Ce mardi 14 juin, nous avons assisté au Blooming Talk qui a eu lieu à l’Espace Cléry, à Paris. La mission de cette marque de culottes menstruelles ? Briser le tabou autour des règles. Nous en avons discuté avec les intervenants.

Insécurité menstruelle, changement des habitudes de protection… On n’a jamais autant parlé des menstruations qu’aujourd’hui. Pourtant, 55% des Français pensent qu’il est inapproprié de parler des règles en public, selon l’étude Réglophobie, réalisée en août 2021. C’est avant tout un tabou générationnel. En fait, 70 % des 18-24 ans pensent qu’il est approprié de parler de leurs règles en public, tandis que 73 % des plus de 65 ans pensent que ce n’est pas le cas. On assiste alors à une libération progressive de la parole autour de ce phénomène naturel qui a toujours régulé le corps des femmes. C’est précisément ce que souhaitait Blooming, une marque de culottes menstruelles créée en 2018 par Anne-Laure Courvoisier. Ce mardi 14 juin, nous avons assisté à l’événement réunissant de nombreux intervenants autour du thème « Et si les règles n’étaient plus taboues ? ». Créateur de contenu, journaliste, entrepreneur ou humoriste, chacun a abordé le sujet à sa manière.

Parler de règles, une question d’éducation

Avant tout, parler (ou pas) des règles est une question d’éducation. Selon l’enquête Réglophobie, les premières règles sont évoquées vers l’âge de 12 ans. Cependant, certaines femmes ont leurs premières règles beaucoup plus jeunes. Farah, comédienne belge montée sur scène pour un sketch, raconte sa propre expérience : « Je les ai eues jeunes, à 11 ans. Ma mère était très heureuse mais pour moi c’était un drame. Cependant, ayant grandi entourée de femmes, elle nous a dit qu’elle a toujours plus ou moins su à quoi cela servait. Ce n’était pas moins compliqué pour elle, « j’avais conscience que je n’étais plus une enfant, que j’étais une adulte », confie-t-elle.

A l’inverse, d’autres femmes peuvent avoir leurs premières règles assez tardivement. C’est notamment le cas de Lisa Perrio, comédienne qui est également montée sur scène. « Je me souviens que je les ai reçus tardivement, à l’âge de 16 ans, et je me suis compliqué. Les filles en parlaient dans les vestiaires et je me sentais exclue », raconte-t-elle.

Lorsqu’il s’agit d’hommes, les règles sont souvent une notion abstraite. Physiologiquement, cela ne les concerne pas, ce qui peut expliquer qu’ils soient généralement mal informés sur le sujet. « Ma mère me disait que c’était des trucs de femmes, ou en fait, on ne les nommait pas. C’était les ‘ragagnas’. Ce n’était pas tabou, mais on n’en parlait pas », raconte Baptiste des Monstiers, ancien journaliste chevronné au Quotidien et fondateur de Koolmag. Aujourd’hui encore, 31% des femmes estiment qu’il s’agit d’un sujet exclusivement féminin, contre 23% des hommes, selon l’étude Reglophobia. Aujourd’hui, ils semblent être plus ouverts d’esprit. Cependant, cela n’a pas toujours été le cas. Lisa Perrio n’a eu aucun mal à dire à ses camarades du Cours Florent qu’elle avait ses règles. « Buddy ne voulait rien entendre à ce sujet. Ils ne voulaient pas savoir ce qui se passait », a-t-elle déclaré.

« Je n’en parlais qu’avec ma mère, mais pas avec mon frère ou mon père », ajoute-t-il. Farah a vécu une expérience similaire lorsque ses premières règles sont arrivées : « Je me souviens avoir dit à ma mère ‘ne le dis pas à papa’. » Ainsi, 46% des Français pensent que la mère est la personne de référence. Cependant, les parents peuvent être en situation de monoparentalité. Il est également possible qu’en cas de séparation, les enfants se déplacent régulièrement d’un foyer à l’autre. « 400 000 enfants sont en garde partagée, dont 200 000 filles. Il y a tellement de filles qui peuvent être avec leur père pour la première fois », se souvient Anne-Laure Courvoisier. Pour elle, « l’éducation, la sensibilisation des garçons, l’information et le dialogue avec les hommes » sur le sujet, c’est fondamental. Ce n’est pas Elise Goldfarb qui dira le contraire : « Il y a aujourd’hui beaucoup de parents complètement déconcertés, beaucoup de garçons dans les classes qui intimident ou se moquent des filles quand elles ont leurs règles.

