1-

Ayurveda : trouver votre lumière intérieure

deux-

L’Ayurveda : une histoire ancienne

Ressentir cette chaleur du cœur

Jyoti, lumière divine ou lumière intérieure, en sanskrit, c’est ainsi qu’Alexandra Missirlian a été baptisée par un brahmane à Bénarès, en Inde, lors d’un de ses voyages dans le pays de son cœur. C’est aussi devenu le nom de son institut, où elle nous aide à raviver notre lumière intérieure.

Tout commence en Inde, en 1998. Il part une première fois, l’année suivante, rejoindre une association de traitement des lépreux à Bénarès, où il restera 3 mois. Elle tombe alors gravement malade, victime de malaises intestinaux. A la saison de la mousson, quand il est de coutume pour ceux qui peuvent quitter les plaines et se mettre au vert, elle part aussi pour les montagnes. Mais sa santé ne s’est pas améliorée. Au contraire, son état s’aggrave, malgré les remèdes allopathiques avec lesquels elle est traitée. Elle rencontre alors un médecin tibétain, une discipline très proche de la médecine ayurvédique. «Ils m’ont fait des massages et je dois dire que j’ai été époustouflé. J’étais meilleur. J’étais très impressionné et ça m’est resté en tête.

A cette époque, Alexandra était commerciale, assistante de direction dans un bureau en Suisse, où elle résidait. En 2003, il a brûlé. « Qu’est-ce que je vais faire de ma vie ? C’est la question que je me suis posée à l’époque. Mes souvenirs de soins aux lépreux et de cette rencontre avec l’Ayurveda me sont revenus. J’aimais être au service des autres, faire le bien. Les lépreux qui passaient entre mes mains repartaient toujours avec le sourire. Cela m’a beaucoup réchauffé le cœur. Et quand vous sentez cette chaleur dans votre cœur, vous savez que quelque chose d’important se passe.

À Lire  PARIS : La Guadeloupe, destination idéale pour les amoureux de la nature » Lettre économique et politique de PACA

Comment concilier aide aux autres et intérêt pour les médecines alternatives ? « Ça a cliqué dans ma tête, il fallait que je prenne des cours d’Ayurveda ! » La jeune femme trouve alors une école en Suisse, ce qui était assez rare à l’époque, y suit l’intégralité du cursus, en sort diplômée et ouvre rapidement son cabinet.

Aujourd’hui, le thérapeute trouve toujours autant de plaisir à prendre soin des autres et à les écouter. Les séances débutent par une discussion, un point, une évaluation des derniers jours, semaines, mois, afin d’établir un plan thérapeutique, c’est-à-dire le soin qu’elle va proposer, qui comprend toujours un massage, avec une technique moins sophistiquée. .

Il fonctionne avec 200 huiles essentielles, ce qui vous permettra de personnaliser le soin. Alexandra Missirlian enseigne également l’aromathérapie et dispense des cours de développement personnel. Tout ce qui nous ramène à notre constitution d’origine, grâce à la nourriture et au massage.