Une étude de l’Ademe donne une fourchette indicative de coûts en fonction du type de travaux de rénovation réalisés : isolation, chauffage, menuiserie, ventilation…

Selon un sondage réalisé en début d’année par Hello Artisan, 77% des propriétaires français envisageaient de réaliser des travaux en 2022. Une proportion assez importante, pour relativiser cependant, l’idée de « rénovation  » se réduit parfois à quelques petits bricolages avec l’intention d’améliorer au jour le jour le confort du logement, sans impact significatif sur sa consommation énergétique ou sa conception globale.

La PrimeRénov’, un outil incitatif

Pourtant, de nombreux Français, encouragés par des aides de l’État comme ma PrimeRénov’, une enveloppe versée à la fin du chantier, entendaient entreprendre des projets d’envergure : dans son panel de personnes interrogées, HelloArtisan recense 73 % de propriétaires qui déclarent ils étaient prêts à prévoir dans l’année une rénovation susceptible de réduire leur facture énergétique : sur ce total, 48 % déclarent vouloir renforcer leur système d’isolation, 39 % changent de système de chauffage et 37 % changent les ouvertures (principalement les fenêtres).

Quel montant prévoir ? Tout dépend, bien sûr, de la surface à remplacer et de son état initial, mais aussi de la qualité des nouveaux produits à installer. L’état du marché et la localisation du bien influencent également les prix : les travaux ménagers à Angers ne seront pas facturés de la même manière qu’à Paris ou Marseille où la demande est très forte et les valeurs immobilières bien plus élevées.

À Lire  Suivez la visite d'Emmanuel Macron aux Terres de Jim à Outarville dans le Loiret

L’isolation, un tiers du budget rénovation

En 2020, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a publié un document transmettant une série de prix indicatifs déterminés sur la base de données provenant d’environ 12 000 fois, réalisées chez des particuliers sur une période d’un an et demi. L’étude indique que la part dédiée à la rénovation ou au renforcement de l’isolation représente à elle seule plus du tiers (38%) des dépenses à prévoir dans le cadre du renouvellement énergétique. Environ un quart est destiné au chauffage (26 %) ou au mélange (24 %). Et seulement 8% pour la ventilation. Bien entendu, ces tendances restent des moyennes qui peuvent subir de très fortes variations liées au contexte international : l’enquête de l’Ademe a été réalisée lors des premières restrictions strictes de 2020, et avant la hausse du prix des matières premières…

Cependant, voici les résultats. Dans l’ensemble, les estimations fournies ont au moins le mérite de s’inscrire dans une fourchette assez large, ce qui réduit la marge d’erreur.

A refaire le calcul d’isolation : 30 à 50 euros le m² pour intervention sur les planchers bas et sous-sol 20 à 35 euros sur les combles perdus (non aménageables), 40 à 80 euros le m² à l’intérieur des combles aménagés (jusqu’à 250 euro extérieur), 40 à 80 euros sur un mur (côté intérieur) et 100 à 180 euros sur un mur côté extérieur.Selon les professionnels, il en coûte entre 250 et 700 le m² pour une simple rénovation, et jusqu’à 1 100 euros pour une rénovation complète.