Les symptômes du Covid rapportés début 2023 sont toujours liés à une contamination par la variante Omicron. L’infection se traduit par une maladie fébrile aiguë, avec principalement des symptômes ORL (rhume, mal de gorge).

Lorsque le virus Covid-19 est apparu en décembre 2019, il s’est manifesté par des symptômes respiratoires qui ont conduit aux formes les plus graves de pneumonie. mortel. Aujourd’hui, en 2023, le virus a muté plusieurs fois et ses symptômes ont changé d’une variante à l’autre. Elle est toujours mortelle, mais généralement moins grave. L’étude anglaise REACT publiée fin 2022 dans Nature Communications a montré chez plus de 17 000 personnes positives au Covid entre mai 2020 et mars 2022, que les cas positifs avec Omicron (encore une variante majoritaire en France en janvier 2023) montraient moins de perte de odeur ou goût (comme on le voit en 2020 et 2021) mais plus de rhumes et de grippes avec fièvre, écoulement nasal ou toux. Quels sont les premiers symptômes d’une infection au Covid ? Au bout de combien de temps apparaissent-ils ? Comment les différencier d’une grippe, d’une angine ou d’une gastro ? Quels sont les signes d’aggravation ? réponses

Quels sont les signes cliniques évocateurs du Covid ?

Selon la définition mise à jour par le Conseil supérieur de la santé publique mi-2022, les signes cliniques évocateurs du Covid-19 sont en population générale :

► Chez les personnes âgées de 80 ans ou plus : détérioration de l’état général ; chutes à répétition, troubles cognitifs nouveaux ou aggravés, délire ; diarrhée, décompensation d’une pathologie antérieure.

► Chez l’enfant : tous les signes ci-dessus dans la population générale ; détérioration de l’état général; Diarrhée ; Fièvre isolée chez l’enfant de moins de 3 mois.

► Chez les patients en situation d’urgence ou de réanimation : arythmies cardiaques récentes, atteintes aiguës du myocarde ; événement thromboembolique grave.

Quels sont les symptômes Covid en janvier 2023 ?

Début 2023, les symptômes du Covid sont toujours ceux liés à la circulation du variant Omicron, majoritaire en France et dans le monde. Selon les dernières informations officielles concernant la France, « l’infection symptomatique provoque, chez les personnes vaccinées, une maladie fébrile aiguë, essentiellement ORL (rhume, mal de gorge, ndlr), suivie de 1 à 2 semaines d’asthénie (grande fatigue). ». les Covars ont expliqué en octobre. Les sous-variantes ultérieures d’Omicron (BA5 ; BQ 1.1) sont associées à des formes bénignes. Les symptômes ont tendance à durer plus longtemps que lors des premières contaminations à l’Omicron de 2022. Selon les données recueillies auprès de nos voisins anglais par l’application Zoe Study en décembre 2022, les 10 symptômes les plus courants du Covid-19 aujourd’hui sont :

« Les anciens symptômes » traditionnels « , tels que la perte d’odorat (anosmie), l’essoufflement et la fièvre, sont beaucoup moins courants de nos jours », notent les auteurs de l’application.

Quand faire le test Covid si on a des symptômes ?

La consigne ne change pas : vous devriez passer un test (PCR (plus fiable) ou antigénique) si vous pensez avoir des symptômes du Covid. Tout cas éventuel d’infection par le SRAS-CoV-2, quel que soit son statut vaccinal ou ses antécédents d’infection par le SRAS-CoV-2, et plus généralement, toute suspicion de COVID-19, quelle que soit la présentation clinique, doit conduire à réaliser un test de dépistage ( antigène ou PCR) et isolement en attendant les résultats. Si le test est négatif, il n’y a pas d’isolement mais il est recommandé de porter un masque, de télétravailler si possible et d’éviter de voir des personnes fragiles tant que les symptômes persistent. Les autotests par écouvillonnage nasal ne sont pas recommandés si les symptômes suggèrent Covid. Ils peuvent être utilisés en cas de contact asymptomatique.

Quels sont les symptômes digestifs du Covid ?

Des troubles digestifs (diarrhées, vomissements, etc.) peuvent survenir en cas de contamination par le coronavirus. Parmi les hypothèses envisagées par les chercheurs : le SRAS-CoV-2 infecterait les cellules avec un récepteur appelé « ACE2 » à leur surface. Ce récepteur est présent dans les cellules du système respiratoire mais aussi dans celles du tube digestif. C’est pourquoi le coronavirus pourrait modifier le transit. Il pourrait également endommager le foie et altérer le microbiote intestinal. En novembre 2021, la Haute Autorité de Santé confirmait que « le tube digestif a sans doute un rôle important dans les symptômes prolongés du Covid-19. Environ 20% des patients rapportent des symptômes digestifs pendant la phase prolongée du Covid ».