Une profonde appréhension des premières règles

Si cette étape de la vie peut être source de complexes, elle peut aussi être synonyme d’appréhension profonde. Ce sentiment découle souvent de ce manque d’éducation sur le sujet. C’est ainsi qu’Elise Goldfarb et Julia Layani, créatrices du podcast Coming Out, l’ont vécu. , on en parlait avec mes copines dans ‘Je ne veux vraiment pas avoir mes règles’, mais on ne savait pas trop quoi cela signifiait », nous dit Elise Goldfarb.

« Je pense que personne ne me l’a jamais dit. La première fois que j’ai eu mes règles, j’ai cru que j’avais fait caca, j’ai cru que j’allais mourir… ma mère m’a dit que c’était mes règles », ajoute Julia Layani. Une expérience traumatisante que son collègue a également vécue : « J’étais aux toilettes, je m’essuie et je vois qu’il y a du sang. Je me dis que je vais mourir, qu’il faut que j’aille à l’hôpital, c’est urgent, tu vois. Je l’ai dit à ma mère, elle était très détendue, elle a dit que ce n’était rien. »

Pour surmonter ce sentiment de danger, rien de mieux que l’information. Kim J. Lewin, un créateur de contenu qui prône la positivité corporelle, a eu l’occasion d’en savoir plus. « J’avais trouvé un tampon chez ma mère, je ne comprenais pas ce que c’était. J’avais dix ans, ma sœur 8, et il nous a pris à part, nous a expliqué comment fonctionne le corps féminin. Plus tard, j’ai compris très vite et je n’ai pas paniqué », raconte-t-il. Curieux, il a également été documenté.

Briser le tabou en nommant le sujet

Pour déboulonner un sujet, il faut d’abord commencer par le désigner pour ce qu’il est. Pour Baptiste des Monstiers, il ne faut « surtout pas utiliser d’autres mots » car « ne pas le nommer rend la chose taboue ». « J’ai mes vêtements », « J’ai mes affaires », « les Anglais arrivent »… Autant d’expressions pour ne pas dire que nous avons « leurs règles ». Kim J. Lewin en a fait l’expérience, notamment lors des traditionnelles sorties scolaires à la piscine : « Je n’ai pas osé dire le mot règles, j’ai dit ‘je suis malade’. »

Cependant, il n’y a certainement rien de plus naturel que ce phénomène. Alors, n’hésitez pas à soulever la question auprès de votre communauté. « Pour moi, c’est une chose naturelle. A partir du moment où ça l’est, quand tout le monde le vit, c’est quelque chose qui ne doit pas être tabou. Je suis parti d’un socle à partir duquel, quand j’étais plus jeune, j’aurais aimé me parler de choses tabous normalement, parce que je pense que ça va aider beaucoup de monde et les jeunes générations », explique-t-il.

Pour Baptiste des Monstiers, en parler avec les jeunes générations doit se faire « de la manière la plus simple du monde ». Voici comment elle expliquait les menstruations à un enfant : « Si tu as la chance d’être ici aujourd’hui, que tu sois un garçon ou une fille, c’est parce que ta mère a eu ses règles. Et c’est la magie. C’est beau parce que ça se renouvelle donc on a toujours quelque chose de nouveau, tout beau, parfait. » Père de deux filles de 4 et 10 ans, il a aussi mis à leur disposition le livre pour enfants Tout sur les règles ! écrit par la gynécologue Anna Roy.

Dans notre société, les tabous sont encore nombreux, mais cela évolue doucement. « Nous sommes l’une des premières générations à connaître la représentation des femmes. Parler de règles, comme la masturbation, le sexe, le cancer du sein… Ces sujets étaient extrêmement tabous dans le passé », raconte Julia Layani, une optimiste. « Cela m’est arrivé le mois dernier, je n’avais rien sur. J’ai demandé à une fille de une coop pour m’apporter un tampon. J’ai trouvé ça super parce qu’elle l’a fait et me l’a donné comme ça, devant tout le monde », raconte Lisa Perrio. Les jeunes filles « sont tellement informées grâce aux réseaux sociaux et à toutes les applications qui ont été développés où elles peuvent suivre leurs règles », selon Anne-Laure Courvoisier. Par exemple, de nombreux comptes Instagram ont vu le jour sur le sujet, comme Mes règles et moi et Coup de sang.

