Les mensualités de vos différents emprunts pèsent sur votre budget ? Le regroupement de crédits est une solution à envisager si vous souhaitez assainir votre trésorerie et retrouver un niveau d’endettement plus équilibré. Pour assurer le succès de l’opération, il faut cependant veiller à ne pas tomber dans le principal écueil du rachat de crédit.

1/ Considérer le rachat de crédit comme une solution miracle

Le rachat de crédit est une opération financière qui permet à l’emprunteur de regrouper les prêts contractés auprès de différents organismes en un seul prêt. Les avantages de cette disposition sont évidents :

Face à ce tableau, il peut être tentant de considérer la consolidation de dettes comme une solution miracle. Ce n’est évidemment pas le cas.

Si, en effet, ce montage financier permet de réduire la taille de vos mensualités, leur nombre va augmenter. En d’autres termes, l’augmentation de la durée du prêt s’accompagne souvent d’une augmentation de la valeur globale du prêt. Par conséquent, pour vous engager dans une opération de cette nature, vous devez être prêt à supporter l’effort de remboursement dans la durée.

Afin d’optimiser le coût de votre rachat de crédit, il est important que vous considériez deux facteurs principaux : la durée du prêt et le taux d’intérêt :

Le taux d’intérêt nominal : qu’il soit fixe ou variable, il correspond au montant des intérêts bancaires perçus de la banque prêteuse, c’est-à-dire sa rémunération. Le TAEG : Plus représentatif du montant total du prêt, il prend en compte le taux d’intérêt nominal, les frais de gestion, les frais d’assurance et les frais de courtage éventuels.

2/ Négliger les différents frais liés au regroupement de crédits

L’une des principales erreurs à éviter lors d’un rachat de crédit ? Ne considérez que le taux d’intérêt nominal fourni par le prêteur. Il existe en effet d’autres frais liés au regroupement de crédit. Il est important de les prendre en compte.

À Lire  Les dosettes de café sans capsules bientôt disponibles en France

Un acompte : S’il s’agit d’une personne physique, aucun frais ne sera prélevé. Dans le cas d’un organisme de garantie, la commission, majorée d’une contribution à un fonds mutuel de garantie restituée à l’emprunteur, est d’environ 2,5 % du montant du prêt. Une hypothèque : Les frais hypothécaires représentent environ 1,5 % du montant du prêt. La taxe foncière correspond à environ 0,715% du capital emprunté.

3/ Oublier de comparer les différentes offres de rachat de crédit

Malgré ses avantages indéniables, le rachat de crédit n’en demeure pas moins une opération financière judicieuse. Une erreur à ne commettre sous aucun prétexte est de précipiter son choix. Considérez la consolidation de dettes comme un acte commercial. En faisant jouer la concurrence et en étudiant attentivement les différentes offres du marché, vous pourrez trouver le contrat le plus intéressant d’un point de vue financier. Ces quelques conseils vous permettront d’être en position de force.

J’ai souscrit trop rapidement un rachat de crédit – que faire ?

Vous venez de signer un rachat de crédit mais n’êtes plus satisfait des termes de votre contrat ? La loi française prévoit différents délais de rétractation lors du regroupement de crédits. Ils correspondent aux délais « avant lesquels l’ayant droit peut révoquer son consentement ». Votre durée dépendra du type de prêt que vous avez :

Votre demande de retrait sera envoyée au prêteur par courrier recommandé avec AR.

4/ Être mal accompagné

Le dernier écueil à éviter lors d’un rachat de crédit ? S’engager seul et trop vite dans le projet. Les subtilités des marchés financiers sont parfois difficiles à comprendre pour les particuliers. Dans ces conditions, il peut être intéressant de se faire accompagner par un courtier spécialisé qui fera office d’intermédiaire entre vous et le prêteur.