Publié le 24 octobre 2022 à 6h30 Mis à jour le 24 octobre 2022 à 11h

Vers l’export ! « Grâce à la création du guichet unique Team France Export, depuis trois ans, nous avons gagné en simplicité, proximité et efficacité », déclare Henri Baissas, directeur des opérations Team France Export (TFE) chez Business France. Le renforcement des synergies entre les opérateurs publics d’accompagnement à l’international que sont les CCI, Business France et Bpifrance, unis dans une dynamique commune, porte donc ses fruits. Voici en détail le parcours d’un entrepreneur exportateur pour la première fois au sein de l’équipe TFE.

Identifier le bon interlocuteur

Sur le site de la Team France Export, l’entrepreneur crée son compte pour débuter en fonction de sa région d’implantation. Une boîte de dialogue s’ouvre puis lui attribue un conseiller unique situé dans sa CCI dont il dépend.

Près de 200 consultants, salariés de Business France ou de CCI, couvrent ainsi le territoire. « Des interlocuteurs locaux, ce sont de véritables coachs à l’export pour l’entrepreneur », précise Henri Baissas. Chaque consultant international est spécialiste d’un secteur d’activité. Il accompagne en moyenne 150 entreprises dont les profils, besoins et demandes sont enregistrés dans un logiciel de relation client commun à Business France et aux CCI.

Définir son projet export

Le consultant international établira, au fil de ses rencontres et échanges avec l’entrepreneur, un diagnostic export basé sur le produit et les capacités de l’entreprise. Ceci est basé sur des données de pays ou des algorithmes de priorité.

L’objectif est d’identifier les opportunités d’affaires à l’international. « Pour cela, le consultant pourra également mobiliser 750 experts à l’étranger, membres des bureaux Business France implantés dans une cinquantaine de pays, ou revendeurs Team France Export dans une dizaine de pays complémentaires », explique Henri Baissas. Là encore, les spécialistes TFE à l’étranger répondent à une organisation sectorielle. « Ils sont les principaux fournisseurs de l’entreprise en raison de leur connaissance terrain des prestataires ou des distributeurs sur place. « 

À Lire  Jeunes : MGEL remplacée par Harmonie Mutuelle (groupe Vyv)

Préparer une mission prospection

Business France propose aux entrepreneurs français de « chasser en meute » sous pavillon français sur les grands salons internationaux. « Près de 500 opérations collectives de ce type sont réalisées chaque année, comme au CES de Las Vegas dans le secteur technologique ou, récemment, au Beautyworld Middle East à Dubaï dans les produits de beauté », annonce Henri Baissas.

Ces événements professionnels permettent des rencontres avec des clients étrangers importants ou des acheteurs potentiels. « Dans huit cas sur dix, nous identifions un partenaire commercial », précise le directeur. Des opérations personnalisées peuvent également être définies. Comme cette démonstration du procédé de soudage innovant du PMI Stirweld, basé à Rennes. Un rendez-vous d’affaires organisé au sein de l’Ambassade de France en Turquie.

Financer son internationalisation

Le consultant international maîtrise toutes les solutions de financement export. « Ça commence par les subventions des Régions, qui peuvent être cohérentes avec la prise en charge des coûts d’accès à l’international de l’ordre de 50% ou plus », pointe Henri Baissas. La Région peut ainsi contribuer au dispositif national de Chèque Relance Export*.

Au fur et à mesure que le projet d’exportation gagne en maturité, l’entreprise peut demander des avances de trésorerie appuyées par des garanties publiques, telles qu’une assurance-crédit. Accompagnement assurance prospection jusqu’à 40 000 € et assurance prospection avec contraventions de 150 000 € à 200 000 € font partie de ces outils. « Le consultant international aidera l’entrepreneur à monter son dossier puis remettra le chèque à son collègue qui est un interlocuteur parmi la cinquantaine de consultants Bpifrance du TFE », explique Henri Baissas.

Enfin, avant une implantation physique ou la création d’une antenne, l’entreprise peut également embaucher un jeune professionnel grâce à un contrat de volontariat international (VIE), financé à hauteur de 5 000 euros par le Chèque VIE.

* Le Chèque Relance Export couvre 50% des frais d’une prestation d’accompagnement à l’international (formation continue, actions de préparation ou de prospection), dans la limite d’un plafond de 1 500 à 2 500 euros. Ce régime d’aides a été prolongé jusqu’au 15 avril 2023.