C’est en 2019 que deux hommes ont demandé aux anciens de l’Église de dire la vérité sur ce qui s’était passé dans les années 1990, lorsque l’ancien évêque était prêtre à Coutances (Manche) et directeur de l’École de la Foi, une école à l’année. pour la formation à la prière des jeunes. personnes âgées de 18 à 30 ans. Selon l’actuel évêque de Créteil, Dominique Blanchet, le prêtre « a été sanctionné l’an dernier par Rome pour sévices spirituels ayant causé deux adultes ». L’abus s’est produit pendant l’exorcisme et ce que l’évêque a admis.

« Je veux avant tout assurer de ma grande compassion pour les personnes qui ont été touchées par la vérité. J’offre aussi la douleur et la déception de tous ceux qui seront blessés par ces révélations », ajoute l’actuel évêque du diocèse de Valdemarnais avant faire confiance à Saint Paul. , mais vaincre le mal par le bien. Ce sera notre meilleure façon d’affronter et de soutenir tous ceux que nous rencontrerons qui se verront endommagés et affectés par ces choses », a déclaré l’évêque.

En décembre 2019, Michel Aupetit, archevêque de Paris et chef provincial du diocèse de Créteil, a envoyé un dossier de rapport au Vatican. Les deux victimes de leur côté n’ont pas voulu porter plainte.

“Il ne doit pas y avoir d’exception pour les évêques“

L’archevêque a également demandé justice à la République. « Je vois que le procureur de la République a également été prévenu. (…) Il ne doit pas y avoir de différence entre les évêques », insiste-t-il, soulignant aussi qu’il a « rencontré Mgr Michel Santier » qui « a annoncé la nouvelle démarche ».

À Lire  Oceania Cruises dévoile un nouveau programme de mixologie "innovant" sur son nouveau navire

En octobre 2021, l’Église catholique de France est ébranlée par la publication du rapport bouleversant de la Commission Sauvé. Ce rapport a fait état du nombre d’actes de pédophilie commis dans l’Église catholique, faisant état de 216 000 victimes du clergé ou de religieux depuis 1950 en France, 330 000 en comptant celles tuées par des gens ordinaires, et environ 3 000 agressions dont on ne tiendra jamais compte, la vérité est là. l’emprisonnement ou la mort des auteurs. Connectez-vous au site de Ciase pour lire le reportage et les témoignages du pouvoir, spirituel ou sexuel, dû à l’isolement. A Lourdes, en novembre 2021, l’épiscopat a reconnu son « rôle d’organisation » ainsi que le caractère « systémique » de ces violences.