Ce sont des années qu’on ne peut pas oublier. 2022 sera l’année la plus heureuse pour Sarah Chougnet-Strudel et Lucien Salomon. Et le dimanche 11 septembre restera sûrement parmi les temps forts de ces mois émotionnellement intenses. Il est midi et un jeune chef d’une trentaine d’années monte sur la grande scène de Vsejeda et se prépare pour une séance de cuisine de 35 minutes. «Être sur la grande scène Omnivore est un honneur qui est venu très vite. J’y assiste depuis 10 ans à des démos de chefs, et ce festival m’a ouvert de nombreuses perspectives », confie le co-fondateur de Regain, dont l’émotivité se mesure encore. Ces douze derniers mois, Sarah Chougnet-Strudel et son assistant Lucien Salomon (ex-Cave de Belleville à Paris) ont coché toutes les cases : après avoir ouvert leur restaurant Regain rue Saint-Pierre, la notoriété à Marseille puis en France grandit. Enfin, le duo s’est vu décerner il y a deux semaines le titre du meilleur Sophistroquet 2023 par Fooding.

Entre autres réussites, le duo peut se targuer d’une excellente entente et d’une complémentarité enviable. L’enjeu de l’implantation de Regain était de taille : – On était sûr pour le jardin, mais beaucoup moins pour la rue, avoue Lucien Salomon. Une vraie vie de quartier règne ici, nous accueillons de nombreux habitants et voisins pour le déjeuner ». Quelques interrogations se posent également : – En hiver, l’aspect du bar change, ce qui implique une manière différente de travailler. Les services sont plus longs pour les clients qui s’assoient plus tôt, tandis que d’autres partent plus tard… En fait, nous ne faisons qu’un service et demi. »

« Nous avons été bien accueillis, les curieux des premiers jours sont devenus fidèles »

La brigade s’agrandit dès le début et atteint un effectif de 8 personnes : – Le plus important est de constituer une équipe stable, se réjouit Sarah Chougnet-Strudel. Je crée ma carte avec Laurène de Souza, qui a beaucoup contribué au succès du restaurant, elle apporte une vraie touche très personnelle. » Au fil des mois, la vision de Sarah et Lucien a, sinon changé, du moins évolué : – Nous connaissons tous nos vignerons et tous nos viticulteurs, nous savons comment ils font et nous partageons la même vision. » Les mois ont passé et la cuisine de Sara s’est installée, « ponctuée de belles touches d’originalité », comme dans le pastrami thon et sauce chou-rave. à l’huile d’algues, piment et curry d’épice abricot ou épaule d’agneau de betterave sauce satay et labneh fumé… « Je pense que quand on est chef on apprend toujours », souffle Sarah.Restaurant Regain

À Lire  Les secrets du pâtissier Ritz pour une madeleine au miel réussie

Collègues, pas rivaux. Avec des amis de la Limmat, des Eaux de Mars, de Bouillon, de Catherine, de Matthieu Roche ou de Laetitie Visse, Sarah et Lucien partagent le même esprit communautaire d’entraide, « il y a beaucoup d’échanges entre nous, mais beaucoup moins fraternels à Paris », confirme Lucien. « Ce sont des collègues, pas des rivaux, assène Sarah. J’ai un rapport essentiel avec la mer et même si notre vie tourne à 90% autour du restaurant, sachant qu’il suffit de prendre le vélo pour aller au bord, c’est change tout », déclare Lucien Salomon. Je ne m’attendais pas à ce succès et il est difficile d’accomplir des choses, même quand tout ce que nous faisons est très concret. Dans les mois à venir, les choses vont continuer à changer et à évoluer. Tant que nos clients comprendront la façon dont nous travaillons, nous nous sentirons libres », ajoute Sarah. Prévision pour l’année 2023.

Restaurant Regain, 53, rue Saint-Pierre, Marseille 5e ; infos au 04 86 68 33 20. Déjeuner 25 €, dîner 55 € et plats à la carte 40 €.