À Lire  Ces mains noires protègent les fossoyeurs des forêts ivoiriennes

L’humour, destructeur de tabous

Quoi de mieux que de briser les tabous de l’époque avec humour ? C’est le pari qui a été fait en invitant trois comédiennes à cet événement, Farah, Laura Domenge et Lisa Perrio. « L’humour peut véhiculer de nombreux messages. Si vous pouvez en rire, ça s’y prête tout à fait », pour ce dernier. « Pour moi, la prochaine étape avec les comédiens, c’est qu’ils en parlent, ce qui n’est pas un problème, que dans leurs sketches, ils parlent de moments où ils avait la règle mais ce n’est pas la question », ajoute Farah, voulant normaliser la conversation à ce sujet sur scène comme elle le fait déjà, tout comme Tania Dutel et Laura Domenge.

Après un sketch sur le sujet, beaucoup d’hommes se sont approchés d’elle en lui disant « tu as raison, c’est super », car elle prenait l’exemple de ce qui se passerait si les hommes avaient leurs règles. « Beaucoup d’hommes se critiquent. C’est dans le but de ne pas les jeter, pour qu’eux aussi puissent aller chercher protection pour leur fille, leur femme, leur sœur », précise-t-il. Que se passe-t-il si le rire des menstruations vient des hommes ? « Des esquisses, bien sûr, si c’est pertinent, intelligent et si ce n’est pas misogyne », répond-il. Un avis partagé par Lisa Perrio, « si on peut en parler, en rire avec respect, c’est sûr. Il était temps ». on peut en parler sans honte. » Puis il raconte une anecdote : « J’allais au lycée, j’allais dans le bus. J’ai sorti quelque chose de mon sac et ce qui en est sorti était un énorme tampon. Il est monté dans le bus et j’ai ri. Mais j’ai vu les yeux des grands-mères, qui ont dû penser que c’était irréparable. C’était embarrassant et très drôle à la fois. »

Vers un remboursement des protections hygiéniques par la Sécurité Sociale ?

Aujourd’hui, 65% des Français sont favorables à une protection périodique gratuite (réglophobie), alors que 91% des 18-24 ans y sont favorables. En 2021, 1 Française sur 5 était touchée par la pauvreté menstruelle, selon le baromètre Basic Rules x Opinion Way. Des distributeurs automatiques ont également été mis à la disposition des élèves dans certaines écoles. Cependant, ces mesures restent superficielles et gratuites pas encore pour aujourd’hui. « C’est un scandale d’Etat que la protection santé ne soit pas remboursée par la Sécurité sociale », s’insurge Julia Layani.

Hors de France, cela a déjà été fait. En novembre 2020, le Parlement écossais a adopté une loi visant à introduire la gratuité des soins de santé. Le texte est approuvé à l’unanimité. Une mesure qu’on aimerait toutes voir en France, surtout quand on sait que le coût des menstruations représente 3 800 euros dans la vie d’une femme, selon une enquête réalisée par Le Monde. Quant aux protections réutilisables, elles sont certes plus chères en ce moment, mais elles constituent un investissement à long terme, meilleur pour notre santé et pour la planète.

Quelques conseils pour choisir sa protection périodique

Baptiste des Monstiers empêchera ses filles d’utiliser des tampons, pour des raisons de santé. « J’ai une amie cinéaste qui a fait un documentaire sur cet ‘ami toxique’ qui parle de tampons et de choc anaphylactique », explique-t-elle. Un avis partagé par Anne-Laure Courvoisier, « Je ne recommande pas les tampons pour ma fille, cela a causé des problèmes de santé intimes comme des mycoses et des infections urinaires. » Comme eux, Kim J. Lewin appelle à la vigilance, partant du principe que les décisions prises aujourd’hui peuvent avoir un impact dans le futur.

