Nous sommes à Sète. Construit dans les années 1970 sur une île de 28 hectares, le quartier de l’Ile de Thau a vu s’installer plusieurs familles de tous horizons. Aujourd’hui, les habitants forment une communauté unie, fière de ses origines et du patrimoine qui forme son espace de vie. Il y a des problèmes dans cette zone prioritaire, comme partout ailleurs, mais la mer est aussi tout autour. Et ce n’est pas rien.

Quand on passe devant les grandes poubelles vertes à l’entrée de l’Ile de Thau, l’odeur des poubelles fermentées au soleil nous rappelle d’abord que nous sommes dans un quartier du sud de la France comme les autres. Des vêtements sèchent aux fenêtres des immeubles, des enfants jouent sur un terrain de foot. Mais derrière cela, nous voyons le but de notre voyage.

Lorsque vous grandissez ici, vous avez de nombreuses options pour vous échapper. La mer donne des idées.

Maïdy, habitante de l’Ile de Thau à Sète

Un peu plus loin, au détour d’un petit sentier, s’ouvre la mer Méditerranée. La ville est plantée au milieu de l’eau. « En grandissant ici, vous avez de multiples échappatoires », explique Maïdy, une habitante. La mer donne des idées. Il y a beaucoup de films bien connus qui ont été tournés ici.

Construit dans les années 1970 dans le quartier de l’Ile de Thau, les habitants forment une communauté solidaire, fière de ses origines et du patrimoine qui forme son lieu de vie.

© Ibrahim Benaïssa et Nassim Boudraa / France Télévisions / La Belle Télé

À Lire  Le bonheur par la psychologie positive : un marché brutal qui fait du bien ?

Et puis il y a la musique. Le clapotis de la mer jouant sur les galets en contrebas, et celui de Kader et sa bande grattant des refrains millénaires sur de vieilles guitares. « Sète, et ce quartier en particulier, attire de nombreux artistes », commente l’ancien producteur de musique hip-hop. Je fais de la musique depuis longtemps et je le fais toujours avec mes amis. On n’est pas là pour se dire.

Nous sommes des artistes. Et quand je dis que nous sommes des artistes, alors je dis cela sans prétention, je ne parle pas de succès et je ne dis pas que nous sommes des stars. L’art est notre passage vers tous sur cette terre. L’audience ou le nombre d’abonnés n’a pas d’importance, peu importe. Le plus important, c’est qu’il doit vibrer, qu’il doit être vivant. Et voici encore le meilleur endroit pour cela.

Maïdy Bouallaga, habitante de l’île de Thau