Même si ces quantités semblent négligeables, elles signifient que les poussières fines vont progressivement saturer les filtres du HF910P pour réduire ses performances d’aspiration. Un entretien régulier est donc nécessaire.

Heureusement, l’accès aux filtres est très simple. Le premier, en mousse, est situé dans le collecteur, et le HEPA est situé juste avant le moteur, sur le corps principal. Il s’enlève et se remet facilement en place en tirant simplement dessus, après avoir retiré le collecteur de déchets.

L’accès à la brosse se situe sur le dessus de la tête.

L’accès à la brosse se situe sur le dessus de la tête.

L’entretien de la brosse rotative ne devrait pas poser de problème ; le capot qui le protège est situé sur la partie supérieure de la tête d’aspiration et ce capot s’enlève très simplement, sans outil particulier, à l’aide d’une petite tirette. Bien que le peigne qui parcourt toute la longueur de l’intérieur de la brosse doive empêcher les poils ou cheveux longs de s’emmêler dans le mécanisme, on aurait aimé pouvoir retirer le rouleau pour faciliter un peu les opérations de nettoyage. maintenance.

Le peigne doit retenir les cheveux et les cheveux longs.

Le peigne doit retenir les cheveux et les cheveux longs.

Autonomie

Les promesses de Hoover laissent espérer une meilleure autonomie que ce que nous avons mesuré.

En mode parquet, à puissance normale, il peut tenir 35 min 45 s avant de s’essouffler. Le mode moquette turbo est bien sûr plus énergivore et l’aspirateur s’arrête au bout de 11h30 seulement dans cette configuration.

La charge est plutôt lente puisqu’il a fallu près de cinq heures (4 h 50 min exactement) au HF910P pour terminer le processus.

Bruit

Comme tous les aspirateurs-balais, le HF910P est un appareil bruyant, mais il reste tout à fait supportable. En mode normal, son niveau sonore atteint 67 dB(A), mais il atteint jusqu’à 72 dB(A) lorsque le turbo est enclenché. En un mot, vous pouvez passer l’aspirateur sans craindre pour vos capacités auditives.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Points forts

De nombreuses astuces (position parking, pédale de libération du tube d’aspiration…).

Estimation de l’autonomie à la minute près.

Efficace sur toutes les surfaces.

Points faibles

Filtration perfectible.

Autonomie un peu juste.

Long à recharger.

Conclusion

Comment fonctionne la notation ?

Comme souvent, Hoover a bourré son aspirateur balai de petits plus sympas, au premier rang desquels la position parking, très rare pour un modèle au format balai. L’indication de l’autonomie restante exprimée en minutes, mais surtout son efficacité d’aspiration sur toutes les surfaces plaident également en sa faveur. Malheureusement, ce joli tableau est terni par une autonomie un peu faible à notre goût, et surtout par une filtration cyclonique que l’on attendait plus efficace.