Heure d’hiver : rester attentif à son sommeil

Le passage à l’heure d’hiver entraîne souvent des troubles du sommeil. Cela nous encourage à nous coucher et à nous lever plus tôt. Mais maintenant, l’horloge biologique a ses règles et s’endormir n’est pas si facile pour tout le monde. Notre cerveau est synchronisé sur une journée de 24 heures, grâce à la mélatonine, l’hormone du sommeil, qui nous permet d’avoir des signaux quotidiens entre le jour et la nuit. Pour cette raison, il est conseillé de se coucher une vingtaine de minutes plus tard pendant 2 ou 3 jours avant le changement d’heure. L’endormissement sera plus facile plus tard. De même, une courte sieste entre midi et deux peut éventuellement corriger des carences, temporairement.

Profiter de la lumière

Assez souvent, le départ et le retour du travail ont lieu le soir. Ce manque de lumière a un impact psychologique et favorise souvent la dépression saisonnière. Pour cela, il est conseillé de sortir le plus possible tous les jours, par exemple pendant la pause déjeuner pour se remplir de soleil ou de lumière. Il en va de même pour les week-ends. Le corps va réagir positivement à la luminosité du soleil, qui diffuse les rayons UVB synthétisés par la peau, sous forme de vitamine D.

Eviter l’exposition aux écrans le soir

Les ordinateurs portables, ordinateurs et autres objets connectés sont des sources de lumière bleue. Il empêche la sécrétion de mélatonine et déforme les informations du cerveau. Il altère la qualité du sommeil et réduit également sa durée. Il est plutôt recommandé de lire. La lecture détend à la fois le corps et l’esprit. Son effet est bénéfique pour la vue, la mémoire et contre le stress.

À Lire  Andropauze: daling van testosteron, leeftijd, tekenen bij mannen

Pratiquer la marche à pied

L’Organisation mondiale de la santé recommande une activité physique de 30 à 40 minutes par jour. La marche est sans contre-indication médicale. La sollicitation du système musculaire favorise la sécrétion d’hormones et limite le stress. De la même manière, marcher vous permettra de moins souffrir de maladies chroniques et de contrôler votre silhouette durant l’hiver. Enfin, la marche renforce notre système cognitif, libère les tensions et améliore la concentration au quotidien.

Adapter son alimentation

Pendant la période hivernale, il est recommandé de consommer des poissons gras et des viandes maigres mais aussi des fruits et légumes de saison : carottes, navets, courgettes, choux, agrumes, fruits exotiques… La liste n’est pas exhaustive. Ils permettent de faire le plein de fibres, de vitamines et de minéraux. Sans oublier, bien sûr, d’ajouter régulièrement des féculents. Une alimentation équilibrée et moins riche est la clé du maintien de votre ligne, de votre forme physique et mentale.

S’initier à la kinésiologie

Si l’inconfort persiste durant la période hivernale, il est aussi possible d’avoir une séance de kinésiologie. Fruit de la convergence entre la physiologie occidentale, l’énergie traditionnelle chinoise et les découvertes récentes des neurosciences, la kinésiologie accompagne chacun vers un meilleur équilibre sur le plan mental, émotionnel, physique et énergétique.