En quatre ans, leur nombre a été multiplié par dix. Les accords d’entreprise liés au télétravail étaient au nombre de 4.070 en 2021, contre 390 en 2017, selon une étude de la Dares publiée mercredi.

Notamment la crise du Covid-19 qui a poussé de nombreuses entreprises à réorganiser leurs modes de fonctionnement en tenant compte des attentes des salariés : 56 % des accords signés en 2020. profil, comme les petites structures. Des gens qui ont de mauvaises habitudes de négociation mais la plupart d’entre eux sont majoritaires », note le service des statistiques du ministère du Travail.

Un nouveau secteur professionnel a également adopté le télétravail, montre l’étude. Le nombre d’accords signés par le commerce, le transport et l’hébergement-restauration atteindra 620 en 2021, soit une augmentation de 225% par rapport à 2019. Un seul secteur a connu une baisse du nombre d’accords signés, à savoir les activités financières et d’assurance de la entreprise, mais c’est tout. s’explique notamment par le fait que les entreprises du secteur avaient mis en place des dispositifs de télétravail avant la crise sanitaire.

71 % des accords concernent le télétravail « régulier »

Wani a également examiné le contenu de l’accord signé. Sur l’échantillon de 151 accords analysés, 51% d’entre eux prévoient par exemple un texte pour une durée déterminée, en moyenne de 21 mois. Une clause de réversibilité est également présente dans les deux tiers des cas, pour permettre à l’entreprise de revenir sur son choix, voire une période d’adaptation (54% de l’accord), sorte de phase de test pour évaluer le dispositif mis en place.

À Lire  Jean-Noël Barrot, l'inconnu du numérique qui parie pour l'Europe

Le télétravail « normal » est couvert par 71% des accords, la formule et deux jours d’absence par semaine semblent majoritaires. Une part importante de l’accord combine des journées fixes et flexibles et, par exemple, la mise en place de deux journées flexibles de télétravail par semaine et l’impossibilité de télétravailler les lundis et vendredis. D’autres accords proposent de combiner des jours fixes et flexibles avec, par exemple, un jour fixe par semaine et un volume annuel de 20 jours flexibles par an, détails de l’étude.

Enfin, la fourniture d’équipements, tels que les ordinateurs portables, est couverte par 8 accords sur 10 et la compensation des coûts engendrés par le télétravail est inférieure à la moitié. Les rappels sur le droit à la déconnexion et les obligations de santé et de sécurité vis-à-vis des salariés sont fréquents, mais certains accords mettent en place un dispositif spécial de prévention du télétravail, note la Dares.