Les travaux doivent être réfléchis, qu’ils soient énergétiques ou non, car les coûts de rénovation peuvent être plus élevés en fonction de la qualité du bâtiment.

Quelles sont les étapes pour rénover une maison ?

Avant d’entreprendre des travaux de rénovation domiciliaire, il est essentiel d’avoir une idée concrète des tâches à effectuer. D’une part pour préparer un planning, d’autre part pour évaluer le budget nécessaire. Si les travaux ont pour but d’améliorer les performances énergétiques de la maison, alors il est intéressant d’identifier les professionnels certifiés RGE (« garant reconnu de l’environnement ») susceptibles d’intervenir. Seuls les travaux réalisés par ces entreprises labellisées sont éligibles aux aides de l’Etat (crédit d’impôt, prime énergie, TVA à taux réduit, etc.) Dans le cadre de la réforme, les travaux consistent à privilégier le gros œuvre (base, c’est-à-dire etc.), puis l’isolation (toiture, remplacement des fenêtres, etc.), et enfin l’ameublement (électricité, etc.). Si la rénovation concerne une maison à plusieurs étages, il est recommandé de commencer les travaux à l’étage supérieur, afin de ne pas endommager les travaux effectués aux étages inférieurs.

Quel budget prévoir pour rénover une maison ?

Le budget de rénovation dépend de plusieurs facteurs, dont l’état initial de la maison à rénover, le type d’éléments à renforcer ou à remplacer, les matériaux choisis, la taille et l’âge de la maison, la bonne situation géographique… En 2020, l’Ademe dévoile les résultats d’une étude sur le coût de 12 000 travaux réalisée en un an et demi. Il indique que les travaux d’isolation représentent 38 % du coût des travaux de rénovation énergétique. Viennent ensuite le chauffage (26%), la menuiserie (24%), la ventilation (8%). Cependant, les prix indiqués peuvent être très différents des prix réellement pratiqués par les ouvriers, et il existe de nombreux facteurs de variation (coût des matières premières, pénurie de matériaux, tension de la demande, contexte géopolitique, comme la guerre en Ukraine.. . ).

Concernant l’isolation, qui est la principale opération réalisée par les Français dans le cadre de la rénovation, les tarifs sont les suivants, selon l’Ademe :

Globalement, pour rénover entièrement une maison, la plupart des professionnels du bâtiment indiquent les prix moyens suivants : entre 250 et 700 euros le mètre carré pour une simple rénovation intérieure, entre 700 et 1 100 euros le mètre carré pour une rénovation complète et jusqu’à 2 000 euros. par mètre carré pour des rénovations majeures, comme une maison délabrée.

Quels travaux peut-on effectuer avec 50 000 euros ?

Selon le barème ci-dessus (entre 250 et 700 euros le mètre carré pour une simple rénovation intérieure, entre 700 et 1100 euros le mètre carré pour une rénovation complète et jusqu’à 2000 € le mètre carré), le coût de la restauration peut aller de. 25 000 à 200 000 euros pour une maison de 100 mètres carrés. Avec une prise en charge totale de 50 000 euros, certains des travaux listés ci-dessous peuvent être réalisés :

Si la maison fait l’objet d’une rénovation majeure, il est fortement recommandé de faire appel à un architecte. Dans le cadre de la création d’une extension qui augmente la surface habitable de la maison au-delà de 150 mètres carrés, le recours à ce professionnel est même obligatoire. Lorsque la rénovation est plus légère, c’est une bonne option de contacter une entreprise spécialisée dans la construction ou un maître d’œuvre pour coordonner le chantier ainsi que les artisans impliqués. Lorsque les travaux sont réalisés au cas par cas (changement de chaudière, isolation des combles, réparation d’une salle de bain, etc.), il suffit de s’adresser aux corps de métier concernés (respectivement un plombier, un plâtrier, carreleur, etc.). Quoi qu’il en soit, si les travaux visent à améliorer la performance énergétique du logement, il est indispensable de s’adresser à des professionnels certifiés par le RGE.

À Lire  La Maison des femmes de Marseille inaugure ses futurs locaux rue Saint-Pierre

Avant de vous lancer dans des travaux de rénovation intérieure, il est important de connaître les règles qui s’appliquent. La première est que lorsque les travaux intérieurs affectent l’extérieur du bien (installation de nouvelles fenêtres, système de climatisation, etc.), une déclaration préalable des travaux doit être déposée auprès de la mairie. Il en va de même si les rénovations transforment un garage, un grenier, une grange ou un sous-sol en espace de vie. Ensuite, il y a les normes de sécurité qu’il est important de respecter lors de la réalisation de travaux de rénovation : isolation intérieure compatible avec la nature des murs, distinction entre le conduit d’évacuation de la chaudière et la hotte… Appel aux professionnels de la rénovation intérieure qui le font. ces difficultés peuvent être surmontées, notamment si le projet de rénovation a un impact sur la structure de la maison (ouverture d’un mur porteur, déplacement d’escaliers, etc.).

Il n’est pas nécessaire d’utiliser les mêmes techniques pour restaurer des murs en pierre ou des blocs de béton. Aussi, avant d’entreprendre un projet de restauration, il faut non seulement en prendre conscience, mais aussi reconnaître la variété des pierres, pierre de taille et granit qui ne nécessitent pas le même traitement ni le même niveau d’entretien. La première étape consiste à contacter un professionnel pour faire un état des lieux de la maison en pierre, notamment l’état de ses murs, sa charpente, sa toiture… Dans le cas des maisons anciennes, ainsi que les diagnostics obligatoires (amiante.. . ), il est conseillé de réaliser une étude technique de la structure, notamment si le projet de rénovation comprend la démolition de murs porteurs ou la création d’étages supplémentaires. Grâce à cette inspection vous pourrez savoir si la structure de la maison en pierre est suffisamment solide pour recevoir les aménagements prévus. Enfin, dans les maisons en pierre, il y a souvent des problèmes d’humidité. Avant de commencer les travaux, il est préférable d’identifier les causes d’humidité et de remontée capillaire afin de les traiter pendant les travaux, notamment lors de l’isolation du bien.

Quelle aide demander pour la rénovation d’une maison ?

Afin d’inciter les Français à travailler à domicile, le gouvernement a mis en place un certain nombre d’aides financières. La plupart sont spécifiques à la rénovation énergétique :

Parallèlement à ces aides, plusieurs mesures peuvent être mises en place dans le cadre de la rénovation de l’habitat : réduction d’impôt Denormandie, TVA à 5,5% sur les travaux d’amélioration de la qualité énergétique…

Sous certaines conditions (ressources, types de travaux, etc.), l’Agence nationale de l’habitat (Anah) verse également des aides financières aux propriétaires occupants et aux bailleurs qui engagent des travaux de rénovation de leur logement, dont des aides « Vivre facilement » (logement adapté à a. handicap), « Habitat sain » et « Habitat serein » (pour sécuriser le logement).