Combien de temps durent les symptômes du Covid ?

La durée moyenne des symptômes d’une infection Covid par Omicron BA5 ou BQ 1.1 est d’environ 7 jours (3 à 10 jours selon les cas).

Peut-on avoir des signes de Covid après avoir été vacciné ?

Il n’y a pas de virus Covid actif dans les vaccins Covid autorisés en France. « La vaccination ne rend en aucun cas positif » précise le gouvernement. Cependant, il est possible de ressentir de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires ou de la fatigue après la vaccination. Ce sont des effets secondaires temporaires liés à l’activation du système immunitaire « mais vous n’êtes ni malade ni contagieux », poursuit le gouvernement. Il est aussi possible, mais ce n’est pas lié au vaccin, d’être testé positif au Covid après avoir été vacciné car les vaccins ne sont jamais efficaces à 100%. Surtout, ils protègent contre les formes graves de la maladie et réduisent les risques d’hospitalisation et de décès.

Quels sont les symptômes du Covid chez les enfants ?

Les enfants infectés par le SRAS-CoV-2 sont pour la plupart asymptomatiques ou développent une forme bénigne de la maladie. Lorsque l’infection se manifeste, elle est le plus souvent « due à un syndrome grippal banal », nous expliquait en 2021 le Dr Fabienne Kochert, pédiatre. L’aggravation de l’état général de l’enfant, diarrhée, fièvre isolée chez l’enfant de moins de 3 mois d’âge doit conduire à consulter. .

Quels sont les symptômes du Covid chez le bébé ?

En pédiatrie, le Covid-19 est généralement peu symptomatique, notamment chez les nourrissons. Parmi les signes pouvant faire suspecter une infection au coronavirus chez l’enfant, la Société française de pédiatrie énumère :

Quels sont les premiers symptômes du Covid ?

« En fonction de l’apparition de la maladie, nous savons ce qui se passera dans les prochaines phases. »

Les premiers symptômes d’une infection au Covid-19 sont généralement aspécifiques : maux de tête, courbatures, fatigue intense, rhume. Des nausées et/ou des vomissements et des diarrhées peuvent alors survenir, parfois (mais plus rare en 2022) une perte du goût et/ou de l’odorat. L’aggravation clinique survient en moyenne une semaine après les premiers symptômes.

Quel est le délai d’apparition des symptômes ?

Le temps d’incubation moyen du virus Sars-CoV-2 était initialement de 5 jours. Cette durée peut être réduite en cas d’infection à Omicron avec une période d’incubation de 2-3 jours et des symptômes apparaissant à ce moment.

Le rhume est-il un symptôme de Covid ?

« Dans plus de 80% des cas, les signes (d’une infection à coronavirus) sont mineurs. Il s’agit d’angine ou de rhinopharyngite », a déclaré dans un communiqué le professeur Karine Lacombe, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine à Paris. mars 2020. Les premiers malades du coronavirus décrivaient en réalité les symptômes du rhume (nez qui coule, fatigue, etc.) mais aussi un état grippal qui peut être « puissant » comme l’a expliqué Olivier Sadou, infecté par le coronavirus. nous en mars. Le rhume est un signe encore signalé par les patients infectés en 2022, comme l’a montré Santé publique France dans son rapport sur les cas Omicron. Des courbatures et une sensation générale de faiblesse font également partie des symptômes de l’infection.

Le mal de gorge est-il un signe de Covid ?

Une infection à coronavirus peut provoquer un mal de gorge. C’est un signe rapporté par 88 cas de Covid Omicron sur 277 selon l’analyse publiée par Santé Publique France en avril 2022, soit 31%. C’est d’ailleurs l’un des signes rapportés dans les analyses de juin des affaires Omicron.

Qui est touché par la perte du goût et de l’odorat ?

C’était un symptôme inattendu mais avec le temps il est devenu très caractéristique d’une infection Covid. Plusieurs oto-rhino-laryngologistes et infectiologues français ont constaté l’apparition d’une perte brutale de l’odorat (« anosmie »), souvent associée à une perte du goût (agueusie), mais sans obstruction nasale, chez des patients suspectés ou confirmés de COVID-19. Souvent chez des patients « plutôt jeunes » atteints de formes « légères » de la maladie, le professeur Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, a fait état dans un point sur la situation épidémique fin mars 2020. Cela a été confirmé par une étude européenne publiée en mai. 2020. : « Les jeunes patients présentent plus fréquemment des troubles ORL (oreille, nez et gorge). » Et de souligner aussi que « les femmes étaient beaucoup plus touchées par cette anosmie ». « Cette perte initiale (d’odeur et de goût, ndlr) est d’abord secondaire à un œdème de l’épithélium olfactif (connu pour être une cible du SRAS-CoV-2) empêchant toute odeur d’atteindre les cellules sensorielles. Lorsque cet œdème des fentes olfactives disparaît, le l’odorat récupère spontanément dans la plupart des cas », explique la HAS en février 2021. Certains patients peuvent avoir des symptômes persistants au-delà de 1 mois :

À Lire  La pénurie de tous les médecins, est le signe de la progression des « déserts médicaux » en ville et à la campagne.

