Le coronavirus a fermé la planète, plongé des populations entières dans la dépression, mais il n’apporte pas toujours que des conséquences négatives. L’avènement de la pandémie semble en effet avoir boosté la sexualité des plus de 50 ans, suggère une étude réalisée par le site Terre des Seniors. Déjà plus active sous la couette que les clichés péjoratifs ne le laissent parfois entendre, comme le révèlent plusieurs enquêtes sexologiques récentes, cette frange de la population connaîtrait une poussée de désir sans précédent.

« Le Covid n’a fait qu’accentuer cette tendance, les amenant à profiter de chaque seconde qui passe, notent les auteurs de la recherche. Ils ne veulent plus être dérangés par des complexes et des peurs inutiles. Parce qu’ils n’ont plus de temps à perdre, ils ont envie de se donner à ce qu’ils aiment, ce qui les intéresse et ce qu’ils ont envie de découvrir.

A y regarder de plus près, l’affaire réserve encore des surprises. Un stéréotype courant est que ce sont surtout les hommes qui maintiennent une sexualité active en vieillissant ? Que les femmes se désintéressent plus rapidement avec les années ? En fait, il se pourrait bien que ce soit l’inverse.

Loin d’être aussi constants et réguliers dans leur désir qu’ils le disent, portés par les messages d’une société qui les imagine encore trop facilement comme des étalons dans l’âme tout au long de leur vie, ces messieurs risquent cependant d’avoir plus de mal au lit. Et si, finalement, les femmes étaient mieux armées pour vivre pleinement leur sexualité après 50 ans ? Pour y voir plus clair, il faut donc confronter les clichés les plus répandus à la réalité.

«Les femmes ont moins envie que les hommes avec l’âge»: Faux.

Bien qu’il existe des différences évidentes d’un individu à l’autre, « la sexualité intéresse la plupart des gens et le désir reste généralement présent tout au long de la vie », observe Francesco Bianchi-Demicheli, sexologue responsable de la consultation de gynécologie psychosomatique et de médecine sexuelle, et médecin adjoint au service de Gynécologie Obstétrique aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG). Ce qui ne veut pas dire que les choses se passent exactement de la même façon entre les sexes :

Quoi qu’il en soit, le nombre d’années s’accompagne souvent, chez l’homme comme chez la femme, « d’une baisse hormonale qui peut participer au ralentissement de la libido, même si le désir demeure, se manifestant parfois – fût-il un peu moins urgent et génitalisé », souligne la psychothérapeute et sexologue clinicienne Laurence Dispaux.

«Chez les seniors, les hommes font davantage l’amour que les femmes»: C’est compliqué.

L’activité sexuelle est certainement moins importante à 90 ans qu’à 18 ans, même si la plupart des personnes âgées continuent d’être sexuellement actives. « La fréquence des rapports sexuels diminue à cinquante ans, mais même après quatre-vingts ans, de nombreuses personnes ont encore des rapports sexuels, des relations sexuelles orales et de la masturbation », note Francesco Bianchi-Demicheli.

Les chiffres montrent cependant une division entre les sexes : si l’activité sexuelle diminue d’environ 50 % chez ces hommes après 60 ans, elle est divisée par trois chez les femmes du même âge. « C’est vrai qu’on entend plus de femmes âgées que d’hommes âgés dire qu’elles ne sont pas intéressées par le sexe, note le médecin des HUG.

À Lire  Manger mieux sans se ruiner : c'est possible grâce à nos 8 astuces.

Mais attention, ce déséquilibre des statistiques ne doit pas automatiquement être lu comme la preuve d’un moindre intérêt féminin pour les relations physiques, pointe Laurence Dispaux : une relation longue par peur de perdre sa liberté, alors que la notion de couple s’impose plus pour les hommes plus âgés . Ce désintérêt apparent parfois exprimé pour le sexe peut ainsi masquer la peur de l’addiction une fois engagé dans une relation affective.

Il ne peut s’agir que d’un certain manque d’intérêt pour le sexe à deux. Car les statistiques passent souvent à côté de l’activité sexuelle solitaire des femmes âgées, très taboue dans notre société, mais parfois d’une grande importance dans leur quotidien. Et la qualité de la vie sexuelle avant 50 ans semble également avoir une influence sur la vie sexuelle future :

«Les femmes sont mieux armées pour poursuivre leur sexualité»: Vrai.

À partir de la quarantaine, la vie sexuelle des femmes est parfois plus compliquée par les effets négatifs de la ménopause. Ainsi, « cette période peut être marquée par une baisse de la libido, mais aussi par l’apparition d’une lubrification vaginale moins efficace, rendant les rapports sexuels désagréables, voire trop douloureux pour permettre la pénétration », rappelle Francesco Bianchi-Demicheli.

« Pour les femmes qui apprécient particulièrement ce mode de rapport sexuel, ces problèmes entraînent une perte des habitudes, des repères sensoriels, et conduisent vraisemblablement à un évitement des relations intimes qui peuvent se développer avec le temps », précise Laurence Dispaux. Cependant, cette situation n’est ni inévitable ni générale.

« Avec la ménopause, certaines personnes éprouvent un désir plus intense qu’avant, et le fait qu’elles se sentent libérées de certaines contraintes, notamment contraceptives, ou le fait qu’elles disposent de plus de temps pour elles-mêmes, peut alimenter une envie de réinvestir pleinement leur énergie sexuelle. . , décrit Romy Siegrist, sexologue chez SexopraxiS. C’est aussi le moment où, parfois, leurs façons de faire, leurs pratiques se réinventent, où le plaisir est recherché avec une meilleure connaissance de soi et du partenaire, pas forcément centrée sur le coït vaginal. Globalement, on peut dire que la satisfaction sexuelle est légèrement meilleure chez les femmes âgées. On fait peut-être moins l’amour, mais on le fait mieux.

«L’imaginaire sexuel masculin trop phallocentré est un désavantage»: Vrai.

Et les hommes alors ? « La société promeut une vision de la sexualité où le pénis, particulièrement rigide, serait central. Pourtant, les changements au fil des décennies peuvent être l’occasion d’améliorer le rapport au corps et de développer différents plaisirs et orgasmes, comme celui de la prostate, précise la sexologue. Dommage qu’il ait fallu attendre, pour certains, l’apparition de troubles érectiles.

Ce qui peut se manifester plus tôt qu’on ne le pense : dès 50 ans, un tiers des hommes présentent régulièrement de tels dysfonctionnements, comme le révèle une enquête IFOP de 2019. Francesco Bianchi-Demicheli. Des problèmes qui, très récurrents, peuvent rapidement conduire ces hommes à éviter les rapports sexuels.

À moins d’avoir exploré avec succès d’autres types de pratiques dans le passé, cet état de choses peut conduire à une vision plus négative de la sexualité. De plus, les hommes sont moins habitués et plus réticents à parler de leur sexualité avec leur médecin, contrairement aux femmes qui se rendent régulièrement au cabinet de gynécologie. Un problème d’érection peut donc persister et altérer durablement la vie sexuelle d’un homme.

Bref, pour paraphraser la chroniqueuse française Maïa Mazaurette : au lit, les messieurs font aussi leur âge.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.