"Slow tourism" : l'essor du cyclotourisme en France

Après la « vélotaf », de plus en plus de Français se lancent dans le « cyclotourisme ». Ces dernières années, et plus encore après la crise sanitaire, de nombreuses personnes ont choisi des vacances à vélo de randonnée. Des retombées économiques pour les territoires et les agences de voyages spécialisées dans l’organisation de ces voyages roulants.

Selon l’association France Vélo Tourisme, la France est la deuxième destination de tourisme à vélo derrière l’Allemagne avec plus de 9 millions par an. Mais le pays du Tour de France vise la plus haute marche du podium d’ici 2030 à la suite d’un plan de relance « Destination France » dévoilé en novembre 2021.

L’effet confinement

L'effet confinement

La fréquentation des pistes cyclables confirme cette croissance : selon l’association Vélo et territoire, la fréquentation moyenne des itinéraires EuroVélo a augmenté de 17 % en 2020 par rapport à 2019. Durant l’été, cette augmentation a même été de 32 %.

« Le boom n’est pas d’aujourd’hui, il a commencé progressivement il y a dix ans, mais le Covid l’a fortement accéléré », analyse Isabelle Gautheron, directrice technique nationale de la Fédération française de cyclisme. « On assiste à la diversification des profils cyclistes, avec l’augmentation des nouveaux coureurs et des jeunes, alors que traditionnellement cette pratique était destinée aux seniors. La moto est devenue une culture, une philosophie, elle n’a plus cette image un peu vieillotte », comprend l’ancien pistard.

Cet engouement s’explique par plusieurs facteurs : la démocratisation du vélo à assistance électrique, qui a mis un frein à ceux qui n’osaient pas entreprendre un trajet de plusieurs centaines de kilomètres, le développement du vélo du quotidien, qui a ensuite été transféré au loisir , le désir de nature. vacances, post-partum et responsabilité environnementale avec la montée de la conscience écologique.

En particulier, la mise en place du plan vélo en 2018 avec pour objectif de tripler l’usage du vélo d’ici 2024 y a contribué – et la reconduction du plan national des pistes cyclables et voies vertes avec 25 600 km d’itinéraires balisés et sécurisés. attirer les pratiquants. Environ 1 784 nouveaux kilomètres de lignes ont été ouverts en 2020 (soit 165 % de plus qu’en 2019) et 430 nouveaux kilomètres en 2021.

À Lire  Vacances d'été : cette limite sanitaire qui pourrait gâcher votre voyage

Le « cyclotouriste » dépense davantage

Le « cyclotouriste » dépense davantage

Ce « tourisme à cycle lent » est devenu un secteur majeur du tourisme mondial, avec un bénéfice économique de 4,2 milliards d’euros en 2020. On estime qu’un cycliste dépense en moyenne 68 euros par jour, dont 70% sont consacrés à l’hébergement et aux repas : c’est plus qu’un touriste « classique » qui dépense 55 euros par jour.

« Le vélo devient un atout pour les régions et de plus en plus de départements utilisent le vélo pour promouvoir leur territoire », précise Isabelle Gautheron.

C’est le cas des départements traversés par l’un des itinéraires cyclables les plus fréquentés « La Loire à vélo », où au premier semestre 2022 le nombre de cyclistes a augmenté de 8,7% par rapport au premier semestre 2021. le circuit peut compter sur ses 850 prestataires touristiques labellisés Accueil vélo, qui garantissent l’accueil et le service des cyclistes en déplacement.

Agences de voyages spécialisées

Agences de voyages spécialisées

De plus en plus d’agences de voyages se spécialisent dans l’organisation d’itinéraires. Pour un coût moyen de 800 à 1 200 euros par personne et par semaine, ils s’occupent de toute la logistique : livraison du matériel, transport des vélos, des bagages, réservation des hébergements, etc.

La Bicyclette verte du Poitevin, qui organise des nuitées clés en main sur plus de 80 circuits dans 12 pays européens, a vu son chiffre d’affaires initial pour 2022 dépasser celui de 2019, dopé par la demande des clients familiaux, en croissance de 30 % entre 2021 et 2022. .

Terre d’Aventures, voyagiste spécialisé dans la randonnée, qui a racheté le n°1 des cyclotouristes Eurobike, a également connu une croissance remarquable de sa branche cyclotourisme, avec un taux de croissance de la demande de déplacements en France qui devrait atteindre 40% en 2019, en hausse de 30% à 40%. L’année 2022.