Publié

il y a 24 minutes, mis à jour il y a 1 minute

REVUE GASTRONOMIQUE – Ce restaurant du 8ème arrondissement propose une approche rappelant la bistronomie originelle, perdue depuis longtemps.

« Le meilleur moment dans un restaurant, c’est quand on y va. » Il est impossible de trouver l’auteur de cette merveilleuse formule, mais reconnaissons-le à juste titre en nous rappelant que le tableau passe d’abord par un mouvement comme l’envie. Plus tard, plus tard, ce qui arrivera arrivera (révélation, déception) mais avant la première fourchette, il y aura ce petit pli sous la langue, ce ventre qui tremble, ce ressort irrésistible. Au moment de la pause déjeuner, même le dernier des restos appelés, il y a tous les bureaux qui s’emportent et fondent pourtant rejoignent ce plat qui leur ressemble soudain. Peu importe le pire, le meilleur, le restaurant a ce talent pour conjuguer le verbe « to ». Il ne faut donc pas trop prier pour rejoindre cette Traboule parisienne qu’on a bien failli lâcher, un an après sa reprise.

Du vague ex-bouchon lyonnais qui occupait les lieux, nous avons curieusement conservé l’enseigne. Un drôle de geste qui…

Ce message est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à trouver.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire vos articles 0,99 € pour le premier mois

À Lire  Les ventes de bière Heineken au troisième trimestre augmentent moins que prévu