Stéphanie Talevis, 31 ans, est chef de projet dans une startup parisienne travaillant dans l’économie circulaire. Passionné par la question du rythme et de l’engagement au travail, chaque année, au mois d’août, il se rend au Centre Spirituel des Jésuites Penboc’h, à Arradon, dans la Baie du Morbihan, pour participer à la séance « Repenser mon travail les pieds dans l’eau ! », créé en 2020 par le Mouvement Chrétien des Cadres et Dirigeants (MCC).

En 2021, il rejoint l’équipe d’animation et l’organisation : « Cette session s’adresse aux jeunes professionnels chrétiens, âgés de 25 à 35 ans. Elle est centrée sur la vie professionnelle et permet de prendre du recul et de se demander : suis-je au bon endroit pour grandir humainement et spirituellement ? »

Les aspirations des 25-35 ans

Les aspirations des 25-35 ans

Développer des compétences, accéder à des postes à responsabilité… Beaucoup y aspirent, mais à condition de chercher à changer la société, limiter l’impact de leur activité sur l’environnement et œuvrer pour plus de justice dans le monde. , argumente le trentenaire.

Fini les sept heures par jour assis à son bureau, devant son ordinateur. Les jeunes professionnels veulent de la flexibilité. « Certains d’entre nous ont besoin d’avoir un cadre et une description de poste, mais j’observe que d’autres veulent vivre quelque chose de plus libre, sans carcans. Les perspectives changent quant à la manière de déployer son potentiel et sa créativité tout en respectant son rythme naturel », assure Stéphanie qui n’y voit que des bénéfices, tant pour l’individu que pour l’entreprise. augmentation bénéfique de la motivation et de l’énergie pour tous.Pour plus de bonheur ?

Cap sur la transition écologique

Cap sur la transition écologique

Le bonheur dans sa vie professionnelle était justement l’un des principaux thèmes qui a plu aux participants. Ils lisent leurs anniversaires ici et trouvent des défis possibles. « Le besoin de sens est toujours fort, mais le Covid a mis en lumière la place (importante) du travail dans nos vies. Avec une volonté de diffuser d’autres talents, des animateurs observateurs, pour qui « la perspicacité spirituelle d’Ignace permettait de poser des problèmes et d’imaginer des solutions ».

À Lire  Le sac d'Oulad Bou-Sbaâ aux portes du désert

Tables rondes, échanges, témoignages et prières, mais aussi temps libres pour la baignade, sont prévues et organisées des visites aux habitants de la région qui se sont tournés vers les territoires de la transition écologique.

Camille Berg, 33 ans, qui habite à Grenoble recommande l’expérience. Il y a participé en 2021. « Je veux me reconvertir, j’imagine faire un projet d’insertion socio-professionnelle par le maraîchage. Je ne vois pas que dans le titre de la séance l’idée d’écologie intégrale soit évoquée, je suis contente ! Il se laissa émouvoir dans son ombre. « Des réponses sont apparues, et grâce à la question d’un jésuite, le dernier jour au petit déjeuner, les choses sont devenues plus claires. »

Le cadre de Penboc’h, très beau, demande calme et contemplation. « Cela nous permet de laisser revenir en nous ce qui est partagé et reçu, de voir ce qui se joue dans nos désirs profonds, ce qui nous maintient en vie. Les organisateurs veillent au respect de la liberté d’expression et à la qualité de l’écoute.

« Repenser mon travail les pieds dans l’eau ! » », une session animée par MCC et le réseau Magic. Du 20 août, 12h au 24 août, 14h, 20 chemin de Penboc’h, Arradon (56). Comme. 02 97 44 83 83. sessionJPpenboch@mcc.asso.fr