Il vous invite également à « vous documenter sur la marque, son origine ». Anne-Laure Courvoisier met également en garde contre le dropshipping si vous souhaitez vous procurer une culotte menstruelle, « car vous courez le risque d’être déçue du produit ou de vous faire arnaquer ». Le groupe Facebook dédié à ces produits fait référence aux marques qui vendent, pour éviter cela, et donne beaucoup de conseils. Enfin, le fondateur de Blooming recommande d’éviter « les marques bon marché en grande surface » et invite « à choisir des spécialistes de la culotte menstruelle qui se chargeront de la construction de la protection absorbante, et qu’elle coupe correctement ».

Comment agir en tant qu’homme quand une femme de son entourage a ses règles ?

Avec une femme menstruée, les hommes peuvent se sentir impuissants. mais, qu’est ce qu’ils peuvent faire? Les impliquer pourrait briser une autre barrière. « Il suffit de demander, puis-je faire quelque chose ? », répond Baptiste des Monstiers. Il fait aussi partie de ces hommes qui sont allés acheter des protections pour sa compagne. Selon l’étude Réglophobia, 45% des hommes l’ont déjà fait, le plus souvent à cause de leur fille ou de la femme qui partage leur vie. Un geste simple qui peut nous soulager et nous montrer qu’ils s’investissent dans notre bien-être. Le journaliste conseille « d’être empathique » et de « ne pas avoir honte d’en parler ». Il souligne également que certaines femmes souffrent d’endométriose et suggère que c’est une possibilité que les hommes devraient envisager.

Pour lui, ils peuvent aussi être prémonitoires. Et pour cela, vous n’avez pas besoin d’avoir une relation avec une femme. « J’étais chez un ami, il avait des tampons et des serviettes hygiéniques dans les toilettes : il est gay. Il m’a dit que c’était pour ses copines », raconte-t-il. De son côté, il est même assez favorable aux culottes menstruelles pour ses filles, admettant qu’elles sont « une vraie affaire » pour le père qu’il est. sur un tampon pourrait être « la limite de l’intimité qui pourrait être inconfortable » pour lui. Aussi, mettre une culotte est un geste du quotidien et ne nécessite aucune explication, « ça permet à une fille qui ne veut pas en parler tout de suite de vivre ses premières règles comme elle le souhaite. » Nous espérons que les filles d’aujourd’hui et de demain seront de plus en plus à l’aise avec ce grand bouleversement qui survient à la puberté.

La culotte menstruelle, une solution adaptée à toutes les femmes

Moodz, Sisters Republic ou encore Meuf Paris, les marques de culottes menstruelles sont nombreuses. De son côté, Blooming est déjà vendu en GMS, et a réussi à séduire plusieurs enseignes telles que Carrefour, Auchan et Monoprix. Cependant, Anne-Laure Courvoisier avait à l’origine un autre projet. « Au départ de ce projet, je souhaitais notamment développer une plateforme de services autour de la santé intime des femmes », précise-t-elle. Cependant, l’entreprise a choisi de se concentrer sur le produit des culottes menstruelles, « une vraie solution pour les femmes ». La marque repose sur un « noyau technologique unique et breveté ». En apparence, le produit a tout d’un sous-vêtement classique, mais à l’intérieur se trouve une protection multicouche ultra-absorbante.

« Nous allions à la fois un savoir-faire breveté et un modélisme très précis, qui a été réalisé avec la collaboration d’un patron-styliste de 30 ans d’expérience », explique Anne-Laure Courvoisier. Sa volonté? Créer une « collection aux vingt modèles, qui visait à satisfaire toutes les envies de lingerie et toutes les morphologies ». La culotte Blooming convient également aux femmes de tous âges, de la taille 10 à la taille 52.

La culotte menstruelle fleurie a séduit 350 000 femmes selon son fondateur. Aujourd’hui, 1 femme sur 4 a intégré ce type de protection dans sa routine menstruelle. Ils évoluent et cela permet de réduire le recours aux solutions à usage unique. Anne-Laure Courvoisier précise que cela « représente 45 milliards de déchets par an, et 3 tours Montparnasse en France ». « Les femmes utiliseront un peu, beaucoup, avec passion la culotte vintage. Certaines l’utiliseront seules, et pour d’autres elles l’utiliseront en complément d’autres moyens », explique-t-elle. Alors on espère que si le vestiaire féminin a évolué, qu’il être le même avec les tabous autour des menstruations.

À lire aussi :