Le jeudi 17 novembre 2022, les entreprises de Segréen (Maine-et-Loire) font DuoDay. Un salarié montre son activité à une personne en situation de handicap pendant une journée.

Environ neuf entreprises participeront au cinquième DuoDay sur le territoire de Segréen (Maine-et-Loire), le jeudi 17 novembre 2022.

Une journée nationale proposée dans le cadre de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, qui vise à mettre en relation une personne en situation de handicap en duo avec le salarié d’une entreprise publique ou privée, pour une immersion dans son quotidien professionnel.

Passerelle inclusive

C’est dans cette perspective inclusive que l’association Cap Anjou bleu, qui gère l’établissement et le service d’aide par le travail (Esat) et l’entreprise adaptée Noyant-la-Gravoyère (Maine-et-Loire), s’inscrivent.

Des travailleurs comme Baptiste, Quentin, Thomas et Emma découvriront pour la première fois d’autres domaines professionnels au cours d’une journée.

« J’aimerais voir une autre activité, qui est la couture », explique Baptiste, qui sera chez Antonia Couture à Segré (Maine-et-Loire). « Les deux personnes du duo doivent se donner. »

S’inscrire dans une démarche à plus long terme

Découvrir « le milieu ordinaire » est donc ce qui anime ces jeunes motivés, qui sont au cœur du projet. « Emma sera une agente polyvalente du duo en accueil de jour », explique Sylvie Laroche, directrice de la résidence Sainte-Claire à Noyant-la-Gravoyère (Maine-et-Loire).

« C’est elle qui va nous guider, on peut l’accompagner mais pas choisir à sa place. Avec DuoDagen, l’idée pour nous est de s’inscrire dans une démarche de long terme. »

À Lire  Télécommunications : économies d'énergie pour les entreprises, augmentation de la facturation pour les employeurs ?

Bien qu’il ne soit pas dans une « dynamique d’embauche », Olivier Binet, multiplicateur de graines à Bel-Air de Combrée (Maine-et-Loire) depuis 2020 avec Misengaine, accueillera simplement et partagera avec la personne qu’il accueille, comme Thomas.

J’ai déjà accueilli quelqu’un de l’Esat en stage pendant deux semaines auparavant. Je l’ai vu acquérir des compétences, gagner en confiance. Aujourd’hui on échange encore par SMS.

Lidl, de son côté, entend « démystifier la notion de handicap », comme l’évoque Adrien Suhard, responsable régional de la santé et de la qualité de vie au travail.

« Travailler avec des personnes en situation de handicap, on donne quelque chose, mais on apprend beaucoup en retour », poursuit Denilza Rodrigues, gérante d’Antonia Couture.

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez suivre Haut Anjou dans l’espace Mes actualités. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.