Peut-on avoir des pertes d’audition suite au Covid ?

Un nouveau symptôme a été présenté en octobre 2020 par des médecins britanniques dans les BMJ Case Reports : Sudden Sensorineural Hearing Loss (SSNHL) chez un patient asthmatique de 45 ans admis dans leur hôpital de Londres dans un état sévère de Covid-19. Il a été intubé pendant 30 jours, s’est présenté avec une thromboembolie pulmonaire, une pneumonie, une hypertension pulmonaire et une anémie. Une semaine après l’extubation, elle a développé des acouphènes et une perte auditive soudaine du côté gauche. Il n’avait aucun antécédent de perte auditive ou de pathologie de l’oreille. Son audition s’est améliorée après l’administration de stéroïdes. En mars 2021, des chercheurs britanniques ont signalé des symptômes auriculaires dans l’International Journal of Audiology comme des « symptômes potentiels liés au Covid-19″. Parmi eux : des cas de surdité, de vertiges et d’acouphènes observés dans plusieurs études regroupées dans une méta-analyse. «Le SRAS-CoV-2 pourrait se propager dans tout le système nerveux, y accédant éventuellement par le nerf et le bulbe olfactif. Dans ce cas, une association entre la perte de goût/odorat et les symptômes audio-vestibulaires », ont-ils déclaré. Avant de noter qu' »une grande partie des preuves est basée sur des rapports de cas et des enquêtes (ces dernières sont souvent rétrospectives et donc basées sur des auto-déclarations et des rappels). Il y a peu d’études rapportant une évaluation complète de la fonction audiovestibulaire chez les patients COVID-19 et des contrôles bien suivis ». Alors va continuer…

Si vous présentez des symptômes, faites-vous tester immédiatement.

La fièvre est-elle un signe systématique de Covid ?

La fièvre peut être présente lors d’une infection au Covid-19 sans être forcément très élevée. Dans un rapport de l’OMS publié en février 2020, diffusant une étude portant sur 55 924 patients chinois testés positifs au coronavirus, 88 % des personnes interrogées ont fait état de fièvre. Alors que dans l’étude européenne menée sur les formes légères à modérées du Covid-19, elle ne concernait que 45% des sujets. La fièvre peut être absente, ce qui ne signifie pas que l’infection à coronavirus est exclue. Certains patients testés positifs au Covid-19 n’ont pas de fièvre. L’analyse des cas Omicron réalisée par Santé Publique France en avril 2022 montre que la fièvre est le troisième symptôme le plus fréquemment rapporté par les patients, après l’asthénie et la toux.

Le Covid peut-il entraîner des maux de tête ?

Le virus Sars-CoV-2 est souvent associé à des maux de tête parfois très intenses. Dans l’étude chinoise citée plus haut, 14% des patients avaient des maux de tête. Olivier Sadou, infecté par le Covid au début de l’épidémie en 2020, nous avait signalé des maux de tête « violents » comme il en avait rarement eu. C’est un symptôme qui persiste dans les cas de Covid en 2022, notamment dans les formes longues de Covid, qu’elles touchent les adultes ou les enfants.

Quels sont les symptômes dermatologiques du Covid ?

Urticaire, gelures… Des manifestations dermatologiques sont décrites depuis avril 2020 chez des patients atteints de coronavirus. Les dermatologues ont d’abord été alertés par l’apparition de taches rouges (érythème) sur le visage de patients infectés par le Covid-19. En octobre, une analyse du Registre international des impacts dermatologiques du Covid-19 présentée au 29e congrès de l’Académie européenne de dermatologie et de vénéréologie faisait état de signes d’inflammation au niveau des orteils. Près de 1 000 cas de patients présentant des manifestations cutanées du Covid-19 ont été enregistrés dans 39 pays. Parmi eux, « les patients avaient un gonflement des orteils, une décoloration (les orteils virent au rouge puis au violet). Cela dure en moyenne environ 15 jours, mais certains patients ont des douleurs aux orteils pendant plusieurs mois », précise le Dr Esther Freeman, directrice. du Massachusetts General Hospital de Boston. qui ont participé à l’analyse. Ces signes ne doivent pas être négligés, dit-il : « La peau peut être considérée comme une fenêtre sur le reste du corps car c’est l’inflammation qui peut être vue, et cela peut être un signe d’inflammation ailleurs. »

Que faire ? Les patients qui ont des problèmes de peau avec éventuellement d’autres signes pouvant évoquer une infection au Covid-19 doivent consulter un dermatologue. « Il faut être attentif à ces signes cutanés et rechercher d’autres signes cliniques dans le contexte, mais il faut aussi faire attention, car toutes les engelures ne sont pas des signes de Covid, les engelures restent une dermatose assez courante. » rappelez-vous le SFD.

