Sécurité Sociale, CPAM, Mutuelle, Tiers Payant… Vous ne comprenez pas ? Nous vous expliquerons tout et vous aiderons à choisir la bonne mutuelle qui prendra en charge vos frais de traitement.

En matière de Sécurité Sociale et Mutuelle, vous préférez changer de sujet. Le temps est plus facile. Mais ne paniquez pas. En fait, tout est très clair. Alors, si vous comprenez vite mais que vous avez besoin de traduire longtemps, découvrez notre petit récapitulatif et nos conseils pour choisir une mutuelle étudiante adaptée à vos besoins de santé.

La Sécurité sociale et la mutuelle : une belle histoire de complémentarité

A partir de 2018 et dès le début de leurs études, les étudiants sont couverts par le régime général de sécurité sociale, et ils n’ont plus de sécurité sociale pour étudiants. L’adhésion au programme général est automatique : c’est une bonne chose dont vous n’avez pas à vous soucier ! Mais cela ne nous empêche pas de comprendre le rôle de la Sécurité Sociale. Créée en 1945, l’association protège chacun sur le plan de la santé en échange de cotisations. En d’autres termes, nous finançons tous la Sécurité sociale selon nos moyens afin de pouvoir bénéficier de cette couverture via le système de remboursement en cas de besoin.

Concrètement, lorsque vous vous rendez chez le médecin généraliste, vous payez 25 € (le prix est fixé par la Sécurité Sociale). La Sécurité Sociale vous rembourse une partie des frais, généralement jusqu’à 70%, mais… ça dépend. Certaines consultations sont prises en charge à 100% comme la première consultation gynécologique d’une jeune fille de 15 à 18 ans, alors que la consultation d’un médecin libéral type ostéopathe ou psychologue n’est pas remboursée. C’est là qu’intervient une réciproque, élégante, car elle complète le remboursement déjà effectué par le ZUS ou compense l’absence de son retour. C’est pourquoi on l’appelle un « complément de santé ».

À Lire  Compagnie d'assurance: Helvetia

Pourquoi faut-il prendre une mutuelle ?

La mutuelle santé – ou complémentaire santé au choix – prend en charge tout ou partie de vos dépenses. Il y a tellement de mutuelles que vous avez le choix. En général, ils proposent tous plusieurs forfaits, c’est-à-dire plusieurs niveaux de couverture : on est un peu, beaucoup, follement assuré… ou juste pour l’essentiel. Car tout dépend vraiment des problèmes de santé de chacun d’entre eux, mais aussi du mode de vie ! Par exemple, si vous consultez régulièrement un kinésithérapeute, un dentiste ou un ophtalmologiste, il est plus judicieux de souscrire une assurance croisée qui vous couvrira au mieux sur ces aspects et vous proposera une formule adaptée. Alors le plus important est de vous tourner vers une mutuelle qui comprend vos besoins.

Concernant le tiers payant, qu’est-ce que c’est ? C’est un fait qu’il n’est plus nécessaire d’augmenter les coûts. En d’autres termes, si vous allez fabriquer une radio, vous n’avez pas besoin de prendre une carte de crédit. Le centre qui vous reçoit contacte directement la Caisse d’Assurances Sociales et votre mutuelle, et cette dernière règle la facture. Vous n’avez rien à faire et votre compte bancaire ne voit rien.

HEYME, mutuelle pour les jeunes, connectée et peu chère

La Société de Santé HEYME, spécialement créée pour les jeunes, leurs attentes et la vie à 100 à l’heure, propose un forfait à partir de 9,90 euros par mois qui couvre les besoins de base : hospitalisation, soins courants et pharmacie. Si vous avez besoin d’une couverture supplémentaire, selon vos besoins de santé spécifiques, quatre niveaux de couverture sont disponibles, conçus pour s’adapter à votre profil de santé. Pour définir le vôtre ça se passe ici.

Mais HEYME continue. Jeune et connecté, c’est l’adaptation mutuelle aux jeunes :