Publié

le 14/12/2022 à 12:36, Mis à jour hier à 17:20

Éric, des vignes aux données

Le numérique est une formidable source d’opportunités pour les emplois de demain : d’ici 2025, il y aura 230 000 emplois*. Pourtant, 40% des actifs déclarent que leur organisation peine à recruter faute de compétences digitales adéquates.** Pour permettre à chacun d’accéder à une carrière prometteuse, Google France lance un nouveau programme, Google Career Certificates, en ligne formation professionnelle. Rencontre avec Éric Narro et Marion Desbrousses, qui les ont suivis et ont ainsi pu se convertir.

Rien ne prédestinait Eric à passer au numérique. « J’ai découvert le monde de l’informatique et de la programmation par nécessité professionnelle », raconte le trentenaire. Il s’oriente plus vers l’œnologie, qu’il étudie avant de devenir technicien agricole pendant plusieurs années dans divers quartiers de Bordeaux, mais aussi en Alsace. En 2017, alors salarié du syndicat des vignerons, il doit gérer 600 hectares de vignes. Pour se faciliter la tâche, il décide d’apprendre les SIG (Systèmes d’Information Géographique) puis la programmation pour pouvoir paramétrer ses outils. Désormais énervé, il s’inscrit par la même occasion à une licence informatique et met à profit ses nouvelles compétences en gérant l’automatisation de la gestion des tracés.

Et un jour, ça a cliqué. « J’aimais mon travail dans les vignes, mais je me suis rendu compte que ce que j’aimais le plus, c’était le langage informatique et le travail avec les données », raconte Éric. Le problème : il manque de « preuves » pour prouver ses nouvelles connaissances, car il s’est surtout formé en ligne et n’a confirmé que sa première année de licence.

Puis il a découvert Google Career Certificates. Ces programmes de formation en ligne développés par Google donnent aux étudiants les compétences professionnelles nécessaires pour les emplois numériques du futur, et ne nécessitent aucun diplôme ni expérience préalable. « J’ai été captivé par le fait que la formation était très axée sur l’obtention d’un emploi et que de nombreuses entreprises étaient partenaires, c’était un gage de fiabilité. Pendant deux mois, il complète 8 modules offerts en tant qu’analyste de données. En plus de son bagage technique, Eric dit avoir gagné en discipline : « Jusqu’à présent, je connaissais les technologies, mais je n’avais pas la méthodologie exacte. Et malgré la nature en ligne de la formation, il s’est senti soutenu. « En plus des cours en vidéo, une véritable communauté d’entraide se crée entre les élèves », note-t-il. Si vous avez une question, postez simplement dans le forum approprié et il y aura toujours quelqu’un pour vous aider. Après l’approbation de son certificat, les effets ne se sont pas fait sentir longtemps. « J’ai indiqué les Google Career Certificates sur mon CV que j’ai posté sur l’Apec (Association pour l’emploi des cadres, NDLR) et j’ai eu 3 appels en une journée. Je suis sûr que ça a marché », a-t-il déclaré. Moins d’un mois plus tard, il signe son premier CDI en tant qu’analyste de données au sein d’une SSII basée sur la technopole de Sophia Antipolis. « On peut dire que cette formation a été un vrai plus pour décrocher le poste. J’aime le faire, et mon salaire est plus attractif, tout comme les conditions de travail, avec la possibilité de travailler à 100 % en télétravail. Cependant, Eric ne compte pas s’arrêter en si bon chemin en suivant les Google Digital Workshops, un programme de formation aux compétences et outils numériques, en ligne ou en présentiel. : « Je poursuis des formations du soir en management de projet pour élargir mes compétences. »

À Lire  La rentrée avec la fébrilité de Pap Ndiaye

Marion, l’esthéticienne devenue conceptrice d’interfaces

* Numeum, rapport d’activité 2021. ** Sondage réalisé par OpinionWay pour Le Figaro et Google auprès de 1000 personnes travaillant du 5 septembre au 23 septembre 2022.

Très jeune, Marion commence à travailler comme esthéticienne dans des instituts de beauté parisiens. « Après 10 ans dans ce métier, j’avais besoin d’un changement qui donne du sens à mon travail », se souvient la maman de 27 ans. Après son deuxième congé maternité, elle décide d’entamer une reconversion… sans plan précis. « Je cherchais un emploi qui me plaisait et qui me donnait plus de flexibilité pour équilibrer ma vie personnelle », explique-t-elle. Les offres d’emploi numériques répondaient à toutes les exigences ! Elle commence par l’autoformation en ligne, en développement web, qu’elle trouve vite « trop ​​technique », puis en rédaction de contenu, ce qui n’est pas à 100% pour elle. Elle a enfin découvert les bases du marketing digital grâce aux Google Digital Workshops, et là a été son coup de cœur : « En plus de tout le côté créatif, j’ai beaucoup aimé l’idée de concevoir un site web adapté aux utilisateurs et de le rendre inclusif. Décidée, elle deviendra designer UX/UI. Le problème : la plupart des formations ne sont accessibles qu’avec un Bac + 5. Poursuivant ses recherches, elle découvre Google Career Certificates et décide d’aller de l’avant, convaincue par la réputation de l’entreprise. Un programme particulièrement riche finit par la convaincre. « Les cours sont très bien présentés et très variés – vidéos, quiz, défis, illustrations… Plus on progressait, plus c’était passionnant », se souvient-il. Tout est fait pour garder intacte la motivation des étudiants tout au long du cursus. En effet, pour être validé, chaque module doit être accompagné d’un projet lui permettant d’acquérir une expérience précieuse.