Les coordonnées du Dr Pierrick Hordé :

« Médecine de santé : Autres symptômes du coronavirus »

Quels sont les signes graves de Covid ?

L’aggravation clinique de la maladie Covid-19 survient en moyenne une semaine après les premiers symptômes. La dyspnée voire l’essoufflement sont les premiers signes graves d’une infection au Covid-19. La dyspnée est une difficulté à respirer. Concrètement, « ce sont des symptômes de pneumonie, donc d’infection pulmonaire. Généralement c’est un faible taux d’oxygène et un syndrome infectieux qui augmente, de la fièvre qui augmente, des difficultés respiratoires, on cherche de l’air, on s’étouffe un peu à l’intérieur, le rythme respiratoire augmente, les ongles sont un peu bleutés », décrit le Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l’Hôtel-Dieu contacté en 2020. On parle alors de SDRA ou Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë. C’est une urgence vitale.

→ « Se sentir essoufflé dans des activités simples à la maison est un signe qui doit vous alerter », rappelait le Pr Jérôme Salomon en mars 2020. N’attendez pas que ça s’aggrave. Ce symptôme nécessite une consultation médicale ou un appel au 15.

Quels sont les symptômes du Covid long ?

Les symptômes prolongés de Covid-19 peuvent se présenter sous une grande variété de formes. Pour mémoire, un patient présente des symptômes prolongés du Covid-19 lorsqu’il répond aux 3 critères suivants :

► Les symptômes les plus fréquents sont : une fatigue qui peut être sévère, des troubles neurologiques (cognitifs, sensoriels, céphalées), cardiothoraciques (douleurs et oppression thoracique, tachycardie, dyspnée, toux) et des troubles de l’odorat et du goût. La douleur, les troubles digestifs et cutanés sont également fréquents.

• Rapport de mise à jour de la définition de cas du Covid-19 et contacts à risque, HCSP, juin 2022

• Coronavirus : circulation des variants du SARS-CoV-2, mise à jour le 15 juin 2022, Santé Publique France.

• COVID-19 : point épidémiologique du 31 mars 2022. Santé Publique France.

• Que faire en cas d’infection par le SARS-CoV-2 (COVID-19) 22/07/2021. Santé publique française.

• Avis du Conseil Scientifique COVID-19 8 du 27 juillet 2020 Préparez-vous dès maintenant à anticiper un retour du virus à l’automne. 27 juillet 2020.

• COVID-19 : point épidémiologique du 23 juillet 2020, Santé Publique France.

• Proportion de formes asymptomatiques et de transmission du Sars-CoV-2 en phase pré-symptomatique, Santé publique France, 8 juillet 2020.

• Sia, S.F., Yan, L.M., Chin, A.W.H., Fung, K., Choy, K.T., Wong, A.Y.L., Kaewpreedee, P., Perera, R., Poon, L.L.M., Nicholls, J.M., Peiris, M., Yen , H.L., 2020. Pathogenèse et transmission du SRAS-CoV-2 chez les hamsters dorés. La nature.

• Romoli, M., Jelcic, I., Bernard-Valnet, R., García Azorín, D., Mancinelli, L., Akhvlediani, T., Monaco, S., Taba, P., Sellner, J., 2020 Une revue systématique des manifestations neurologiques de l’infection par le SARS-CoV-2 : le diable est dans les détails. revue européenne de neurologie

• Chien JR et al. Les dysfonctionnements olfactifs et gustatifs comme présentation clinique des formes légères à modérées de la maladie à coronavirus (COVID-19) : une étude européenne multicentrique. Arc Eur Otorhinolaryngol. 6 avril 2020. doi : 10.1007/s00405-020-05965-1.

• Covid-19 : L’identification et l’isolement des personnes asymptomatiques ont permis d’éliminer le virus dans une ville italienne. BMJ 2020.

• Covid-19 et lésions cutanées : la Société française de dermatologie appelle à la vigilance mais aussi à la prudence. Société française de dermatologie, 8 avril 2020.

• Communiqué de presse SNDV, COVID et Skin. 6 avril 2020.