T.Franceschet, C.Alazet, J.Faura, S.Audigan, N.Corselle –

Les gardiens sonnent à nouveau l’alarme. « Les équipes sont serrées », indique l’association SAMU-Emergences de France. Dans certains services, les patients sont désormais filtrés et les admissions sont limitées, faute de médecins urgentistes en nombre suffisant.

A Sète (Hérault), il est toujours impossible de se rendre seul aux urgences le soir. Seules les ambulances envoyées par le Samu sont admises. Une opération montée cet été, qui durera jusqu’au vendredi 9 septembre, faute de médecins urgentistes en nombre suffisant. « Nous avons opté, par nécessité, puisque nous avons un tiers des places vacantes aux urgences, de réguler la nuit en priorité, et de garder les urgences ouvertes le jour », explique Claudie Greslon, directrice du centre hospitalier du bassin de Thau (Hérault). ).

A l’autre bout de la France, au CHU d’Amiens (Somme), les urgences sont ouvertes, mais il faut d’abord appeler le 15. Une fois à l’hôpital, là encore, les infirmières vérifient que les patients sortent bien des urgences. pour limiter les revenus. Il manque 15 médecins urgentistes ici. Un problème national : 90 % des services d’urgence déclarent avoir des problèmes de personnel.

Mathias Segundo, Denis Adam de Villers

Recevez l’essentiel de notre actualité avec notre newsletter

Urgences pédiatriques saturées : plus de 4.000 soignants interpellent Emmanuel Macron dans une lettre ouverte

Semaine de l’allaitement : quand les dons de lait maternel sauvent des vies

Morbihan : panne d’électricité à l’hôpital de Vannes, plan blanc déclenché

Sobriété énergétique : au CHU de Montpellier, des conseillers « écologie et énergie » traquent les abus pour réduire la consommation de 10%

À Lire  Covid ou froid ? Dis juste la différence entre les deux

En Isère, des stages pour apprendre à gérer l’agressivité à l’hôpital

Vu d’Europe

Franceinfo sélectionne quotidiennement les contenus des médias audiovisuels publics européens, membres de l’Eurovision. Ces contenus sont publiés en anglais ou en français.