L’éditeur&# xD ;

BBC Nouvelles Monde

Mark Twain, qui a vécu jusqu’à 75 ans, a dit un jour qu’il faisait tout l’exercice dont il avait besoin en servant de porteur aux funérailles de ses amis, qui faisaient régulièrement de l’exercice.

Ou peut-être que ces mots sont venus du sénateur Chauncey Depew, décédé à l’âge de 94 ans.

?

Bien que tous ne le disent pas avec tant de grâce, ils ne sont certainement pas les seuls à travers l’histoire à ne pas avoir apprécié cet exercice.

?

C’est un mythe de croire qu’il est normal de faire de l’exercice

Et ce n’est pas inhabituel, a déclaré Daniel Lieberman, paléoanthropologue à l’Université de Harvard et auteur de « Exercise », à The Harvard Gazette.

Nous sommes programmés pour éviter les efforts inutiles, pas pour les triathlons ou les tapis roulants.

C’est un mythe qu’il est normal de faire de l’exercice

Il souligne que les humains n’ont jamais évolué vers le sport, et scientifiquement, c’est une activité étrange.

?

En d’autres termes, bien que nous ayons évolué pour bouger, pour être physiquement actifs, « l’exercice est un type particulier d’activité physique : c’est une activité physique volontaire dans l’intérêt de la santé et de la forme physique. physiquement ».&#xD ;

?

Il s’agit d’une invention récente, a-t-il souligné (notez que le terme « nouveau » est relatif : pour Lieberman, la vie quotidienne inclut l’âge de pierre).

Par exemple, il serait déraisonnable pour un chasseur ou un agriculteur de subsistance de dépenser de l’énergie supplémentaire en faisant inutilement du jogging de 5 miles le matin : il perdrait de précieuses calories nécessaires à ses activités prioritaires.

?

« Nous avons cet instinct profond d’éviter toute activité physique inutile », explique le paléoanthropologue.

1. Ne soyez pas en colère contre vous-même

?

Mais aujourd’hui, « on juge que les gens sont paresseux s’ils ne bougent pas. Mais ils ne sont pas paresseux. Ils sont juste normaux. »

?

Mais cela ne signifie pas que l’exercice n’est pas très bénéfique ; cela explique simplement pourquoi tant d’entre nous ont du mal à en faire assez.

?

Et Lieberman pense que comprendre cela peut nous aider à faire plus.

À Lire  Eco news Val-de-Marne #6 : karting volant, RSE au Parc des Petits Carreaux, nouveau président Entreprendre 94

?

« Étant donné que la médicalisation et la commercialisation du mouvement ne fonctionnent clairement pas, je pense que nous ferions mieux de commencer à penser comme des anthropologues de l’évolution. »

?

2. N’oubliez pas deux choses

Heureusement, c’est le cas, et voici donc quatre de ses recommandations :

1. Ne soyez pas en colère contre vous-même

Ne vous sentez pas mal si vous ne voulez pas faire d’exercice, votre instinct vous dit de ne pas en faire plus que nécessaire.

Mais nous sommes aussi des êtres rationnels.

?

Nous sommes conscients que nous avons construit un monde qui nous a beaucoup apporté, mais qui, en ne nous obligeant plus à être physiquement actifs, a mis notre santé en danger.

?

C’est un monde où il est devenu nécessaire d’en faire plus que nécessaire.

3. Ne t’inquiète pas tant

?

D’innombrables études l’ont prouvé.

?

Lorsque nous apprenons à reconnaître ces instincts, nous pouvons les surmonter plus facilement, dit Lieberman.

?

« Quand je me lève le matin pour aller courir, il fait souvent froid et misérable et je n’ai pas envie de bouger. Mon esprit me donne toutes sortes de raisons pour lesquelles je devrais le remettre à plus tard. Parfois, je dois me forcer à sortir de la maison.

?

Ce que je veux dire, c’est être compatissant envers vous-même et comprendre que ces petites voix dans votre tête sont normales et que tout le monde, même les « accros au sport », est là.

?

« L’une des clés de la formation est de les surmonter. »

Il n’y a que deux raisons pour lesquelles nous avons évolué vers l’activité physique : pour répondre à des besoins et pour être socialement récompensés.

« La plupart de nos ancêtres allaient à la chasse ou à la cueillette tous les jours, sinon ils mourraient de faim. »

4. N’arrêtez pas de le faire

?

« Les autres moments où ils étaient physiquement actifs étaient des activités ludiques comme la danse et les jeux. »

?

Pour eux, comme pour nous, le plaisir a apporté des avantages sociaux.

?

Après des années d’études, le paléoanthropologue recommande le même état d’esprit pour le sport.

?

« Rendez-le amusant, mais rendez-le aussi nécessaire ».

?

Et l’un des meilleurs moyens d’atteindre ces deux objectifs est de faire de l’activité physique une activité sociale, par ex. B. Rejoignez un groupe de course.