Selon un récent sondage, l’interdiction bancaire touche plus de 1,2 million de personnes en France. Cette situation se produit lorsqu’une personne émet un chèque alors qu’elle n’a pas le montant requis dans son compte. Dans ce cas, il est interdit à cette personne d’émettre de nouveaux chèques jusqu’à la levée de l’interdiction. Heureusement, il existe des moyens de gérer la situation. Comment alors sortir de l’interdit bancaire, et cela en moins d’une semaine ? Voici quelques conseils.

Trouver un arrangement à l’amiable avec son banquier

Votre banquier est le plus intéressé à récupérer votre argent. Ce dernier a en effet des obligations envers la personne qui a reçu votre paiement par chèque ou carte bancaire. Dès lors, il est tout à fait possible que votre banquier vous propose un accord amiable pour trouver une solution dans un délai raisonnable. C’est à vous de proposer des échéances qui vous permettront de rembourser la dette. Par exemple, vous pouvez lui demander de vous aider à obtenir un étalement de la dette ou à organiser un prêt spécial afin que l’interdiction soit levée rapidement.

Parfois, les banques accordent un prêt dans de telles situations d’urgence même si le demandeur présente un dossier très défavorable. Vous devrez lui montrer votre bonne foi et surtout que vous investissez vraiment afin de récolter de l’argent rapidement. Les banques apprécient particulièrement les clients qui mettent beaucoup d’efforts pour résoudre un problème. Votre banquier vous aidera certainement s’il constate que vous êtes déterminé à rembourser la dette.

Trouver un arrangement à l’amiable avec la personne qui a reçu le paiement

Une autre solution pour sortir d’une interdiction bancaire en moins d’une semaine est de passer un accord avec la personne qui doit recevoir le paiement. Vous pouvez tenter de convaincre cette dernière d’arrêter de percevoir la somme, si bien sûr vous la connaissez. Cela peut se faire sans passer par la banque. Sachez qu’il est dans l’intérêt de cette personne de ne pas être bloquée si elle souhaite obtenir un remboursement dans les plus brefs délais.

Régulariser les chèques

Si vous ne parvenez pas à un règlement à l’amiable, vous devrez vous contenter de chèques en blanc. Pour ce faire, vous devrez payer tous les destinataires de ces chèques sans provision en espèces ou par carte. Vous devez alors fournir une preuve de paiement à votre banque pour briser l’interdit bancaire. Il faut rappeler qu’un reçu signé par le bénéficiaire ou un simple reçu ne suffit pas comme preuve. Vous devrez impérativement encaisser le chèque litigieux pour le remettre à votre banquier. Cela lui permettra de justifier du remboursement effectif de votre dette auprès de la Banque de France. Une autre option qui s’offre à vous est de recharger votre compte bancaire. Une fois qu’il y a suffisamment de fonds dans le compte, vous n’aurez qu’à demander au créancier de présenter le chèque une deuxième fois. Votre banque lèvera immédiatement l’interdiction.

À Lire  DSI : la question n'est pas de changer ou non ; mais comment gérer le changement ?

A lire aussi : Comment préparer sa succession ?

Recourir au crédit municipal

Vous pouvez utiliser un prêt municipal pour collecter rapidement de l’argent afin de régler la situation le plus rapidement possible. L’avantage principal de cette institution est qu’elle permet à tous, y compris ceux qui ont un profil à risque, d’obtenir des prêts rapidement. Grâce à cet atout, vous avez la possibilité de disposer des fonds nécessaires pour rembourser vos dettes en déposant des biens en garantie. Vous serez en possession de votre propriété une fois que vous aurez payé le montant.

Un autre avantage du prêt communal est que, grâce à cette solution, vous avez la possibilité de racheter vos prêts. De cette façon, vous pouvez recouvrer toutes vos dettes et vous pouvez même parfois profiter de mensualités moins élevées. Cependant, il ne faut pas oublier que si vous n’êtes pas en mesure de rembourser l’argent emprunté après quelques années, votre propriété sera à vendre.

Solliciter l’aide de son entourage

Solliciter l’aide de son entourage reste une alternative très souple et efficace pour sortir d’une interdiction bancaire en moins d’une semaine. Ici, les modalités de remboursement sont assez souples. Veillez toutefois à bien définir le montant, les modalités et les délais. Aussi, n’hésitez pas à vendre vos objets en dépôt-vente ou brocante. Grâce à cet outil, vous pouvez trouver des montants variables qui vous aideront à régler votre situation le plus rapidement possible.

Demander une rectification à sa banque

Enfin, vous avez ce dernier recours avec lequel vous pouvez espérer vous débarrasser rapidement de l’interdiction bancaire. En effet, vous avez la possibilité de contester l’inscription si vous pensez qu’elle n’est pas justifiée. Pour ce faire, vous devez demander à votre institution financière de corriger sa base de données. De plus, vous avez également la possibilité de vous rendre dans votre banque.

Si vous constatez que la banque ne corrige pas l’erreur dans les deux jours ouvrables, vous avez également la possibilité de faire appel à un intermédiaire bancaire. Une autre procédure pouvant vous aider à régler votre situation consiste à déposer une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). Vous n’aurez qu’à joindre une déclaration FCC datant d’un mois. Cependant, cette option peut nécessiter un certain temps.

En résumé, pour éviter une interdiction bancaire en moins d’une semaine, essayez de trouver un accord avec votre banque ou la personne qui a reçu le chèque. Vous pouvez aussi faire appel au crédit municipal, particulièrement accessible aux personnes au profil désagréable, pour aménager votre solution.