Les trois messages à retenir : manger mieux, garder une activité physique et un contrôle de son poids.

A chaque repas, trouver le juste équilibre entre plaisir et alimentation saine est difficile ! Le Pr André Van Gossum, gastro-entérologue et responsable de la nutrition à l’Institut Bordet et Noémie Leroo, nutritionniste, montrent des moyens efficaces de prévenir le cancer. Au quotidien, leurs conseils d’accompagnement nutritionnel se font en trois volets : la prévention, les conseils pendant le traitement et les conseils post-cancer.

Peut-on, avec notre alimentation, réduire le risque de cancer ?

L’alimentation fait partie des facteurs modifiables qui peuvent être contrôlés, comme l’exposition au soleil, le tabagisme, l’alcool ou l’activité physique. A ce stade, le patient peut devenir acteur de sa propre santé. Les trois messages importants sont les suivants : manger mieux, continuer à faire de l’exercice et contrôler son poids, autrement dit « Manger et marcher » ! Évidemment, il ne faut pas cacher le fait que nous vivons aussi avec des facteurs immuables (facteurs génétiques) et d’autres facteurs difficiles à modifier individuellement : pollution, pesticides dans les aliments, etc.

Comment bien écrire son assiette au quotidien ?

L’utilisation de fibres alimentaires dans les grains entiers, les fruits et les légumes renforce notre santé grâce à leur effet sur le microbiome intestinal. Les produits laitiers (calcium et protéines) ont également un effet positif s’ils ne sont pas consommés en excès. Il est recommandé de consommer entre une et trois portions de produits laitiers par jour. Le cadeau est un verre de lait ou de yaourt ou un morceau de fromage. Pas plus de trois verres de lait par jour, par exemple. Pourquoi ? Trop de produits laitiers peuvent être un facteur de risque de cancer de la prostate. Enfin, l’allaitement est un facteur de protection contre le cancer du sein.

Quels aliments doit-on manger avec modération ?

Le plus important est de réduire la consommation d’alcool : pas plus de 10 portions par semaine dont deux jours d’abstinence. Évidemment, mieux vaut ne pas manger du tout ou moins… La viande rouge, notamment le veau et l’agneau (plus de 500g par semaine) et surtout la viande transformée (plus de 50g par jour) n’est pas bonne pour la santé car elle en contient beaucoup de nitrites, sel. et acides gras saturés. Pour les enfants, nous conseillons, en termes de proportion, de ne pas dépasser la taille de la paume de votre main. De plus, les aliments préparés sont souvent riches en sel. Ils dépendent également fortement de la qualité des aliments utilisés. Trop de sel affecte le cancer de l’estomac et surtout la tension artérielle. »

À Lire  Comment satisfaire l'expérience employé au sein des entreprises internationales

Lire la suite >Alimentation : Les 5 conseils reçus qu’il faut complètement oublier

L’impact de l’obésité sur le cancer est-il souvent sous-estimé par le public ?

La prévention de l’obésité doit commencer dès l’enfance. Chez les jeunes obèses, le cancer du côlon est en augmentation. Pour rappel, l’obésité est déclarée lorsque l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 30. Il augmente également le risque de cancer du sein et du foie (via l’inflammation NASH du foie gras). Même après un traitement contre le cancer du sein chez les femmes, la reprise de poids est un risque, en particulier pour les personnes en surpoids avant le traitement. Dans 20 ou 30 ans, le cancer du foie sera le cancer le plus courant aux États-Unis. Pour la NASH (stéatohépatique non alcoolique), le sucre est aussi un mauvais aliment car le fructose est transformé en graisse dans le foie. Les boissons gazeuses contenant du fructose doivent être évitées. Il est également recommandé de ne pas consommer trop de jus de fruits car ils contiennent autant de sucre que de soda. »

C’est très à la mode, les aliments végétariens, végétaliens et végétaliens protègent-ils du cancer ?

Ils ne fonctionnent que pour éviter la viande rouge. Certains dangers subsistent. Les personnes qui suivent ce régime peuvent être en surpoids ou boire de l’alcool ou fumer. »