En France métropolitaine, la circulation de la grippe a ralenti mais reste à un niveau élevé, selon le bilan hebdomadaire de santé publique, qui évoque également la possibilité d’une « reprise » de l’épidémie dans les semaines à venir. Le Covid-19 circule également de manière moins virulente et le nombre d’hospitalisations liées à la bronchiolite diminue.

&#xD ;

Auteur –

&#xD ;

Aujourd’hui à 12:52

Vers un pic des contaminations par la grippe ?

&#xD ;

| mis à jour aujourd’hui à 13h20

– Temps de lecture :

&#xD ;

Les autorités sanitaires exhortent à nouveau les personnes vulnérables à se faire vacciner contre la grippe et le Covid. Photo de Sipa/Mathieu PATTIER

Le système de santé est sous pression depuis plusieurs semaines en raison de la triple épidémie de Covid, bronchiolite et grippe, qui touche particulièrement les services d’urgence.

Dans ce contexte, les autorités sanitaires exhortent une nouvelle fois les personnes à risque à se faire vacciner contre la grippe et le Covid ce vendredi, alors que les campagnes de vaccination sont retardées.

Bronchiolite

La santé publique de la France a confirmé ce vendredi que la circulation du virus de la grippe a ralenti au cours de la dernière semaine de 2022. « C’est un ralentissement qui s’explique par le fait que les enfants étaient en vacances, ce qui ralentit la transmission du virus de la grippe », expliquent les autorités sanitaires. Cependant, toute la métropole est toujours en « situation épidémique » liée à la grippe, et l’agence nationale indique la possibilité d’une « reprise » de l’épidémie dans les prochaines semaines. En cause sont d’éventuelles contaminations survenues lors des rassemblements familiaux de fin d’année, et depuis la rentrée, ce mardi.

De plus, durant cette dernière semaine de l’année, on assiste à une augmentation des hospitalisations des personnes de plus de 65 ans. « Aussi, c’est dans cette tranche d’âge que l’on assiste à la plus forte augmentation de la mortalité due à la grippe », prévient la Santé publique de France, qui juge cela « préoccupant ».

À Lire  Bien-être au travail : les Français veulent mieux manger mais surtout mieux bouger

Le taux de mortalité par grippe est également élevé chez les 15-44 ans. « La grippe circule plus intensément dans cette tranche d’âge » par rapport aux années précédentes, précisent les autorités sanitaires. « Cette population a été légèrement touchée lors des précédentes épidémies, son immunité a peut-être été réduite », note Santé publique France. Et d’ajouter que « l’interaction entre le Covid et la grippe pourrait aussi être responsable de cette situation atypique pour cette tranche d’âge ».

Ce contenu a été bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres balises de suivi.

En cliquant sur « J’accepte », des cookies et autres traces seront déposés et vous pourrez en voir le contenu (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous consentez au stockage de cookies et autres traces pour stocker vos données sur nos pages et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous avez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données. &#xD ;

Covid-19

Gérer mes choix

L’épidémie de bronchiolite se poursuit chez les nouveau-nés, mais avec des hospitalisations réduites à quatre semaines, résume la Santé publique de la France. Malgré cette tendance à la baisse, « nous sommes toujours au coeur de l’épidémie », insistent les autorités sanitaires.

Toute l’agglomération est toujours inquiète de la « situation épidémique » du début d’année.

Quant à la bronchiolite chez l’adulte, Santé Publique France explique que les symptômes de ce virus sont « rarement observés chez l’adulte ». Ces dernières surviennent généralement avec d’autres infections respiratoires aiguës, qui ne sont pas attribuées à la bronchiolite.