Rien n’a fonctionné. Malgré toutes ses tentatives pour rompre le contrat du directeur général des services qu’il a recruté en mai dernier, Jean-Louis Francisque, président du directoire du SMGEAG, est contraint de réintégrer Franck Brachet. Après le tribunal administratif, le Conseil d’État a rejeté la direction du syndicat mixte.

De son côté, le vendredi 23 décembre 2022, le Conseil d’État a tranché en faveur du directeur général des services (DGS) du Syndicat mixte de la gestion de l’eau et de l’assainissement de la Guadeloupe (SMGEAG), Franck Brachet, qui a été embauché en mai 16, 2022. en décidant de sa réintégration dans ses fonctions.

L’institution a donc rejeté le dernier recours du président du conseil d’administration du Syndicat de l’eau, Jean-Louis Francisque, qui depuis le 7 juillet tente par tous les moyens légaux d’exclure ce cadre.

Jean-Louis Francisque n’a abrogé le décret de nomination du directeur général qu’un peu moins de six semaines après sa nomination. Alarmée par la CFTC, la direction du syndicat paritaire a dénoncé le fait que Franck Brachet est ingénieur en chef uniquement, alors que le poste de DGS est ouvert aux titulaires du grade d’ingénieur hors classe.

Le 23 août, la victime a obtenu gain de cause après avoir fait appel devant le tribunal administratif ; La décision préliminaire a imposé la réintégration de Franck Brachet. Mais cela n’a pas été suivi.

Au contraire, le 8 septembre, dans un nouvel arrêté, le SMGEAG a fait valoir que « Franck Brachet ne remplit pas les conditions d’accès au poste de directeur général des services créé par la délibération du 3 mars 2022 ». Lors de sa réintégration, l’objectif était de lui offrir un poste effectif et non plus celui de DGS.

À Lire  NANTES. QUITTEZ LES RETRAITES SPIRITUELLES AU POINT DE ... CHUT, DEVENEZ LE ROI DU SILENCE

Mais une nouvelle fois le tribunal administratif a ordonné la réintégration de l’exécutif désavoué ; ce 17 novembre 2022.

C’est donc cette fois le Conseil d’État qui rend justice au travailleur. Jean-Louis Francisque, qui espérait résilier définitivement le contrat de Franck Brachet, reste limogé suite à ses différentes nominations.

Le cadre doit être réintégré dans les mêmes conditions qu’en mai dernier en termes de fonction, de groupe salarial, de niveau et de rémunération, et avec les mêmes avantages (appartement et voiture de fonction, téléphone et ordinateur portable, etc.).