Troquez votre combinaison de ski contre un maillot de bain ! De nombreux touristes venus à Ax-les-Thermes en Ariège font ce changement de programme et vont se baigner dans les thermes. Les professionnels voient la tendance aux bains du Couloubret, comme l’explique la réalisatrice Audrey Vives dans le nouvel éco ce jeudi à France Bleu Occitanie.

La météo est clémente cette année, il y a peu de neige sur les pistes de ski : seulement un quart d’entre elles étaient disponibles à Ax-les-Thermes avant la fermeture prématurée. Comment vous sentez-vous ?

Il est vrai que les vacances de Noël sont propices à la visite des thermes. Généralement, il s’agit d’un aiguillage qui se fera en fin de journée à la fermeture des pistes. Cette année, faute de neige, on remarque que le public est en avance, dès l’ouverture, car nous sommes ouverts à partir de 10h tous les jours. Nous recevons beaucoup de familles, de couples de différentes tranches d’âge. On va filmer en moyenne 500 personnes par jour. Et puis c’est généralement toujours à partir du 26 décembre que l’on approche les 800 personnes. L’année dernière, nous étions légèrement en dessous de l’objectif en raison des mesures sanitaires : nous n’avons pas dépassé 500 personnes en moyenne par journée.

Les deux années de Covid ont été particulièrement chaotiques pour les centrales thermiques. C’est la première année où il y a une sorte de retour à la normale. Comment jugez-vous 2022 ?

2022 sera une très bonne année. Nous approchons de 2019, qui a été l’une des meilleures. En revanche, il est vrai que le premier trimestre, jusqu’à la mi-mars, était encore sous l’emprise du Covid avec le compteur et la carte sanitaire, qui étaient obligatoires et qui réduisaient sensiblement le nombre d’inscriptions. Cette partie ne peut pas être obtenue pour le reste de l’année.

À Lire  Un plan de montée en compétence des cadres dirigeants pour la réalisation de grands projets - JDM

Dans toutes les entreprises, la facture énergétique s’alourdit, voire s’alourdit. Est-ce le cas chez vous ? Avez-vous pris des mesures pour le réduire?

Au niveau de nos établissements, nous avons notamment une résidence hôtelière, la résidence Le Grand Tétras, où les coûts sont très élevés. Aussi dans les cures et dans les bains, car nous avons des machines, notamment les pompes pour les piscines, qui tournent à plein régime toute la journée. Alors oui, c’est quelque chose que nous traversons. Pour le moment, nous ne voulions pas affecter nos clients. A part essayer de limiter au maximum notre consommation, nous ne prenons pas encore de mesures majeures.

Le nouvel éco, du lundi au vendredi à 7.15 sur France Bleu Occitanie, à écouter ici