Survoler les Alpes en parapente, le nouveau challenge de Gaël Meunier

Après avoir traversé le Haut Atlas au Maroc l’an dernier, Gaël Meunier se lance un nouveau défi : traverser les Alpes en parapente depuis Nice et en route vers l’Autriche et Innsbruck. En attendant de s’envoler, l’aventurier de 24 ans prend ses problèmes en patience. « Je suis en pleine préparation, donc ça m’excite un peu de me préparer, de faire des petits tests et de rassembler les dernières choses dont j’ai besoin. Mais j’ai hâte d’y aller. »

Pour rejoindre la capitale du Tyrol, il prévoit un voyage d’un mois. « Je sais que les meilleurs le font en 8 jours. Mon objectif est dans deux semaines, mais je me donne un peu de marge », avoue le Lyonnais.

Un parcours précis et détaillé

Un parcours précis et détaillé

Avant de se lancer dans cette traversée, Gaël Meunier a établi une feuille de route qu’il s’efforcera de respecter jusqu’à la destination finale. « Mon départ se fera à Gourdon (Alpes-Maritimes) juste au-dessus de la ville de Nice. C’est le plus grand site de parapente à proximité de la ville de la Riviera, donc c’est idéal pour s’élancer dans les airs et commencer mon périple. Si les conditions sont bon, on peut parcourir 150 à 200 km, c’est à dire jusqu’au massif des Ecrins dans les Hautes-Alpes », sourit Gaël Meunier. Jusqu’à la destination finale, le randonneur s’est donné plusieurs objectifs à atteindre. « La barre des Ecrins (4 102m) et le Mont-Blanc (4 807m) sont les principaux sommets que je souhaite atteindre en France, même si tout dépendra des conditions météo, quand j’y serai. »

Pour parvenir à ses fins, le jeune aventurier peut compter sur le soutien de ses amis. Ils seront placés à différents endroits (Grenoble notamment) pour le motiver. Le champion français de parapente acrobatique Théo de Blic apportera également son soutien.

À Lire  Mythe : Si vous faites de la musculation, vous ressemblerez à Schwarzenegger

À la rencontre des montagnards

À la rencontre des montagnards

Si Gaël Meunier se lance un défi, c’est pour le côté humain de son aventure. « J’avais prévu d’aller interroger des gens en montagne sur leur vision de l’environnement. Un gardien de refuge (aux Ecrins) mais aussi un glaciologue de la ville de Chamonix m’attendront juste avant mon passage », précise-t-il. Dans un coin de sa tête, Gaël Meunier veut conserver un souvenir indélébile de sa traversée des Alpes. « J’avais prévu de faire un documentaire. Pour celui-ci, j’allierai le côté convivial et professionnel, tout en espérant rencontrer de nouvelles personnes sur mon chemin une fois la frontière française franchie. »

« Je veux faire le tour de l’Amérique Latine en février prochain depuis la France en faisant la transatlantique »

Un défi en cache un autre

Un défi en cache un autre

Alors qu’il s’apprête à traverser les Alpes avec son parapente, l’aventurier lyonnais est constamment à la recherche d’un projet sportif. S’il a déjà réalisé des défis comme Lyon-Istanbul à vélo, un trek entre la Macédoine du Nord et la Grèce, et dernièrement la traversée du Haut Atlas au Maroc, Gaël Meunier réfléchit à ce qu’il pourrait faire après son arrivée à Innsbruck (Autriche). « J’aimerais faire le tour de l’Amérique Latine en février prochain depuis la France en partant sur la Transatlantique. Le but serait d’inviter sur mon bateau des sportifs de haut niveau dans tous les sports que je pratique, à savoir : le parapente, le kitesurf, la course à pied, le vélo, l’alpinisme. . »

Conscient de la difficulté, l’aventurier mettra toutes les chances de son côté. « Cela représente beaucoup de petits projets qui me permettraient de faire éventuellement un film, tout en ajoutant des enjeux environnementaux et avec des associations. En attendant, Gaël Meunier doit traverser les Alpes en parapente avant de penser à l’Amérique latine.

publié le 12 septembre 2022 sur 10.00 mis à jour le 12 septembre 2022 à 10:00 du matin